Angels of Death-Vol.-1

Angels of Death tome 1 : un réveil terrifiant

Adapter une œuvre est une tâche loin d’être facile. Il faut savoir retranscrire ce qui fait la force du matériau de base tout en étant obligé de jouer avec les limites imposées par le nouveau média. C’est ainsi qu’il est parfois difficile d’avoir le même ressenti lorsque l’on joue à un jeu vidéo et que l’on découvre sa version en manga. Pourtant, il peut arriver aussi que l’on ait quelques belles surprises dans ce domaine. Ce fut le cas récemment avec le premier tome d’Angels of Death, édité chez Mana Books, dont le premier tome est arrivé la semaine dernière. Si ce titre vous dit quelque chose, c’est parce que l’on a déjà eu le droit à un anime reprenant cette histoire. Celui-ci est disponible sur Crunchyroll. Concernant le format papier, on était très curieux de voir comment l’auteur allait réussir à retranscrire par le dessin toute cette ambiance macabre qui constitue le squelette de cette œuvre. Le résultat est plus que convaincant et nous délivre un premier acte parvenant à nous tenir en haleine. Une virée nous donnant l’impression d’avoir atterri dans un véritable enfer. On espère donc que vous êtes prêts pour accompagner une jeune fille dans sa quête pour sortir de ce labyrinthe.

Bienvenu en enfer

Angels of Death - duelAngels of Death, dessiné par Kudan Naduka et scénarisé par Makoto Sanada, nous met en contact avec Rachel. Cette jeune fille de treize ans tout à fait banale va se réveiller un beau jour dans un sous-sol mystérieux. Totalement amnésique concernant sa présence ici, mais aussi de nombreux éléments de son passé, cette adolescente sent la peur l’envahir. Ignorant totalement où elle se trouve, elle se demande comment elle va bien pouvoir sortir d’ici. La prisonnière décide donc d’explorer un peu les lieux afin de réunir suffisamment d’informations pour quitter cet endroit et retrouver sa vie d’avant. Malheureusement, aucune porte ne semble être présente et les seuls passages pouvant la conduire autre part sont fermés. Désemparée et terrorisée, Rachel ignore alors totalement que le véritable danger est à venir. Les quelques mots et coupures de journaux qu’elle trouve apportent une ambiance encore plus pesante à son environnement. Une ombre guette le moindre de ses mouvements comme si elle attendait le bon moment pour lui bondir dessus. Son cœur se serre et elle fait alors de son mieux pour continuer d’avancer. Cependant, ses pas vont la conduire à faire une rencontre bouleversante. Un individu va en effet apparaître devant elle. Alors que la présence d’une autre personne devrait être source de joie et d’espoir, ici ce n’est pas le cas. Le sinistre rire de cet homme portant une faux et bandelé de la tête aux pieds montre à quel point il n’est pas là pour lui venir en aide.

Répondant au nom de Zack, ce dernier s’avère être un tueur en série. Il s’est retrouvé enfermé dans cet immeuble, car on lui avait dit qu’il pourrait satisfaire sa soif de sang sans le moindre problème. Son dévolu s’est donc maintenant jeté sur Rachel qui devient sa proie. C’est ainsi que débute une course-poursuite entre les deux où le moindre faux pas est synonyme de mort pour la jeune fille. L’angoisse est totale tandis que cette dernière cherche au mieux à se cacher pour éviter les griffes de son bourreau. Pourtant, un événement surprenant va avoir lieu. Zack va totalement changer d’avis concernant ses intentions à l’égard de cette demoiselle. Il se dit qu’elle pourrait lui servir pour quitter cet enfer. Lui promettant de ne la tuer qu’une fois à l’extérieur, cette promesse semble être l’unique chance pour elle de survivre, ne serait-ce que quelques heures de plus. Une alliance improbable, mais qui ne sera pas de trop au vu des épreuves qui attendent ces deux âmes perdues. En essayant de remonter à la surface, ce tandem pourrait bien faire la lumière sur des mystères bien sombres. Une quête qui va aussi les conduire à renouer avec leur passé et à devoir faire face à leurs plus grandes peurs. Il est impossible de ressortir d’un tel enfer sans être profondément marqué. Une leçon que va découvrir Rachel dont l’innocence et l’éclat de vie dans le regard disparaissent peu à peu.

Alors que l’on avait déjà pu voir l’anime auparavant, on se doutait un peu de ce qui nous attendait. Ce premier volume d’Angels of Death va donc avoir la lourde tâche de construire cette identité si propre à la licence et à nous la retranscrire habilement. Sur ce point, il y a un formidable travail qui est fait au niveau du dessin. Cet aspect va grandement contribuer à l’immersion du lecteur qui se retrouve impliqué dans une affaire qui le dépasse totalement. La peur et l’angoisse ne nous lâchent plus dès l’instant où Rachel se réveille dans ce sinistre lieu. Une virée malsaine et pourtant captivante qui va poser des bases solides.

Survivre par tous les moyens

Quand on se penche sur ce premier volume d’Angels of Death, on se rend compte de plusieurs éléments qui attirent le regard. Tout d’abord, il y a les personnages que l’on rencontre. Si le fait de suivre Rachel est aussi angoissant, c’est parce qu’elle nous est parfaitement décrite comme une jeune fille lambda ne pouvant se défendre dans cette prison. Elle n’a pas d’armes et est bien moins forte que les divers individus qui pullulent dans ces couloirs. De ce fait, on a vraiment cette sensation, tout au long de la lecture, qu’elle peut perdre la vie à chaque nouvelle page. En plus de ça, elle représente l’innocence et une certaine pureté propre à l’enfance. Deux éléments que l’on ne peut voir se confronter à tant de violence et de folie. Ainsi, le conflit qui s’oppose ici va contribuer à faire grandir cette crainte qui sommeille en nous tout en nous donnant envie de la voir survivre. On a donc un protagoniste qui colle parfaitement à ce que souhaite la personne ayant imaginé ce récit, à savoir insuffler cette sensation de fragilité. En dehors d’elle, il y a bien sûr Zack qui est totalement à l’opposé de sa camarade. Présenté comme un fou furieux ne pensant qu’à tuer, il est autant une menace que l’unique moyen de réussir à sortir de cette bâtisse. Une épée à double tranchant où l’on se demande s’il va réussir à tenir sa promesse jusqu’au bout. On assiste donc à la création d’un duo surprenant, et qui représente autant une pureté d’un côté que la mort de l’autre.

Mais l’autre aspect où Angels of Death se démarque grandement est son approche. En effet, on est à la croisée de plusieurs genres qui s’entremêlent pour donner vie à un récit assez unique. On peut bien sûr retrouver des éléments habituels de l’horreur qui forment le noyau dur de cette intrigue. Là-dessus, tout est bien maîtrisé et l’on sent toutes les inspirations ayant nourri l’imagination de l’auteur. C’est même remarquable de voir à quel point le simple fait de parcourir ces zones dénuées de vie peut engendrer une profonde frayeur. On est sans cesse en train de se demander d’où va venir la prochaine menace. Outre ce côté horrifique, le titre réussit aussi à éveiller notre âme d’enquêteur. Le lecteur a beau être en plein milieu hostile, il y a cette volonté au plus profond de lui de faire la lumière sur tout ça. Un petit jeu d’enquête qui accentue grandement l’oppression ressentie. Il y a un très bon équilibre qui est trouvé entre le côté repoussant de cet environnement et cette curiosité presque morbide qui assaille le spectateur. Pour conclure, il y a aussi le prélude à de nombreux sujets importants. Des thématiques qui dépassent le simple cadre de survie pour aborder des facettes bien particulières de la nature humaine. Une plongée dans la folie et l’obscurité où vivent seulement les plus dangereux êtres qui soient. Le périple ne fait que débuter et l’on est déjà totalement immergé dans cette course contre la montre.

Angels of Death a encore clairement beaucoup de choses à nous raconter. Ce premier volume a su parfaitement façonner cette ambiance macabre propre à cette histoire et surtout à nous présenter les principaux personnages. On est alors tenu en haleine concernant le futur de ces prisonniers et surtout inquiet concernant les adversaires qui se dresseront sur leur route. Un récit qui nous captive par son atmosphère à la fois oppressante et hypnotisante. On tourne les pages en ne pouvant qu’imaginer le pire des scénarios pour ce tandem. Un manga qui tire une grande partie de sa force dans ce décor, mais aussi dans cette part de mystère qu’il cultive.

Angels of Death pose son décor

Angels of Death - rencontreAngels of Death nous emmène pour un voyage qui s’annonce aussi lugubre que fascinant. Même si on savait déjà à quoi s’attendre après avoir vu l’anime, on reconnaît que le manga a aussi eu son petit effet. Tout cela est dû, notamment, au très bon travail qui est fait au niveau des dessins. Ils soulignent à merveille l’aspect macabre de ce lieu et nous plongent ainsi rapidement dans cette aventure hors du commun et effroyable. D’ailleurs, on a pu ressentir de nombreuses frayeurs en accompagnant Rachel au sein de ces longs et sinistres couloirs. L’hésitation venait même nous gagner dès lors qu’il fallait tourner la page de peur d’assister à une scène qui mettrait à mal cette jeune fille. Ainsi, la fragilité dont elle fait preuve accentue ce sentiment d’oppression. On se dit qu’il suffirait d’un simple claquement de doigts pour qu’elle lâche son dernier souffle. C’est d’ailleurs bien amené d’avoir une histoire qui souhaite d’abord nous faire peur en nous laissant juste en compagnie de cette dernière avant d’apporter un changement de taille. En effet, la présence de Zack va grandement changer notre expérience durant cette lecture. On a ainsi un duo qui se complète bien même si la finalité de leur alliance s’annonce sanglante. On avance donc avec une certaine boule au ventre au sein de ce labyrinthe qui peut, à tout moment, dévorer ceux qui s’y perdent. Il y a donc un excellent travail qui est fait au niveau de la mise en scène et surtout de ce qui nous attend. L’ignorance des autres pensionnaires contribue à nourrir cette crainte qui envahit autant Rachel que le lecteur.

Il est vraiment génial de pouvoir découvrir cette série, que cela soit sous le format manga ou anime, afin de constater tout ce qui fait la force de ce titre. Angels of Death se veut malsain et surtout angoissant. Un parti-pris qui fonctionne à merveille et nous saisit un peu plus à chaque nouvelle page. Une introduction qui nous fait rapidement comprendre que l’aventure ne sera pas de tout repos tout en commençant à aborder quelques thématiques qui vont avoir beaucoup d’importance. Si vous avez aimé l’adaptation disponible sur Crunchyroll ou que vous souhaitiez vous lancer dans une lecture qui vous prendra aux tripes, ce titre est sûrement ce qu’il vous faut. Il y a un très bon équilibre qui est trouvé entre l’effroi que nous inspirent ce lieu et ses occupants et l’envie d’en apprendre plus. On a envie de progresser et surtout de comprendre ce qu’il y a derrière tout ça même si cela implique de se frotter à des adversaires terrifiants. Pour finir cette chronique, il est grand temps d’aborder les questions que l’on se pose pour la suite. Pourquoi Rachel se retrouve-t-elle embarquée dans ce sous-sol ? Est-ce que Zack a vraiment l’intention de la tuer ? Qui peut bien se cacher derrière ces enlèvements ? Quelles vérités se trouvent au sein de chaque étage ? Il est donc maintenant l’heure de prendre son mal en patience en attendant la suite de ce récit. On espère que vous êtes parés, car les frissons sont loin d’être finis.

N’hésitez pas à partager dans les commentaires votre propre avis ainsi que votre ressenti concernant ce premier volume de Angels of Death. Avez-vous apprécié l’ambiance qui se dégage de ces quelques chapitres ? Trouvez-vous que l’on peut avoir la construction d’un duo intéressant pour les prochains tomes ? Pensez-vous que le manga peut réussir à retranscrire tous les messages véhiculés au sein de l’œuvre de base ? Avez-vous déjà eu l’occasion de découvrir la licence à travers son anime ? Que pensez-vous de nos deux protagonistes coincés dans ce labyrinthe ? Qu’attendez-vous pour la suite de la licence ? On reste à votre disposition pour échanger, discuter et débattre autour de ce sujet.

© 2016 Naduka Kudan / Sanada Makoto, Kadokawa Shoten

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.