Bucket List of the dead-Vol.-1

Bucket List of the Dead tome 1 : vive les zombies

Il est parfois aisé de se dire que l’on a pratiquement tout vu d’un genre. Après avoir eu le droit à de nombreuses séries traitant du même sujet, on se dit que l’on a fait le tour et qu’il est impossible d’avoir ce petit effet de surprise. C’est pourtant ce qui est arrivé très récemment avec la dernière licence en date de Kana. Si l’on avait gardé un œil sur ce titre depuis son annonce, on ne s’attendait pas du tout à ce que celui-ci puisse nous captiver autant. Il s’agit bien évidemment de Bucket List of the Dead dont le premier tome est sorti il y a seulement quelques jours. Un titre qui parvient à aborder la thématique de l’attaque de zombies, mais sous un angle original, intéressant et aussi assez loufoque. Contrastant avec ce que l’on avait l’habitude de lire, ce manga va réussir à nous démontrer qu’il peut y avoir des vies bien plus difficiles que celle où il faut survivre à ces mangeurs de chairs. Un ouvrage qui n’est pas uniquement centré sur le décalage proposé et qui parvient à proposer une représentation assez réaliste de la société japonaise notamment de la vie en entreprise. Voici le début d’une nouvelle existence où échapper aux mort-vivants n’est pas si tragique que ça.

Le calvaire du salarié

Bucket List of the Dead - fatigueBucket List of the Dead, scénarisé par Haro Aso et dessiné par Kotaro Takata, nous plonge dans un Japon contemporain. On y fait la connaissance d’Akira Tendô, un jeune homme de 24 ans. Si celui-ci était autrefois heureux d’entrer dans le monde du travail, la réalité l’a rapidement rattrapé. Bossant comme un forcené depuis maintenant un bout de temps au sein d’une société esclavagiste, son quotidien n’est plus que centré autour de son boulot. Il va même jusqu’à passer de nombreuses nuits blanches à son bureau et ne revient chez lui qu’à de rares occasions. Les cernes sont maintenant incrustés dans son visage et rien ne semble pouvoir le sortir de cette situation infernale. Même s’il le souhaitait, il est maintenant entraîné dans cette spirale qui le pousse à obéir sans même pouvoir réagir. Un terrifiant conditionnement qui le pousse vers le burn out. La seule solution qui semble se dessiner devant lui n’est autre que de mettre fin à ses jours pour enfin être libre. Malheureusement, il ne peut s’empêcher de rester cantonné à cette existence qui le fait souffrir. Il ignore alors totalement que le repos va venir d’un phénomène que personne n’aurait imaginé. En effet, c’est un beau matin qu’il va se rendre compte que quelque chose cloche. Les gens semblent avoir disparu et un étrange silence règne autour de lui. Ce n’est qu’en fouillant un peu plus qu’il va comprendre ce qu’il s’est passé. Les zombies ont pris le contrôle de Tokyo et traquent maintenant chaque citoyen qui reste.

La panique est totale et les quelques survivants restent cloîtrés chez eux en craignant à tout instant de se faire dévorer. Alors qu’il devrait ressentir la même frayeur au fond de lui, Akira ne montre nullement cela. Au contraire, un immense sourire se dessine sur son visage en découvrant cette catastrophe. Après tout, cela signifie qu’il n’aura plus besoin d’aller bosser. Cette fin du monde sonne alors comme une douce mélodie à ses oreilles, car elle lui offre le repos qu’il a tant espéré depuis son arrivée dans son entreprise. Cette épidémie est donc l’occasion parfaite pour lui afin de profiter joyeusement de chaque jour qui passe. C’est une renaissance qu’il semble vivre alors qu’il peut maintenant croquer celle-ci à pleines dents. Sachant pertinemment que sa fin peut arriver à tout instant, il décide alors de dresser une liste des 100 choses qu’il voudrait absolument faire avant d’être transformé. La question est maintenant de savoir s’il parviendra à rayer toutes ces attentes avant que la mort fasse son travail. Ce qui est sûr en tout cas, c’est qu’il est maintenant maître de son destin et que ses journées ne seront plus rythmées que par ses désirs et son combat pour survivre le plus longtemps possible. La fatalité peut maintenant frapper à tout instant, ce jeune homme l’accueillera paisiblement, car il est enfin délivré. Voici donc le récit d’un jeune adulte qui préfère nettement se confronter à des mort-vivants que de retourner bosser ne serait-ce qu’une journée de plus dans sa société.

Rien qu’en lisant le synopsis de cette aventure, on se rend compte à quel point Bucket List of the Dead dénote par rapport aux autres titres du genre. En reprenant les codes du récit de zombies, l’auteur réussit à chambouler totalement notre approche de ce type d’histoire. Pour la première fois, les morts-vivants ne sont pas présentés comme la menace, mais presque comme un soulagement à une vie bien plus sinistre. Un parti-pris rudement efficace et qui permet de proposer une expérience hors du commun. On se retrouve alors subjugué par ce qu’il se passe dans ce nouveau quotidien où la mort est partout.

Prendre le lecteur à contrepied

Cette phrase souligne parfaitement ce que le scénariste souhaitait pour son œuvre. Bucket List of the Dead apporte un véritable vent de fraîcheur à tout ce qui tourne autour du monde du zombie. Le principal élément qui prouve cela est que ces monstres ne sont plus réellement la menace principale. Le manga continue de nous les montrer comme une force implacable qui finit toujours par attraper sa proie. Cependant, la notion de danger qu’ils représentent est amoindrie au vu de ce que l’on a pu observer avant cette catastrophe. A travers cette œuvre, on sent une volonté, dans un premier temps, de dénoncer le monde de l’entreprise comme elle est souvent présentée au Japon. Tout est une question de chiffres, de performances et de réussites. Peu importe qu’il soit nécessaire de pousser les gens à faire des nuits blanches pour assurer le service. Les premières pages nous décrivent cela à la perfection et l’on ressent pleinement la détresse de ce jeune homme qui espérait faire autre chose de sa vie. On est donc tellement dégoûté par toute cette pression qu’il subit et qui fait qu’il n’est même plus considéré comme un être humain que l’on change de regard sur l’arrivée de l’épidémie. Si l’on nous a toujours présenté un tel événement comme une possible fin du monde, ici elle est surtout présenté comme un phénomène libérateur. Le quotidien insupportable décrit au départ se brise en un instant grâce à ces monstres qui dévorent les vivants.

Ainsi, l’aspect dramatique de cette catastrophe est désamorcé par le fait qu’elle libère le héros de ses entraves. Une situation qui bouscule à jamais ce quotidien dans lequel il s’était enlisé et dont il ne pouvait plus en sortir. De ce fait, Akira ne peut s’empêcher d’avoir constamment le sourire même entouré par ses mangeurs de chairs. Une joie étrange, pouvant presque sembler malsaine, mais qui colle à tout ce qu’il a enduré par le passé et son état actuel. Fuir les zombies devient presque un jeu pour lui et il retrouve ainsi goût aux petits bonheurs de la vie. Cependant, il est très pertinent de voir qu’il n’est pas totalement dupe non plus. Le fait qu’il pense à faire une liste de ce qu’il souhaite réaliser avant de mourir prouve qu’il est conscient qu’il peut périr à tout instant. On a alors presque une sensation que c’est une course contre la montre qui se joue où le résultat final sera toujours la mort. Le but n’est donc pas d’éradiquer ces créatures, mais de retarder l’inévitable le plus longtemps possible afin de concrétiser tous ces souhaits. Voilà donc une série qui, dès le premier volume, parvient à proposer plusieurs niveaux de lecture absolument fabuleux. La critique de la société devient alors une quête assez déjantée pour profiter pleinement de la vie tout en gardant en mémoire que la fin arrivera tôt ou tard. Une lecture qui est donc aussi distrayante qu’elle peut être profonde dans les thèmes qu’elle traite. Un formidable exploit d’avoir réussi à réunir tout ça en seulement quelques pages.

Bucket List of the Dead pourrait presque être considéré comme un ovni tant il prend à revers toutes les habitudes que l’on a du genre. Avec son côté décalé, mais parvenant à tenir des propos sensés, ce premier tome n’a fait que nous surprendre de bout en bout. Une virée rafraîchissante et qui parvient à créer une véritable originalité dans un milieu qui a pourtant déjà connu maintes oeuvres. On prend même énormément de plaisir à voir le regard de ce jeune homme à l’égard de ce monde en ruines qui symbolise pour lui un nouveau départ. Une invasion de zombies qui le sauve finalement d’un enfer encore plus terrible.

Bucket List of the Dead respire l’évasion

Bucket List of the Dead - rêveBucket List of the Dead a su nous surprendre de la plus belle des manières. On ne savait pas sur quel pied danser dès l’instant où on avait le manga dans les mains. Pourtant, plus on avançait dans le récit et plus on prenait conscience de toute la force de ce récit. Si l’on peut penser que le concept de base joue avant tout sur le décalage entre cette épidémie zombie et le bonheur ressenti par notre héros, ce premier volume va bien plus loin que ça. On a ici une satire du monde de l’entreprise poussée justement à l’extrême qui fait que la fin du monde se présente comme une délivrance et non un funeste sort. Une profondeur d’écriture surprenante et qui parvient autant à combiner des éléments comiques à des situations plus déchirantes et tragiques. De même, notre protagoniste a beau ne pas être dérangé par toute cette situation, il n’en perd pas non plus la raison. Il sait très bien ce qui l’attend, mais cela ne le dérange pas plus que ça. Ce manga souhaite avant tout mettre en avant ce plaisir qu’il y a de vivre l’instant présent. Une expérience littéraire hors du commun et qui nous fait rapidement comprendre ce qui nous attend pour la suite. On a alors une envie irrépressible de voir s’il sera possible d’accomplir tout ce qu’il y a sur cette liste avant que la faucheuse ne débarque. En nous confrontant à cet effondrement, le mangaka nous montre aussi tous les travers de cette existence banale qui a pourtant aussi ses excès. La recherche du bonheur disparaît alors pour simplement se cantonner à ce que l’on a pu obtenir.

On ne s’attendait pas du tout à être autant emporté par ce qu’allait nous conter ce premier volume. Pourtant, Bucket List of the Dead a su nous parler à travers ses thématiques fortes et son approche fantastique d’une invasion de zombies. Avec des personnages surprenants et ne collant pas du tout aux stéréotypes habituels, on est toujours étonné et convaincu par ce que l’on observe. Le petit brin de folie qui s’échappe de certaines cases colle parfaitement à cette ambiance souhaitée. Une saga qui démarre très fort et qui peut plaire à tous ceux qui souhaitent une épopée qui sort de l’ordinaire tout en traitant de sujets sérieux et réels. Une introduction qui fait bien son travail et nous procure un profond désir d’avancer en compagnie de ces survivants qui ont tous leur propre but. Survivre n’est au final qu’un point de vue différent par rapport au regard de chacun. Le temps des questions est donc venu alors que l’on se projette dans ce qui pourrait advenir dans le futur. Est-ce que Akira va réussir à rayer toute sa liste ? Trouvera-t-il d’autres survivants avec lesquels avancer ? Gardera-t-il toujours ce sourire ? Est-ce qu’il est réellement possible de pouvoir s’habituer à une telle existence ? Il faut maintenant prendre son mal en patience en attendant les prochaines péripéties de ces hommes et femmes dont l’existence se retrouve bousculée.

N’hésitez pas à partager dans les commentaires votre propre avis ainsi que votre ressenti concernant ce premier volume de Bucket List of the Dead. Trouvez-vous qu’il y a beaucoup de potentiel derrière cette idée de base ? Avez-vous apprécié la manière dont est traité le sujet des zombies et surtout la vision des gens par rapport à cette catastrophe ? Pensez-vous qu’il y a de quoi proposer un récit à la fois long et intéressant en matière d’écriture des personnages et de cette aventure ? Qu’attendez-vous pour la suite de la licence ? On reste à votre disposition pour pouvoir échanger, discuter et débattre autour de ce sujet.

ZON100 ©2019 Haro ASO, Kotaro TAKATA / SHOGAKUKAN

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.