Kuma Kuma Kuma Bear-Vol.-1

Kuma Kuma Kuma Bear tome 1 et 2 : ne pas se fier aux apparences

On le sait fort bien, le genre du isekai a su être décliné à toutes les sauces. Si beaucoup pensent qu’il s’agit d’un style devenu très répétitif, il peut aussi être le terreau permettant à des œuvres intéressantes de grandir. Un concept qui peut entraîner tout un tas d’histoires différentes et originales loin de ce que l’on peut avoir l’habitude de lire. C’est pour ça qu’aujourd’hui, on avait envie de traiter d’une de ces œuvres qui nous provient du catalogue de Meian. L’éditeur a su faire l’acquisition de nombreuses nouvelles licences et parmi elles se trouvent Kuma Kuma Kuma Bear dont les premiers tomes sont sortis il n’y a pas si longtemps. Si ce nom vous dit quelque chose, c’est aussi parce qu’on a eu le droit à un anime disponible sur Wakanim. Rien qu’en posant les yeux sur la couverture, on sent que ce manga veut nous amener vers un périple qui se veut drôle et adorable. Cependant, il ne faut pas juger un livre à sa couverture et c’est pareil pour cette demoiselle qui cache bien son jeu. Soyez donc prêt à vivre une épopée en compagnie de la plus redoutable combattante ours qui soit.

Une mise à jour problématique

Kuma Kuma Kuma Bear - oursKuma Kuma Kuma Bear, réalisé par Sergei et tiré de l’oeuvre originale de Kumanano, nous plonge dans un monde proche du nôtre où l’on fait la connaissance de Yuna. Cette adolescente de quinze ans est une véritable passionnée de jeux vidéo. Elle préfère largement plonger dans ces univers vidéoludiques que de sortir rencontrer des gens. La jeune fille va même jusqu’à se terrer dans un appartement qu’elle loue avec l’argent qu’elle gagne en gérant ses actions en bourse. Une situation qui peut surprendre, mais qui convient totalement à cette demoiselle particulièrement douée et intelligente. Elle ignore totalement que ses aventures fictives pourraient devenir bien réelles. Un beau jour, alors qu’elle se connecte, l’une des I.A du jeu va lui offrir un cadeau pour le moins hors du commun. Il s’agit d’un costume d’ours surpuissant qui permettrait à Yuna d’acquérir encore plus de pouvoir. Si la proposition est alléchante, la jeune fille ne peut accepter de porter une tenue aussi absurde et ne touche donc pas à ce présent. Seulement, ce n’est pas la seule chose qu’elle va recevoir. En effet, son interlocutrice va aussi lui demander de répondre à un étrange questionnaire. La joueuse ne se doute pas de ce qu’il va se passer et décide de répondre tranquillement à ce dernier avant de pouvoir enfin reprendre sa partie. Cependant, son voyage va se faire sous une autre forme que son avatar. C’est elle, en chair et en os, qui se retrouve dans un étrange monde qui n’a pas grand chose à voir avec celui de son jeu.

Si tout ça aurait dérouté n’importe qui, c’est un autre élément qui va poser problème à Yuna. En effet, la voilà obligée de porter ce costume d’ours qu’elle avait refusé poliment il y a seulement quelques minutes. Comme lui indiquait la représentante des administrateurs, cette panoplie lui confère des capacités hors du commun et surtout une force herculéenne. Un atout indéniable surtout pour explorer ces terres qui lui sont inconnues. La recluse qu’elle était dans la vraie vie doit maintenant s’adapter à son nouvel environnement et devenir une aventurière pour pouvoir subsister. Par contre, les regards risquent fort de se tourner vers elle, car ce n’est pas tous les jours que l’on croise une jeune fille habillée en ours. La légende de cette combattante surpuissante ne fait que commencer et mieux vaut ne pas se fier aux apparences sous peine de goûter à la force de ses coussinets. Derrière son côté mignon et adorable se trouve une guerrière et une magicienne pouvant aisément terrasser le plus puissant des adversaires. Cet univers parallèle risque fort de ne pas se remettre de cette apparition. Cependant, Yuna est bien déterminée à profiter de sa nouvelle vie et aussi à lever le voile sur la raison de sa convocation. Elle risque aussi d’être surprise en voyant que son équipement pourrait bien cacher d’autres secrets aussi craquantes que redoutables.

Kuma Kuma Kuma Bear est un isekai qui parvient à offrir une expérience fort plaisante en jouant à fond sa carte maîtresse. Utilisant une héroïne à la fois drôle et attachante, le récit parvient à nous faire voyager au sein d’une aventure colorée. On retient alors tous ces moments que l’on partage en sa compagnie et qui permettent de transformer cette épopée en une virée assez unique en son genre. Mignonne et redoutable, cette héroïne va ainsi grandement contribuer à l’intérêt que l’on peut avoir pour cette série tout en se jouant de certains codes propres du monde vidéoludique.

Une lecture tout en douceur

La première chose qui nous vient à l’esprit en parlant de Kuma Kuma Kuma Bear est bel et bien son aspect détente. On est dans le genre d’isekai où le personnage principal se retrouve surpuissant dès le départ et va donc miser avant tout sur son aspect divertissant. On est alors totalement satisfait de ce qui nous est présenté, car on s’attache très rapidement à cette demoiselle qui essaye tant bien que mal de s’adapter à son nouvel environnement. Bien évidemment, le côté mignon de la tenue d’ours va aussi apporter beaucoup à l’ambiance du récit. On ne peut s’empêcher de sourire et de rire en voyant les diverses réactions des gens en voyant quelqu’un vêtu de la sorte. C’est alors que l’on touche à un élément très important du récit qui concerne l’identité de notre héroïne. Parmi la multitude d’isekai qui peuvent exister, il peut être compliqué pour un personnage de retenir l’attention. L’absurde qui se dégage de Yuna par rapport à son équipement va permettre de pallier ça. Plus on passe du temps en sa compagnie et plus la figure de cette demoiselle en ours va se graver dans notre esprit. Ce parti-pris va donc avoir son effet et ainsi lui permettre de perdurer chez le lecteur qui va se rappeler d’elle et vouloir connaître la suite de ses péripéties. Une belle manière de créer une sorte de petite légende autour d’elle et ainsi transformer un voyage pouvant sembler banal en une aventure plus attirante et marquante.

En dehors de ça, il y a un sentiment assez particulier qui va animer le lecteur au fur et à mesure de sa progression. Avec une telle combattante au centre de l’attention, on n’a jamais la sensation qu’il puisse y avoir un danger suffisamment imposant pour lui résister. De ce fait, tout le manga se veut paisible et transforme le côté action en un spectacle bien plus délirant et amusant. Ce qui devrait être épique va surtout être source de rires et ainsi nourrir ce terreau qui donne naissance à une aventure douce et agréable. Si le manque de défis est normalement un élément pouvant rebuter, ici c’est assez bien dosé grâce à Yuna. Elle va toujours plus loin dans la surenchère ce qui fait que l’on est constamment ébahi par ses capacités. Même elle finit par se poser des questions concernant ses forces et on transforme donc chaque scène pour que celle-ci ne tombe jamais dans l’ennui. Le spectaculaire est nourri par le décalage entre le costume d’ours et cet univers de fantasy classique. On peut même aller plus loin en voyant justement ce récit comme une parodie de tout ce qui est un peu jeu vidéo où un équipement assez ridicule possède en réalité des statistiques incroyables. Cela va accentuer l’attrait que l’on peut avoir pour cette licence qui joue habilement avec les codes du genre pour nous surprendre, mais aussi nous parler.

Kuma Kuma Kuma Bear n’est pas uniquement attachant par rapport à son côté adorable. L’univers qui nous est dépeint a aussi ce petit quelque chose qui nous donne envie de l’explorer plus en détail. En plus de ça, il y a toujours un plaisir à voir tout le système entourant ce monde et les possibilités qu’il offre pour notre fille ours. Un voyage qui donne le sourire, mais qui n’en oublie pas pour autant d’être un terrain de jeu souhaitant nous inviter à une grande aventure. On se laisse alors bercer par ces contrées qui peuvent autant être d’une grande beauté que regorger de dangers.

Un univers attrayant et prometteur

Kuma Kuma Kuma Bear - surpriseEn dehors du fait d’avoir un personnage principal assez atypique dans son genre, Kuma Kuma Kuma Bear ne se contente pas uniquement de jouer cette carte. Il est intéressant de noter que l’auteur propose un univers qui a son charme et qui surtout nous invite à en apprendre plus. On retrouve un peu cet amour pour la découverte et l’exploration que l’on pouvait avoir autrefois et ça c’est grandement dû à l’ambiance bienveillante du titre. Tout nous semble coloré au sein de ces pages et même les quelques monstres que l’on peut rencontrer ne sont finalement que peu de chose face à cette aventurière que l’on accompagne. La notion de danger est donc très vite désamorcée et l’on peut se concentrer sur tout ce qui constitue cet environnement. Cela peut autant être dans les décors, la faune, la flore ou même les gens qui gravitent autour de Yuna. Notre regard ne porte pas sur de potentiels exploits et prouesses martiales, mais sur toutes les facettes de cet univers. C’est donc un ressenti très particulier que l’on a tout au long de la lecture tant on est emporté par cette douceur et cette féérie ambiante. Même le costume de notre camarade de route finit par faire partie de l’identité de ce voyage et enrichir l’expérience vécue. On est donc immergé dans un isekai où le but premier n’est nullement de partir sur du spectaculaire ou de l’épique pour le moment.

Il est avant tout question d’apprendre à connaître ce monde, ses habitants et voir ce qu’il est possible de faire au sein même de ces terres. D’ailleurs, le système proposé a beau être classique, il fonctionne très bien notamment dans l’évolution des pouvoirs de cette demoiselle habillée en ours. La raison à ça, c’est que chaque élément s’inscrit dans une continuité de ce petit délire instauré au départ. Voir une maison customisée avec des visages d’ours, observer de nouvelles compétences qui tirent aussi sur cette corde suffisent à nous faire rire et passer un bon moment. Ce qui pouvait sembler n’être qu’une blague à la base finit par donner naissance à une sorte de mythologie propre à cette série. De simples techniques déjà vues dans de nombreuses œuvres parviennent ainsi à se différencier tout simplement parce qu’ils s’inspirent du postulat de base de suivre une fille ours. Il n’est donc jamais question de grosses épopées où l’objectif serait de tirer une certaine gloire. Pareil pour les grosses confrontations qui sont très vite réglées par les talents de notre héroïne. Tout est pensé pour juste créer une atmosphère presque relaxante où l’on contemple ce qui nous entoure avec un regard bienveillant. Une douceur apparente, des situations loufoques et des péripéties vite réglées suffisent largement pour nous faire passer un bon moment de lecture. Un manga qui nous propulse dans des contrées verdoyantes où la notion de mal finit rapidement par disparaître.

Kuma Kuma Kuma Bear est un isekai proposant une aventure qui ne surprendra pas forcément, mais qui parvient à être suffisamment amusante et distrayante pour que l’on ressente un réel plaisir à la lecture. Il y a une atmosphère attendrissante qui se dégage de ces deux volumes et qui peut aisément toucher le spectateur. Cette bienveillance et cette douceur sont communicatives et l’on ne peut donc qu’avoir une joie qui se dessine sur notre visage en voyant les péripéties de cette héroïne. Elle a beau se vêtir d’une tenue très singulière, cela ne l’empêche pas de nous faire rire et de montrer qu’elle n’est pas à prendre à la légère.

Kuma Kuma Kuma Bear pousse un cri terrifiant

Kuma Kuma Kuma Bear est le genre d’oeuvre typique qui sait comment te donner le sourire sans même forcer. Si les codes de l’isekai, comme on a souvent l’habitude de voir, sont respectés, cela n’empêche en rien le plaisir ressenti. Par le parti-pris efficace et surtout contribuant à cette aura toute mignonne, l’auteur réussit à justement changer un peu la donne de ce genre de récit. Alors que l’on a l’habitude de voir des héros surpuissants et classes pouvant venir à bout de n’importe quel adversaire, ici c’est assez différent. La force a beau être là, on ne peut détacher Yuna de cette tenue qui contribue à lui donner plus d’impact. D’ailleurs, c’est justement en proposant une héroïne aussi atypique et différente de ce que l’on a l’habitude de voir que cela contribue à ce qu’elle marque les esprits. On peut penser son déguisement un peu absurde, il permet de créer sa propre légende et surtout de s’inscrire dans le cerveau du spectateur qui aura alors beaucoup de mal à l’oublier. On est donc devant une série qui souhaite avant tout nous faire adhérer à son personnage principal et qui y arrive très bien. Il n’y a, pour l’instant, aucun réel développement de l’intrigue et l’on est plus dans une découverte de cet autre monde. Le plaisir est bien présent et on s’amuse à observer toutes ces situations où les talents de Yuna dépassent toutes les attentes. Voilà une aventure qui réussit à la perfection son rôle de divertir et de nous faire oublier le monde réel pendant quelques minutes.

On a pris énormément de plaisir à parcourir ces nouvelles terres en compagnie de notre nouvelle amie. Il y a vraiment quelque chose de dépaysant et bon enfant qui se dégage de ce titre. A aucun moment on est plongé dans un récit qui se veut sombre ou particulièrement violent. A l’image du costume de notre héroïne, tout est adorable, sympathique et drôle. Kuma Kuma Kuma Bear est un manga qui plaira à tous ceux désirant simplement s’évader et souhaitant juste passer un bon moment au sein d’un scénario farfelu, mais efficace. Il est presque impossible, dès que l’on tourne la dernière page, d’oublier cette jeune fille déguisée en ours dont la puissance n’est égale qu’à son côté mignon. C’est donc une lecture sans prise de tête qui attendra ceux ayant décidé de se lancer dans cette aventure rythmée par ces créatures majestueuses, mais aussi particulièrement féroces. Bien évidemment, on a aussi de nombreuses questions qui nous restent en tête après avoir lu tout ça. Est-ce que l’on va voir un objectif particulier se dégager de cette histoire ? Qu’elle va être la quête principale de Yuna ? Existe-t-il un moyen pour elle de retourner dans son monde ? Finira-t-elle par changer sa tenue ? Trouvera-t-elle un adversaire capable de repousser ses assauts ? Toutes ces interrogations nourrissent notre désir de continuer cette formidable épopée. Le pouvoir des coussinets peut être redoutable et Yuna compte bien en profiter encore un peu.

N’hésitez pas à partager dans les commentaires votre propre avis ainsi que votre ressenti concernant ces deux premiers volumes de Kuma Kuma Kuma Bear. Pensez-vous que l’on aura le droit à une évolution intéressante de notre héroïne ? Devra-t-elle garder à jamais ce costume qui la rend surpuissante selon vous ? Avez-vous justement apprécié ce côté léger et détente qui s’exprime au sein de ces pages ? Etes-vous impatient de voir si certaines menaces pourront venir briser son élan au sein de ce monde ? Qu’attendez-vous pour la suite de cette licence ? On reste à votre disposition pour échanger, discuter et débattre autour de cette nouvelle licence.

© 2018 Serugei, SHUFU TO SEIKATSU SHA

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.