Frieren-Vol.-1

Frieren tome 1 et 2 : entre vie et mort

Comme on l’a dit dans une précédente chronique, ce premier trimestre 2022 se présente comme un formidable cru en matière de nouveautés. Avec un chiffre toujours plus grand de nouvelles licences qui font leur apparition, il est difficile d’avoir l’œil sur tout. Cependant, il y a une saga que l’on souhaitait absolument traiter à sa sortie tant elle dégageait quelque chose lors de son annonce. Il s’agit de Frieren, édité chez Ki-oon, dont les deux premiers volumes sortent aujourd’hui. Avec ses couvertures à la fois douces et resplendissantes ainsi que son synopsis accrocheur, ce manga a rapidement su éveiller notre curiosité. On avait donc très hâte de voir ce que pourrait donner ce périple de fantasy où l’action s’efface pour laisser place à une histoire centrée sur l’émotion. Après avoir longuement analysé ces deux ouvrages, on a été captivé par ce que l’on a découvert. Un périple qui semble avoir parfaitement compris comment mettre en place les fondations de son conte, mais aussi proposer une écriture incroyable à l’égard des personnages qui vont ponctuer notre avancée. Sans perdre une minute de plus, on débarque sur ces terres où la paix résonne déjà dans le cœur des gens.

Retour en héros

Frieren - chagrinFrieren, scénarisé par Kanehito Yamada et dessiné par Tsukasa Abe, nous plonge dans un monde de fantasy qui s’apprête à connaître un joyeux dénouement. Après dix années à lutter pour atteindre leur ennemi juré, le jeune héros Himmel accompagné de l’elfe Frieren, le nain Eisen et le prêtre Heiter réussissent à terrasser le roi des démons. Le monde est enfin libéré de son influence néfaste et la paix peut revenir sur ces terres. Les autres compagnons retournent chez eux sous l’acclamation des citoyens dont le bonheur est palpable. Malgré toute cette effervescence, Frieren garde son air froid et distant tandis que le chef du groupe savoure ce moment qu’il attendait depuis si longtemps. A présent, son nom et celui de ses camarades resteront à jamais gravés dans l’Histoire. Maintenant, il faut à chacun retrouver sa vie d’avant et cela est bien compliqué quand on a passé autant de temps sur les routes à lutter pour la sauvegarde de ces terres. Des aventures folles qui ne peuvent disparaître de l’esprit de ces combattants qui peuvent avoir l’impression que le retour à une vie paisible s’annonce compliqué. De plus, cela signifie que le moment de la séparation est venu. Le groupe est fini et chacun part de son côté. Concernant la jeune elfe, celle-ci ne semble pas plus perturbée que ça à l’idée de repartir sur les routes en solitaire. Il faut dire qu’avec sa longévité exceptionnelle, ces dix ans ne pèsent pas vraiment dans la balance. Pour elle, c’est comme si tout ça n’avait duré que quelques jours et qu’il était temps de tourner la page sur un nouveau chapitre de son errance.

Malgré tout, elle ne quitte pas ses anciens compagnons d’armes comme ça. Elle leur promet de se retrouver un demi-siècle plus tard afin de fêter de nouveau cet événement majeur. Les autres sont d’accord, mais pour eux cela paraît si lointain. Cinquante ans pour un humain représente un long trajet et cela amène forcément des changements ou même pire. Mais peu importe, car la priorité pour eux est cet instant qu’ils s’apprêtent à partager de nouveau. Le temps file et le jour des retrouvailles est enfin arrivé. Comme promis, Frieren est là pour retrouver ses amis sans se douter que cet instant en leur compagnie sera la dernière qu’ils passeront tous ensemble. Devenu un vieillard, Himmel finit par s’éteindre paisiblement peu de temps après le retour de sa camarade elfe. Cette dernière est sous le choc en voyant cet homme autrefois si imbu de lui-même et plein de vie allongé dans ce cercueil l’air paisible. Elle sait pertinemment qu’il ne se réveillera plus jamais, mais elle ne s’attendait pas à ressentir un vide au plus profond de son cœur. Pour la première fois, cette demoiselle prend conscience que la vie des humains est courte. Se rendant compte qu’elle ignore tellement de choses sur ces gens avec qui elle a pourtant partagé dix années de son existence, il lui est impossible de rester de marbre. A ses yeux, il est important de se lancer un nouvel objectif. Celui-ci est d’apprendre les arcanes du cœur et mieux cerner ce que l’espèce humaine connaît au quotidien. Un périple inédit qui pourrait bien changer son rapport avec les autres et ce temps inéluctable qui file à toute vitesse pour certains.

Avec son synopsis, Frieren résume très bien tout ce que l’on s’apprête à découvrir à travers ses deux premiers volumes. Un récit qui ne cherche pas à nous plonger dans un périple grandiose pour la sauvegarde du monde. Il s’agit avant tout de nous montrer les aléas de la vie après un tel combat pour nos héros. L’excitation de l’aventure laisse place ici à la beauté de l’existence qui est éphémère pour bon nombre d’entre nous. Une série qui nous fait longuement côtoyer la mort pour nous présenter des sujets d’une grande importance et bien réels. La plus grande épreuve n’est pas de gagner contre les forces du mal, mais de survivre aux autres.

La notion de mort

Cela peut paraître singulier, mais la mort fait énormément partie de l’expérience propre à Frieren. Ce manga veut justement aborder le fait de disparaître, ce qu’on laisse derrière soi, mais aussi les gens qui restent. C’est pour ça que notre elfe est aussi bien écrite et intéressante à suivre. Du fait de son statut propre à son peuple, elle n’a pas du tout la même perception du temps que les êtres humains. Ainsi, ce qui correspond à une vie entière pour un homme n’est qu’un grain de poussière pour elle. Mais cette dualité entre les deux espèces est ce qui va créer le cœur de ce manga qui veut justement, à travers ce personnage, nous faire réfléchir sur la vie et la mort. Elle a beau rester stoïque la plupart du temps, notre héroïne ne peut s’empêcher de ressentir un profond déchirement quand elle reste alors que son entourage s’efface petit à petit. Le seul problème, c’est qu’elle n’arrive pas à trouver les mots pour désigner cette douleur ni même comprendre pourquoi elle ressent ça. Ce voyage est donc une quête personnelle pour cette elfe qui désire en apprendre plus sur l’être humain et par ce fait, en savoir plus sur elle-même. La série arrive avec brio à jouer sur cet aspect émotionnel qui va nous délivrer des moments absolument fabuleux et d’une profonde tristesse. Il ne s’agit pas ici pour ces gens de mourir au combat face à des monstres impitoyables. C’est avant tout le temps qui finit par rattraper ces derniers qui s’éteignent paisiblement dans leur sommeil.

Ce manga a beau nous amener dans la fantasy, son message se veut particulièrement réaliste. On nous ramène à la fatalité qui touche chaque personne qui doit, un jour ou l’autre, faire l’expérience de la mort. Cela peut autant être directement ou bien à travers un proche. On renoue avec cet avenir malheureux qui nous attend tous et cela est fait avec tellement de sincérité et de douceur au sein de ces pages que l’on ne peut qu’être emporté par le flot d’émotions qui s’abat sur notre héroïne. On se transpose à sa place et on se dit que cela pourrait être n’importe qui devant nous. La mélancolie, les souvenirs et la peine sont les principaux moteurs de cette épopée qui veut aussi nous prouver que c’est justement ce côté éphémère de la vie qui la rend aussi belle. On cherche à profiter au mieux de chaque jour, car on ne sait jamais ce que l’avenir nous réserve. Chaque instant devient alors plus beau que le précédent et on se laisse gagner par ce bonheur simple et vital d’exister. C’est ça aussi l’objectif de cette licence. Nous faire renouer avec cet amour de la vie et permettre à ceux qui ne sont plus là de continuer à exister à travers notre mémoire. Un thème qui s’inscrit à merveille dans ce contexte fictif et qui va justement nous faire prendre conscience de bien des choses que l’on peut avoir tendance à oublier. Voilà une histoire qui sait comment marquer l’esprit du lecteur sans même avoir besoin d’être spectaculaire sur le plan de l’action. On se laisse juste guider par ce torrent d’émotions qui guide chacun de nos pas au sein de cet environnement fabuleux.

II est très surprenant et captivant de voir à quel point la mort a une place prédominante dans Frieren. De cette notion va découler un développement particulièrement soigné à l’égard de notre protagoniste qui continue d’observer le monde avec le même regard. Alors que le temps s’écoule différemment pour elle, on perçoit petit à petit des changements en elle lui permettant de mieux comprendre ces émotions qui naissent en son cœur. Cette série est avant tout le récit de cette demoiselle dont les années ne sont qu’un grain de poussière et qui se questionne sur ces gens qui croisent sa route et l’accompagnent pendant une partie de sa longue vie.

Les réflexions d’une elfe

Frieren - momentsL’autre grand atout de Frieren vient justement du personnage portant ce nom. C’est à travers elle que vont découler tous les messages désirés par le mangaka. En fait, quand on s’attarde un peu plus sur sa personnalité, on se rend compte qu’elle est très loin d’agir comme ses comparses. Restant impassible en toute circonstance, on a l’impression que rien ne peut venir l’ébranler. Un être semblant même dénué d’émotions et qui a du mal à cerner cette capacité aux humains de ressentir tant de choses. Si cela peut paraître assez tragique et peu enclin à éveiller notre sympathie au commencement, on change très vite d’avis. Le problème ici n’est pas qu’elle ne peut rien éprouver, mais qu’elle n’a jamais fait l’expérience de ce que ses compagnons peuvent connaître par rapport à leur espèce. C’est sa trop grande longévité qui la pousse à ne pas forcément avoir le même rapport avec son environnement. Pour elle, atteindre un lieu, voir un événement rare ou bien explorer ce monde ne sont qu’une formalité. Cela a beau prendre plusieurs années, cela n’est rien à ses yeux au vu de son espérance de vie. Au contraire, les humains ont constamment cette peur de la fin qui vient les assaillir. C’est pour ça qu’il y a une scission entre les deux peuples et qui va pousser le lecteur à avoir envie d’assister à l’apprentissage de Frieren concernant cet aspect à la fois beau et tragique de la vie humaine. Ce manga se présente donc comme une quête personnelle pour cette elfe qui s’ouvre petit à petit aux secrets du cœur.

C’est aussi pour ça que la série réussit aussi bien son entrée en matière dans ces deux premiers volumes. En mettant en place un tel personnage comme actrice principale de sa pièce, l’auteur veut que l’on ait de l’empathie à son égard. Notre objectif n’est pas de la voir silencieuse face à ce temps qui s’écoule, mais de justement la voir apprécier ces instants fugaces qui font la beauté de la vie. D’ailleurs, la tranquillité qui transpire de cette série va être le parfait déclencheur pour entamer cette nouvelle épopée. N’ayant plus de réelle menace qui plane sur ces terres, chacun doit maintenant trouver un autre sens à son existence. L’occasion parfaite de se laisser aller à l’exploration des lieux et de suivre un but aussi étrange que celui de Frieren. Pour s’attarder quelques instants sur cet objectif qu’elle s’est fixé, le fait qu’il nous amène à voir une multitude de sorts plus extravagants les uns que les autres poussent aussi dans cette direction qui est d’apprécier les choses comme elles sont. Même un pouvoir pouvant sembler inutile peut être source d’émerveillement ou alors de souvenirs pour ceux qui le recherchent. C’est l’ensemble de ces éléments qui rendent cette demoiselle aussi fascinante à suivre. Un être rare qui ne se contente pas de rester fidèle à ses origines et qui est la preuve vivante que certaines rencontres peuvent bouleverser l’avenir de quelqu’un. La longévité de l’elfe se confronte à l’espérance éphémère de l’homme afin de mettre à l’honneur l’importance de tous ces moments que l’on passe de notre vivant en compagnie des gens que l’on aime.

Frieren a très bien fait d’arriver en France à travers ses deux premiers volumes. Cela permet de cerner au mieux ce qui nous attend, mais aussi de s’imprégner pleinement de cette expérience unique en son genre. On a déjà eu des récits fantastiques se tournant plus vers le contemplatif et l’émotion. Cependant, cette saga amène cette narration a un tout autre niveau et qui va autant prendre tout son sens à travers le dessin que ces paroles qui vont résonner à jamais dans la tête de notre héroïne. Une invitation pertinente pour réfléchir à ce que la vie apporte et ce que la mort laisse dans son sillage.

Frieren et ses recherches prometteuses

Avec Frieren, on nous montre à quel point la fantasy peut donner vie à des aventures sortant des sentiers battus. On tient là deux volumes absolument fabuleux autant sur le plan visuel que sur ce qui nous est conté. Un récit d’une grande humanité et qui va parfaitement utiliser son sujet de base pour donner vie à des personnages pour qui on a énormément de sympathie. On a beau ne passer que quelques instants en leur compagnie, cela suffit amplement pour partager la tristesse de leur départ et comprendre la quête personnelle de notre protagoniste. De même, ce manga fait aussi preuve d’une richesse incroyable dans l’univers dépeint et les paysages que l’on peut découvrir. Le lecteur est autant emporté par cet ascenseur émotionnel que l’on vit en compagnie de ces héros et émerveillé par les sublimes décors constituant ces terres. L’explorateur en nous a envie de parcourir en long, en large et en travers ces contrées regorgeant de secrets tout en prenant le temps de savourer tous ces instants avec cette elfe. En deux tomes, cette série a déjà su frapper un grand coup et montre qu’une expérience marquante n’est pas forcément synonyme de combats grandioses ou de quête épique. Le simple fait de vagabonder et d’enrichir notre propre vécu à chaque nouvelle rencontre n’a pas de prix comme nous le montre avec brio cette saga. Errer et partager toutes ces petites émotions qui forment notre existence est si bien représenté au sein de ces pages. Une œuvre qui nous éblouit par le soin apporté à l’écriture, mais aussi à ce spectacle visuel magistral.

Vous l’aurez aisément compris à la lecture de cette chronique, mais on a vraiment été sous le charme de ces deux premiers tomes de Frieren. Une expérience littéraire comme rarement on n’en a connu. Notre héroïne est un personnage d’une profondeur insoupçonnée et qui parle non seulement à la personne que l’on est, mais aussi qui réussit à retranscrire à merveille cette dualité entre la vie et la mort. Deux éléments qui forment cette pièce de théâtre qu’est l’existence que l’on connaît tous et où l’on peut autant avoir des moments de joie que des peines terribles. Ce sont toutes ces expériences qui font de notre temps sur terre un moment si précieux et parfois douloureux. Frieren, c’est l’utilisation de la fiction pour représenter cette ligne directrice que l’on partage tous. Une épopée qui, même si on n’est pas forcément fan de l’aspect médiéval-fantasy, peut parler à tout le monde. On ne peut que donc vous conseiller de découvrir cette histoire d’une humanité débordante. A présent, il est grand temps d’évoquer les multiples questions qui nous trottent dans la tête. Est-ce que Frieren va pouvoir ouvrir les yeux sur ce qu’elle éprouve ? Va-t-elle cerner l’importance de tous ces petits instants qui embellissent une vie ? Va-t-elle entamer un nouveau voyage qui pourrait la changer à jamais ? Est-ce que le temps va encore la séparer d’autres gens ? Assisterons-nous à l’avènement de nouveaux héros ? On a très hâte de poursuivre cette prometteuse escapade.

N’hésitez pas à partager dans les commentaires votre propre avis ainsi que votre ressenti concernant ces deux premiers volumes de Frieren. Avez-vous été conquis par l’originalité de ce récit par rapport au destin de ces héros ? Trouvez-vous que notre chère elfe a quelque chose d’unique faisant que l’on s’intéresse à tout ce qu’elle peut accomplir ? Ce manga est-il parvenu à vous émouvoir par rapport aux relations qui nous sont présentées ? Est-ce que vous trouvez que le titre aborde avec intelligence et humanité des sujets graves et importants ? Qu’attendez-vous pour la suite de cette épopée à la fois triste et envoûtante ? On reste à votre disposition pour échanger, discuter et débattre autour de cette œuvre.

SOSO NO FRIEREN ©2020 Kanehito YAMADA,Tsukasa ABE / SHOGAKUKAN

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.