Phantom Seer-Vol.-1

Phantom Seer tome 1 : le devoir d’un médium

Après tant d’années à analyser des titres, il est vrai que l’on a toujours un petit plaisir à explorer de nouveaux horizons. Des aventures inédites qui nous donnent simplement envie de voyager et de découvrir une épopée pouvant être prometteuse. Malgré tout, il arrive aussi que certaines séries connaissent une fin prématurée. Cela ne veut pas pour autant dire qu’il faut laisser de côté ces œuvres. Bien au contraire, il est important de s’attarder sur ces dernières afin de voir ce que l’artiste désirait nous raconter. C’est le cas pour notre sujet du jour qui concerne Phantom Seer, édité chez Kazé, et qui a fait ses débuts la semaine dernière. Dès le départ, on était intrigué par la couverture de ce premier volume qui nous donnait très envie de voir ce qui se cachait à l’intérieur. On a donc sauté le pas en sachant pertinemment que l’on se projetait dans un périple qui se veut de courte durée avec quatre tomes à paraître. Mais on a très vite oublié ça tant on a été emporté par ce qui nous était raconté et la maîtrise du mangaka de certains codes. L’heure est donc venue de partir à la chasse aux phantoms.

Un aimant à problèmes

Phantom Seer Vol. 1Phantom Seer, scénarisé par Tôgo Gotô et dessiné par Kento Matsuura, nous plonge au Japon où l’on fait la connaissance de Riku. Cette jeune étudiante a tout pour plaire. Elle est intelligente, attentionnée et d’une grande bonté. Tout le monde l’adore et elle semble même afficher une sorte de prescience naturelle qui la met en garde contre des dangers proches. C’est ainsi qu’elle a pu venir en aide à bon nombre de gens de son entourage et est devenue une sorte de porte-bonheur pour ceux qui marchent à ses côtés. Mais si la réalité était tout autre ? C’est en tout cas ce que laisse croire Iori, un autre étudiant qui souhaite se rapprocher de Riku. Celui-ci n’a clairement pas une bonne réputation et reste plutôt effacé en cours. Peu enclin à discuter, il est pourtant assez loquace pour inviter sa camarade à le rejoindre après les cours dans une salle de classe vide. Curieuse et se demandant bien ce que peut lui vouloir ce garçon, elle accepte finalement d’aller à sa rencontre à la grande surprise du jeune homme. Il va lui faire une révélation qui va drastiquement changer son existence. Iori se présente comme un médium provenant d’une longue lignée de personnes talentueuses ayant suivi cette voie. Le simple nom de celui-ci suffirait à faire trembler le plus retors des esprits. Son rôle dans ce monde est de s’occuper des problèmes engendrés par certaines créatures paranormales à l’égard des vivants. Même s’il est loin d’être zélé pour accomplir son travail, il fait toujours de son mieux pour venir en aide à ceux dans le besoin. 

Tout ça dans l’unique but de pouvoir un jour mener une existence normale sans le moindre esprit à combattre. S’il se tient devant cette lycéenne, c’est parce que ces “phantoms” semblent être inextricablement attirés par elle. Alors que Riku pensait qu’elle pouvait prévenir les autres du danger, c’est en réalité elle qui amenait la menace envers son entourage. Une terrible nouvelle qui va la faire se questionner sur ce qu’elle peut bien faire pour arranger ça. Même si cela ne lui plaît pas et qu’il préférerait retourner à une vie pépère, Iori est assigné à sa protection. A eux deux, ils vont devoir faire face à de nombreux monstres qui cherchent à s’emparer de cette proie de choix. Malgré tout, ils s’apprêtent à se confronter à un véritable mur, car ces deux étudiants sont bien décidés à changer leurs destins. C’est un combat constant qui s’enclenche alors pour eux et qui va les mener à croiser la route de bon nombre de phantoms. Riku a beau être courageuse, elle se demande bien si elle va pouvoir faire confiance à son gardien. Mais pas de panique. Iori n’en a pas l’air, mais il détient une puissance impressionnante faisant de lui un atout considérable dans cette lutte de l’ombre. La quiétude n’est pas encore à l’ordre du jour pour ce binôme qui va devoir se serrer les coudes pour tenir devant les vagues incessantes d’esprits qui se dirigent vers eux. Les médiums entrent en scène pour mener un combat qui pourrait bien avoir de graves répercussions sur ce monde et ceux qui y vivent.

Il est tout à fait vrai que le synopsis de Phantom Seer peut sembler convenu au vu des nombreux mangas ayant déjà traité le thème de l’exorcisme et des yôkais. Cependant, cela ne signifie pas pour autant que le titre n’en sera pas divertissant. Parvenant à utiliser au mieux les codes de ce style, le scénariste et le dessinateur vont donner vie à une série qui arrive aussi à se distinguer des autres. Par sa volonté de mettre en avant le folklore japonais tout en nous délivrant un spectacle agréable pour les yeux, cette licence fait une entrée remarquée qui laisse présager de bonnes choses pour la suite.

De l’action autour du folklore japonais

A première vue, Phantom Seer n’invente pas forcément grand chose. Ce n’est pas ce qu’on lui demande ni ce que désire l’auteur qui veut avant tout proposer une aventure qui soit divertissante. On peut dire qu’il atteint son but au vu de ce premier acte fort prometteur. En effet, on retrouve des codes déjà vus, mais qui sont bien utilisés pour créer un premier pas qui soit accrocheur. C’est le principal objectif de ce titre qui veut à la fois être riche dans sa proposition que nous emmener rapidement au cœur de l’action. On a alors un rythme qui alterne efficacement moments d’accalmie servant à renforcer notre attachement pour les personnages et scènes de combat spectaculaires. Sur cette dernière partie, on doit dire que l’on a été subjugué par le trait du dessinateur. Il a habilement su créer un dessin qui soit dynamique, mais qui serve aussi à l’environnement dans lequel on évolue. C’est là que le manga va grandement se distinguer par rapport à ses camarades. En effet, on est totalement plongé dans le folklore japonais à travers les diverses missions que va accomplir notre binôme. Chaque phantom que l’on rencontre nous est expliqué de la bouche de Iori sans pour autant tomber dans l’apprentissage pur et dur. Tout ça éveille notre curiosité concernant tous ces esprits qui forment une sorte de bestiaire particulièrement fournie pour un premier volume. Une envie, à travers ces combats, de souligner une partie des contes et croyances japonaises qui est loin d’être anodine.

Tout ça apporte un cachet particulier à la série qui, même si elle semble classique dans le fond, parvient à attirer notre regard par sa forme. En plus de ça, le duo que l’on suit est fort plaisant. Avec son petit côté comique, Iori est un protagoniste qui parvient autant à nous faire sourire qu’à nous impressionner quand les choses sérieuses commencent. Là encore, on sent ce désir de montrer une infime partie de sa puissance. Tout est pensé pour stimuler l’imagination du lecteur qui va se mettre à rêver de ce qui peut l’attendre par la suite. Des premiers pas qui vont donc jouer à fond la carte du grand divertissement sans pour autant présenter une aventure fade. Il y a un réel travail qui est fait pour créer une identité propre à la saga et cela s’exprime autant par les personnages que les techniques ou bien les fantômes que l’on poursuit. Avec des figures déjà marquantes, Phantom Seer souhaite montrer qu’il peut réussir à être captivant en nous amenant sur un terrain finalement peu traité chez nous. En se posant et en contemplant ce show qui se dessine devant nous, on oublie ce qui entoure pour se concentrer, le temps de quelques minutes, sur cette épopée accrocheuse. Quand l’écriture, la narration et la mise en scène sont réussies, alors on tient devant nous une invitation à un périple prometteur. Les promesses sont là et on sent que tout ce que l’on observe n’est qu’un échantillon de ce que l’auteur souhaite montrer. Une base solide pour un manga qui cherche avant tout à divertir son public et qui y arrive très bien.

Phantom Seer nous prouve l’importance d’apprécier une œuvre pour ce qu’elle est. Un premier volume loin d’être inintéressant et qui propose de très bonnes idées pour le développement de son histoire. Tout cela est couplé à un excellent rythme qui va être particulièrement marqué dans les moments où l’action prend le pas sur tout le reste. Une aventure qui peut sembler classique au premier abord, mais où on a juste envie d’en avoir plus tant on a été attiré par le combat de ces personnages. Des héros auxquels on s’attache et qui surtout ont encore beaucoup de choses à nous raconter.

Phantom Seer réussit son incantation

Pour Phantom Seer, l’objectif est complété à travers ce premier tome. Son but était de nous faire accrocher à l’univers qu’il propose tout en montrant que l’on peut offrir un divertissement de haute volée même à travers certains éléments déjà vus. En compagnie de ce médium et de cet aimant à esprit, on a tout bonnement passé un excellent moment. A la fois drôle, épique et intéressante dans son contenu, la série de Tôgo Gotô et Kento Matsuura a su faire bonne impression. Comme on l’a dit en introduction, on sait que le titre a connu une fin malheureusement prématurée. Mais cela n’empêche nullement de savourer ce que ces deux artistes ont voulu nous raconter à travers Iori et Riku. Un périple qui a trouvé les bons éléments pour constituer son intrigue ainsi que le décor dans lequel on avance. Ce manga se présente avant tout comme une lecture amusante et puissante que l’on savoure sur l’instant présent. Pas besoin de plus pour que l’on puisse apprécier un récit qui a de quoi séduire et qui mérite tout de même que l’on pose le regard dessus. A une époque où l’on cherche constamment de la nouveauté ou bien de l’originalité, il est parfois important de se poser et de savourer une aventure qui a très bien compris ce que ces aînés ont pu créer auparavant. Voilà un titre qui représente à merveille ce que le manga doit être, à savoir un amusement avant tout et une invitation à s’évader pendant quelques minutes. Un premier ouvrage qui connaît ses bases et peut maintenant suivre sa propre route.

Notre ressenti suite à la lecture de Phantom Seer est excellent. Un petit plaisir que l’on a savouré sans voir le temps s’écouler. Une narration rapide et efficace qui nous emmène face à de nombreux esprits qui sont à la fois impressionnants et intéressants à étudier. Une fenêtre ouverte sur une partie de la culture japonaise et qui donne encore plus d’intérêt à cette série qui se terminera au bout de quatre tomes. Une licence qui plaira sûrement aux amoureux du folklore japonais et qui désirent une épopée sans prise de tête et intense dans ses confrontations. Avec une galerie de personnages captivante et qui laisse encore beaucoup de suspens pour la suite, on a juste hâte de retrouver tous ces médiums qui luttent contre ces monstres terrifiants. Bien sûr, qui dit fin de lecture dit aussi bon nombre de questions qui nous trottent dans la tête concernant la suite de ces péripéties. Est-ce que Riku va réussir à stopper les phantoms qui lui tournent autour ? Iori va-t-il pouvoir prétendre à cette vie de quiétude qu’il désire tant ? Quels esprits nous attendent dans les prochains chapitres ? Verrons-nous d’autres médiums en action face aux dangers qui apparaîtront par la suite ? Il nous tarde de retourner dans cet univers qui a déjà su grandement nous séduire.

N’hésitez pas à partager dans les commentaires votre propre avis ainsi que votre ressenti concernant ce premier volume de Phantom Seer. Trouvez-vous qu’il y avait un grand potentiel à travers cette introduction ? Est-ce que vous avez apprécié l’alchimie qui se dégage entre les divers protagonistes ? Le parti-pris d’utiliser les créatures du folklore japonais a-t-il su vous convaincre tout au long de cette lecture ? L’action tout au long du manga est-elle parvenue à vous séduire et à vous donner envie de voir plus de confrontations ? Qu’attendez-vous pour la suite de la licence ? On reste à votre disposition pour échanger, discuter et débattre autour de ce sujet.

© 2020 Matsuura Kento / Goto Tougo, Shueisha

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.