Kengan Ashura-Vol.-1-1

Kengan Ashura tome 1 à 4 : convaincre par la baston

On le dit assez souvent, mais on apprécie qu’un manga puisse amener de nombreux sujets sur la table à travers son intrigue. Cela ne nous empêche pas d’apprécier quand on se concentre sur l’action et des combats épiques. Au contraire, on trouve qu’il y a aussi une certaine forme d’art à pouvoir transformer un duel en une attraction centrale d’une série. Cependant, comment cela se passe-t-il quand tout un récit tourne autour de confrontations se voulant dantesques ? On a pu aborder cette question très récemment avec une des dernières sorties de Meian. L’éditeur a vu son catalogue s’enrichir d’un titre que beaucoup de mondes attendaient avec impatience. Il s’agit de Kengan Ashura qui est sujet à un abonnement comme pour Kingdom et qui a vu donc ses quatre premiers tomes sortirent il y a quelques jours. Mettant clairement l’accent sur la baston et l’action, cette licence souhaite proposer une expérience décomplexée aux lecteurs. Cependant, le titre présente justement de très gros atouts lui permettant de transformer sa principale force en un incroyable spectacle. L’heure est donc venue 

Que le combat commence !

Kengan Ashura - duelKengan Ashura, scénarisé par Sandrovich Yabako et dessiné par Daromeon, nous plonge dans un Japon contemporain. C’est ici que l’on fait la connaissance de Kazuo Yamashita, un employé de bureau tout ce qu’il y a de plus banal. Subissant constamment la pression de sa hiérarchie et ne rentrant que très peu chez lui, ses journées se résument à travailler sans relâche. Il est alors loin d’imaginer qu’une simple rencontre va totalement bouleverser sa vie. Un beau soir, alors qu’il quitte son travail, il tombe nez à nez avec deux individus qui se font face. Ce spectacle se déroule dans une ruelle à l’écart des badauds et même sans être un expert, il est facile de voir la différence de carrure entre ces hommes. L’un est une véritable montagne de muscles dont le simple regard suffit à vous terrifier sur place. Son interlocuteur semble bien plus frêle et affiche les traits d’un jeune homme. Sans même comprendre l’origine de ce face-à-face, Kazuo sait très bien qu’ils ne sont pas là pour simplement discuter. Tout indique que cela va finir dans un bain de sang et il est clair pour l’employé de bureau que c’est le géant qui va l’emporter haut la main. Cependant, il arrive que des choses invraisemblables se passent et ce moment en fait clairement partie. Sans même lui laisser le temps de respirer, le jeune garçon met à mal son adversaire. Esquivant toutes les attaques de ce colosse, celui-ci enchaîne les coups sans que celui-ci puisse réellement répliquer.

La victoire est totale pour cet inconnu qui finit par se présenter sous le nom de Tokita Ohma. Totalement subjugué par la force de ce dernier, Yamashita est totalement bouleversé par ce qu’il a pu voir ce soir-là. Cependant, cette rencontre était loin d’être la dernière. En effet, il ne faut pas longtemps pour qu’il soit appelé par le dirigeant de sa boîte et ainsi revoir le combattant des rues. Il s’avère que ce garçon n’est autre que le combattant attitré de ce conglomérat qui a décidé de faire appel à ses talents pour régler quelques litiges. Cela fait des siècles que les désaccords entre marchands et grosses entreprises se règlent non pas avec de l’argent, mais avec du sang et de la sueur. Afin d’arranger chaque litige, des affrontements ont lieu afin de déterminer qui pourrait l’emporter entre les champions de chaque camp. Ces confrontations ne sont autres que les combats Kengan et aujourd’hui encore ils sont bien présents. Ce n’est que trop tard que Kazuo comprend qu’il vient de mettre le pied dans un milieu où il n’a clairement pas sa place. Malheureusement, il est difficile pour lui de faire celui qui n’a rien vu ni entendu étant donné qu’il est désigné pour devenir l’assistant d’Ohma. C’est ainsi que débute sa nouvelle existence au sein de cet environnement où règne la loi du plus fort. La brutalité est ce qui dicte ce milieu et il va alors découvrir que certains hommes sont prêts à tout pour montrer leur puissance même si cela implique de se frotter à des ennemis toujours plus redoutables. Voici donc le récit de ce monstre lâché dans cette arène et qui ne va avoir aucune pitié.

On le sait très bien dès l’instant où l’on se penche un peu plus sur la série, mais Kengan Ashura brille avant tout par ses combats. Il n’y a pas un seul tome où l’on n’a pas le droit à un face-à-face impressionnant imaginé pour mettre en avant les compétences et le talent de certains personnages. Si l’on pourrait craindre un effet redondant à simplement se concentrer sur cette facette, on se rend très vite compte qu’il n’en est rien. On va même prendre un malin plaisir à suivre tous ces échanges de coups qui vont façonner cette histoire et ainsi être au cœur de nos attentes. Une manière aussi brutale qu’intelligente de capter l’attention du lecteur.

De l’action à foison

Comme on peut rapidement le découvrir, Kengan Ashura n’est pas une série qui fait dans la dentelle. Au sein de ces pages, il suffit de quelques secondes pour être embringué dans un duel et c’est là qu’arrive toute la force de cette série. Tout d’abord, il est important de souligner à quel point ces combats sont prenants. Tout est pensé afin que l’on soit fasciné par ce qui se passe. On a beau ne pas faire partie du monde qui nous est présenté et peu enclin à un tel degré de brutalité, il est impossible de détacher le regard de ce choc des titans, car on est aux premières loges pour découvrir la quintessence de ce que peut être un affrontement entre deux hommes déterminés à tout donner. Il n’est pas question ici de sauver un univers d’une menace grandissante ou bien d’empêcher un cataclysme d’arriver. Il s’agit juste de personnes qui règlent leurs différends à travers des champions. Même ces derniers sont heureux de leur sort, car rien n’est plus plaisant pour eux que de se jeter dans la mêlée. Il n’est donc jamais question de rédemption, de grandeur ou d’honneur au sein de ces pages, mais simplement de satisfaire un côté bestial. Ce parti-pris fonctionne très bien et va donc largement contribuer à transformer ces arènes en un show explosif où tout peut arriver. C’est là que réside tout le génie de cette série qui transforme des rixes en un spectacle grisant dont on ne souhaite rien louper. Une catharsis redoutable qui va aussi être sublimée par le trait du dessinateur.

Ce dernier met l’accent sur la violence propre à chaque coup et donne ainsi encore plus de puissance à l’impact. En dehors de ça, il faut aussi souligner la qualité avec laquelle chaque affrontement nous tient en haleine. On a beau se rendre compte des capacités de notre jeune protagoniste, les adversaires qui se tiennent face à lui sont loin d’être des enfants de chœur. Cela donne donc une certaine incertitude fascinante où l’on a envie de voir jusqu’au bout qui ressortira grand vainqueur de cette confrontation. On va donc sans cesse aller dans une surenchère, mais qui n’est jamais gênante car elle s’inscrit dans l’identité du manga. C’est face à des obstacles toujours plus durs que notre protagoniste va réellement dévoiler tout son potentiel. Même l’intrigue qui se développe petit à petit au fil des tomes va servir de terreau à toujours plus de combats et de scènes d’actions marquantes. On aborde donc un point très intéressant qui est que cette succession de luttes n’est pas qu’une simple source de divertissement. Elle tient une toute autre symbolique en étant le cœur même de cette saga. Suivre ces conflits sanglants devient alors le fil rouge de notre parcours et chaque victoire est un pas de plus dans l’histoire. Voilà une licence qui a fait de son atout principal l’âme de son scénario et qui y arrive très bien. Ce qui devrait être un simple conflit se transforme en un arc narratif palpitant où l’excitation qui anime les participants déteint sur le public et le lecteur.

Si l’on parle des combats de Kengan Ashura, il faut aussi s’attarder sur un autre élément de taille propre à ces derniers. On parle bien sûr des guerriers qui entrent dans l’arène et donnent tout ce qu’ils ont pour satisfaire leur public. Là encore, le manga frappe fort du fait qu’il met en scène une galerie de duellistes absolument prodigieuse. Il y a donc sans cesse un sentiment de renouvellement qui s’exprime tout au long de cette lecture par rapport à ces lutteurs. Des hommes qui ont tous ce petit quelque chose leur permettant de se différencier et de nous donner envie de voir ce qu’il a dans le ventre.

Des combattants aguerris

Kengan Ashura - frappeIl est impossible de dissocier les combats à ceux qui sont au cœur de l’action. En effet, si le rythme et la violence contribuent à offrir une aura toute singulière à ces luttes mortelles, elles ne seraient pas aussi marquantes sans ces guerriers de l’ombre. Tout d’abord, il faut bien cerner le fait que chaque combattant parvient à se démarquer des autres par une technique qui lui est propre, une façon de combattre ou même une résistance hors du commun. Cela fait partie intégrante de l’identité du manga qui parvient ainsi à ne jamais tomber dans une répétition concernant le déroulement d’une rencontre. En allant dans cette direction, cela va avoir plusieurs conséquences très intéressantes sur le duel, mais aussi sur notre manière d’appréhender celui-ci. Une fois que l’on s’est vraiment imprégné de cet univers, on prend un malin plaisir à essayer de deviner ce qui fait l’originalité de tel combattant. Il y a donc une certaine phase d’observation qui se dessine au départ et que l’on va partager avec Ohma. Ainsi, on se met un peu à sa place et on se demande donc quel va être le moyen pour ce dernier de décrocher la victoire. Il ne s’agit donc pas que d’une question de force brute, mais aussi de compréhension de son adversaire afin de mieux s’adapter. Cela vaut autant pour notre nouvel ami que pour tous ceux qui se dresseront sur sa route. Ainsi, on va toujours avoir un certain intérêt pour notre héros, mais surtout pour ses opposants qui vont nous marquer à leur manière.

Chaque ennemi réussit à s’inscrire dans notre esprit. Il a beau être au bas de l’échelle ou faire simplement une courte apparition, son originalité le rend mémorable. On peut même dire que c’est cette diversité chez l’ennemi qui contribue à rendre cette épopée aussi palpitante. C’est à force de lutter et de cerner la meilleure manière de terrasser l’homme en face qu’Ohma peut espérer se hisser au sommet. Il est donc impensable de se concentrer sur ce jeune homme sans voir derrière lui tous ces individus qui ont nourri son expérience et lui permettent d’avancer. Cette fresque brutale et sauvage n’est donc pas le récit d’un seul personnage, mais bel et bien d’une ribambelle d’individus qui combattent sans relâche dans l’espoir de simplement être le meilleur. Une quête éternelle de puissance qui nous happe et nous donne envie de savoir si celui que l’on suit peut y parvenir. D’ailleurs, il y a toujours un certain plaisir à voir de nouveaux adversaires faire leur apparition. Le simple fait de les observer et de voir leur arrivée contribue à nourrir notre intérêt de voir une possible affiche entre eux et Ohma. On n’est donc plus simplement en train de contempler des combats. Le lecteur va même s’imaginer les rencontres de rêve qu’il aimerait voir arriver par la suite. Il n’en faut alors pas plus pour simplement nous divertir et nous pousser toujours plus loin dans la lecture. La baston et ses dignes représentants deviennent ainsi les éléments clés d’une pièce que l’on regarde avec plaisir.

Kengan Ashura est un titre vraiment à part parmi cette légion d’œuvres que l’on peut avoir entre les mains. Sa volonté d’être axée surtout sur l’action et d’offrir un show qui ne pose pas de limites dans la démesure fait que l’on se prend rapidement au jeu. Sans même s’en rendre compte, on se met à encourager notre jeune combattant qui ne s’arrête jamais de nous épater. Une œuvre façonnée par les combats et qui construit toute son intrigue à travers tous ces échanges brutaux. L’excitation que l’on ressent offre alors un sentiment assez grisant où l’on est emporté dans cette déferlante de violences et de luttes grandioses.

Kengan Ashura s’échauffe

Il est évident que Kengan Ashura s’adresse avant tout aux amoureux d’action, mais il n’est pas seulement un récit portant là-dessus. En réalité, cette succession de combats que l’on peut contempler est ce qui forme l’épine dorsale de la licence. Chaque confrontation est aussi importante qu’un arc narratif et va permettre de construire le personnage d’Ohma ainsi que l’univers dans lequel on évolue. Ce qui nous semblait impressionnant et surhumain au départ se transforme alors peu à peu en un rendez-vous que l’on suit avec plaisir tant on a envie d’être surpris. C’est aussi ça la force de ces confrontations Kengan qui parviennent à se renouveler et à proposer constamment de nouvelles épreuves, mais aussi des opposants inédits. Bien évidemment, on est dans un manga qui se veut brutal et même sanglant, mais l’auteur et le dessinateur ont si bien cerner l’âme de cette histoire que l’on est attiré par cette arène où la violence fait loi. En réalité, on est exactement comme Kazuo. Des êtres ordinaires qui se retrouvent propulsés dans un environnement qui les dépasse, mais dont on finit par s’imprégner et où l’on en vient même à vouloir encourager notre petit poulain. Il est indéniable que la saga a une force d’attraction incroyable dont il est difficile de s’en détacher après. On progresse dans l’ombre en se demandant jusqu’où nous emmènera la quête de cet homme dont les poings parlent bien plus que de simples mots.

On a énormément apprécié Kengan Ashura pour ce qu’il est, à savoir un pur défouloir. Cette série nous prouve à la perfection que ce n’est pas forcément en proposant des intrigues complexes que l’on peut séduire le lecteur. Il suffit juste de savoir ce que l’on souhaite mettre en avant pour réussir à emporter le spectateur et à lui faire adhérer à ce récit. L’action devient alors la principale raison pour laquelle on suit cette aventure et qui nous satisfait tout autant que d’être immergé dans un excellent polar ou une épopée grandiose. Si vous souhaitez lire une saga décomplexée, brutale et épique dans ses duels alors ce manga est fait pour vous. Alors que l’on vient juste de finir de lire le quatrième tome, on a déjà envie de connaître la suite pour tout simplement admirer le talent de ces combattants sur leur champ de bataille. En plus de ça, on a le droit à la mise en place d’un arc narratif prometteur qui va faire la part belle aux confrontations dantesques. Bien sûr, on ne peut s’arrêter sans mettre sur la table les diverses questions que l’on peut se poser. Est-ce que Ohma va finir par tomber sur quelqu’un de plus fort que lui ? Que nous réserve ses prochains adversaires ? Toute cette histoire cache-t-elle d’autres secrets ? Va-t-on assister à un renouveau au sein de ces rixes ? On a déjà très hâte d’être présent pour le prochain choc des champions. Du grand spectacle à la fois sauvage et hypnotique dont l’alchimie fonctionne à merveille.

N’hésitez pas à nous partager dans les commentaires votre propre avis ainsi que votre ressenti concernant ces premiers volumes de Kengan Ashura. Pensez-vous que l’on puisse tenir sur la longueur à travers cette montée en puissance dans l’action ? Croyez-vous que l’on va avoir le droit à une autre intrigue qui va se développer en parallèle de ces affrontements ? Quel est votre combattant favori parmi la pléthore de personnages présents dans cette histoire ? Croyez-vous que l’on va assister à des duels encore plus grandioses par la suite ? Qu’attendez-vous pour le futur de la licence ? On reste à votre disposition pour échanger, discuter et débattre autour de ce sujet.

© 2012 Daromeon / Sandrovich Yabako, Shogakukan

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.