Kimi no Knife-Vol.-1-2

Kimi no Knife tome 1 : une proposition aux terribles conséquences

On le sait, il n’est pas rare d’avoir le droit à des rééditions de séries. Cela peut être pour de nombreuses raisons comme la sortie d’une Perfect Edition ou bien pour remettre en avant une série qui fut abandonnée par le passé. C’est sur ce dernier point que nos pas vont nous conduire aujourd’hui avec le retour d’une série qui avait déjà fait une apparition en France. Provenant tout droit du catalogue de Panini, il s’agit de Kimi no Knife dont le premier volume est sorti il y a peu. Cette série avait déjà eu le droit à une première version qui fut malheureusement arrêtée avant son retour cette année. N’ayant pas eu l’occasion, à l’époque, de découvrir cette saga, on s’est dit que ce serait le moment idéal pour le faire. C’est ainsi que l’on s’est lancé dans cette aventure qui a su avoir son petit effet très rapidement. En quelques pages, ce manga réussit à capter notre attention et surtout à proposer un postulat de base très intéressant. Misant beaucoup sur ces personnages et le chemin qu’ils ont décidé d’entreprendre, cette histoire affiche de très beaux atouts. L’heure est donc venue de suivre un homme capable de tout pour avoir l’argent dont il a besoin.

Un homme ayant besoin d’argent

Kimi no Knife - choixKimi no Knife, imaginée par Yua Kotegawa, nous plonge dans un Japon contemporain tout à fait classique. C’est ici que l’on fait la connaissance de Yukitaka Shiki, un jeune tout à fait honnête et sans la moindre histoire. En tant que professeur remplaçant, il n’est malheureusement pas le mieux payé. Un gros problème pour lui étant donné qu’il a besoin de réunir très rapidement une forte somme d’argent. Cette nécessité se fait de plus en plus pressante au fil du temps et il ne peut s’empêcher de réfléchir à ce qu’il pourrait faire pour arranger ça. Malheureusement, il lui est très difficile de trouver une autre source de revenu. Malgré ses échecs, il refuse de baisser les bras et ne peut accepter ces échecs, car cela voudrait dire qu’il risquerait de plonger dans un abîme de désespoir encore plus profond. Il est alors loin de s’imaginer qu’une rencontre va totalement bouleverser son quotidien et l’angoisse qui le ronge. Il se rend un beau soir dans un bar dans l’espoir de noyer ses craintes dans l’alcool. C’est alors qu’il va faire la rencontre d’une jeune femme ravissante, mais en même temps bien mystérieuse. Les deux adultes vont discuter un petit moment et son interlocutrice va lui faire une demande qui va rester profondément marquée dans son esprit. Ce qui n’était qu’une simple discussion lambda va basculer en une proposition assez macabre, mais qui pourtant offre une lueur d’espoir au jeune homme dont la crainte ne cesse de grandir.

L’inconnue lui demande s’il serait prêt à tuer quelqu’un en échange de cinq millions de yens. Une somme considérable, mais qui obligerait Shiki à ôter une vie. Même pour tout l’or du monde, ce dernier se refuse à tuer un innocent. Il a toujours été intègre et ne peut comprendre comment quelqu’un peut lui faire une telle proposition. Son refus faire sourire la jeune femme qui va alors changer quelque peu son discours. De simples mots qui vont totalement faire réfléchir ce garçon désespéré. S’il est normal qu’il refuse d’assassiner un individu lambda de sang-froid, le résultat pourrait être différent si la cible n’était autre qu’un criminel. Accepterait-il alors de débarrasser ce monde d’un monstre tout en pouvant gagner suffisamment pour régler son problème ? A ces mots, Shiki ne peut s’empêcher d’envisager toutes les possibilités. Alors qu’il a toujours pensé au bien des autres avant le sien, voilà qu’on lui donne une occasion unique de changer la donne. Le simple fait d’indiquer que quelqu’un est un criminel serait suffisant pour le pousser à en devenir un à son tour. Son esprit embrumé par l’alcool ne peut alors savoir ce qui est juste ou non de faire tandis qu’il repense à ce cruel besoin d’argent. Il suffit parfois d’un simple mot pour que le plus intègre des hommes se transforme en un tueur. Voici donc le récit de cet adulte dont le conflit interne qui le ronge pourrait bien le conduire sur une pente qu’il ne pourra plus jamais remonter.

Kimi no Knife sait, à travers ce premier volume, comment poser rapidement une base solide pour la suite. Il ne faut vraiment pas longtemps pour que l’on soit emporté par le scénario pensé par l’auteur et qui va nous amener sur un terrain à la fois intelligent et captivant concernant la mentalité des protagonistes. Une œuvre qui pousse à la réflexion, mais qui va aussi nous montrer ce que le désespoir, la colère, mais aussi la tristesse peuvent amener à faire. On se retrouve alors devant une licence qui sait très bien se servir de ses atouts pour nous décrire ce chemin macabre que l’on décide de suivre.

Un récit prenant et fascinant

Ce qui est avant tout captivant lorsque l’on s’attarde sur le premier volume de Kimi no Knife est l’ingéniosité avec laquelle la mangaka construit ses divers personnages. Il suffit de voir notre protagoniste pour s’en rendre compte. On a constamment le droit à des acteurs et actrices qui sont bien plus complexes qu’on pourrait l’imaginer au départ. Cela nous donne, dans un premier temps, envie d’en apprendre plus sur eux et aussi d’être surpris par leurs agissements. On a beau être dans une fiction, il se dégage une certaine forme de sincérité qui fonctionne très bien et permet donc d’accroître notre sympathie à l’égard de certains. D’ailleurs, il est important de noter que la mangaka aime beaucoup enchaîner les situations intenables avec des moments beaucoup plus doux et calmes. Cela donne presque la sensation que tout ceci n’était qu’un mauvais rêve et qu’il est encore temps de reprendre le cours normal de sa vie. Un sentiment qui finit par s’effondrer dès l’instant où le personnage principal comprend que tout ça est bien réel. On est ainsi totalement embarqué dans le dilemme de cet individu qui agit comme beaucoup auraient pu se comporter dans sa situation. C’est aussi ça la force de cette introduction qui, en plus de nous poser des bases solides, va constamment jouer avec cette notion de morale et d’intégrité. On remarque alors à travers ces pages que cela peut totalement varier en fonction de ce qui est dans la balance et de l’histoire de chacun.

On sent une certaine volonté de nous raconter la chute d’un homme intègre pour des raisons que l’on peut comprendre. En prenant ce parti-pris, on est constamment en contact avec ces tentations qui vont entourer Shiki et le pousser dans ses derniers retranchements. Là encore, il y a un formidable travail qui est fait pour que l’on sente ce conflit qui se déroule à l’intérieur de son être. L’urgence de la situation et sa boussole morale s’entrechoquent et nous mettent dans une position où l’on serait aussi incapable de donner la bonne réponse. De cela va découler aussi de nombreux sujets captivants, mais aussi importants concernant la vie et la mort, la justice et le crime, mais aussi sur la détresse et le désespoir. Tous ces éléments se réunissent pour donner une première partie prenante et qui nous touche profondément. On assiste alors à ce spectacle en se demandant si toutes ces épreuves ne vont pas finalement changer à jamais la personnalité de cet homme pourtant si dévoué. De même, la relation qu’il va y avoir avec un autre protagoniste va aussi consolider cette force d’attraction qu’à ce premier volume. Le lecteur se sent alors totalement impuissant en contemplant ces quelques pages et l’on se met juste à espérer que tout cela finisse par s’arranger, même si on sait pertinemment au fond de nous que son existence ne sera jamais plus comme avant. Une formidable plongée dans la psyché humaine qui peut pousser des gens bons à franchir la ligne rouge.

En s’aventurant dans ce premier tome de Kimi no Knife, on a pu découvrir un périple haletant où la détresse de notre protagoniste va être palpable. Un récit qui souhaite autant nous montrer ce qu’il est prêt à faire que de comprendre pourquoi il le fait. On cogite donc sur sa situation et surtout sur ce qu’il compte faire maintenant qu’il est pris dans cet engrenage malsain dont il ne peut s’échapper. On a alors envie de voir son évolution dans le futur, mais aussi ce qu’il pourrait bien se passer par rapport aux quelques rencontres qu’il a fait depuis son entrée dans ce sombre milieu.

Kimi no Knife aiguise ses atouts

Kimi no Knife - rencontreKimi no Knife fut une excellente découverte, et cela, notamment grâce à l’écriture des divers personnages propres à ce récit. Il y a quelque chose d’incroyable à voir Shiki se débattre contre cette noirceur qui s’étend tout autour de lui. On sent qu’il n’est pas un mauvais bougre et c’est encore plus vrai dès lors que l’on connaît ses motivations. On ne partage pas forcément ce qu’il est prêt à faire, mais la fragilité dont il fait preuve et qui le pousse à passer à l’acte. Cette dégringolade est parfaitement représentée et on apprécie même de voir qu’il essaye tant bien que mal de s’accrocher à un semblant de vie paisible. De même, le manga va aussi amener la question de ce qui qualifie un être humain de criminel et aussi montrer une forme de justice sanglante. Tout est très bien équilibré et permet donc à ce premier volume de ne jamais basculer pleinement d’un seul côté de la barrière. On confronte ici la notion de bien et de mal pour finalement se rendre compte qu’elles s’effacent peu à peu pour ne laisser que diverses nuances. C’est donc un remarquable travail de la part de la mangaka qui parfaitement su mettre en scène ce qu’elle désirait et ainsi capter notre attention en nous demandant ce que l’on aurait fait à la place de Shiki. On sent que tout le dépasse et c’est ce qui fait que cette introduction est aussi puissante dans sa sincérité et la manière de représenter l’être humain. Une virée dans l’esprit d’une personne acculée qui se raccroche au premier espoir qu’on lui donne.

Ce fut donc un réel plaisir que de découvrir cette licence que l’on ne connaissait pas du tout. Cette nouvelle édition nous a ainsi permis de faire la lumière sur les prémices de cet univers et il s’avère que tout ça est très prometteur. Le premier acte d’une aventure pouvant être incroyable et qui surtout mise beaucoup sur la psychologie humaine et la conception de justice et de crime. Si vous aimez les polars prenants ainsi que des protagonistes loin des stéréotypes habituels alors vous devriez trouver votre bonheur dans Kimi no Knife. On a adoré le style de la mangaka qui a su retranscrire toutes ces petites émotions qui peuvent habiter n’importe quel être humain et surtout cette chute que l’on peut éprouver à la suite d’un événement tragique. Pour ce qui est du rythme, celui-ci mélange très bien situations oppressantes et moments d’accalmie permettant d’appuyer la personnalité des gens. Il est donc maintenant temps de s’attarder sur ces interrogations qui hantent notre esprit suite à ce récit. Est-ce que Shiki va continuer sa dégringolade ou finir par rester fidèle à ce qu’il est ? Est-il encore possible de faire machine arrière ? Qu’en est-il des autres individus qui viennent de s’incruster dans sa vie ? Ne vaut-il pas mieux tourner la page pour pouvoir aller finalement de l’avant ? En tout cas, le second acte promet d’être très intéressant à suivre et pourrait bien redistribuer les cartes pour l’ensemble des acteurs de cette pièce.

N’hésitez pas à partager dans les commentaires votre propre avis ainsi que votre ressenti concernant ce premier volume de Kimi no Knife. Trouvez-vous que le récit peut avoir du potentiel pour la suite ? Avez-vous été intrigué par toute cette histoire et notamment ce qui tourne autour de ces personnages ? Pensez-vous qu’il soit possible pour notre jeune professeur de retrouver une vie normale ? Croyez-vous que la spirale infernale dans laquelle se retrouve plongée Shiki peut être brisé ? Avez-vous été fasciné par cette dégringolade de la vie de cet homme qui ne peut plus faire marche arrière ? Qu’attendez-vous pour la suite de cette licence ? On reste à votre disposition pour échanger, discuter et débattre autour de ce sujet.

© 2009 Kotegawa Yua

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.