Issak

Issak : nos 5 raisons de commencer

Il n’y a pas à dire, le monde du manga nous offre une variété d’histoires absolument fabuleuse. Des titres pouvant combler tout le monde selon les goûts de chacun. C’est aussi parfois au milieu de ce torrent d’ouvrages que l’on peut trouver une série qui se transforme en coup de cœur. Une licence qui n’est pas forcément la plus connue, mais dont les qualités sont indéniables. C’est pour ça qu’aujourd’hui, on est reparti pour un autre numéro de “Nos 5 raisons de commencer” dédié à un récit qui ne s’arrête jamais de nous en mettre plein la vue. Il s’agit d’Issak, édité chez Ki-oon, dont le onzième volume est sorti il n’y a pas si longtemps. Cette saga nous invite à un voyage dans le temps pour une période de troubles en compagnie d’un redoutable guerrier japonais. Dès le premier volume, ce titre nous séduit tant il est à la fois un régal visuel qu’une formidable épopée guerrière. Avec un trait magistral et une histoire qui nous tient en haleine, il était important de s’attarder quelques instants sur cette œuvre. L’heure est donc venue de voir cinq points qui font de Issak une expérience à découvrir.

Un trait magistral

Tome 1

S’il y a un point qui saute aux yeux très rapidement quand on se lance dans Issak, c’est la qualité du dessin. Double-S, dessinateur du manga, nous prouve tout son talent en la matière. Non seulement il est bluffant dans ce qu’il parvient à produire en matière de planches, mais il réussit aussi à retranscrire habilement cette époque terrible ayant ravagé l’Europe. On sent, sans même avoir le moindre mot dans une case, tout le fardeau qui pèse sur ces soldats allant à la guerre. De plus, il y a un travail impressionnant qui est fait au niveau de notre mercenaire japonais qui va constamment briller quand l’action prend le pas sur les paroles. Ce manga prend des allures de fresque historique gigantesque où l’on se sent juste tout petit face à cette toile qui se dessine au fil des pages. Un boulot de titan pour permettre à cette histoire d’attirer directement le regard du spectateur avant de donner le coup de grâce par la force de son scénario. On est devant une série qui nous délivre des scènes mémorables, car même sans que les personnages parlent, on comprend totalement l’importance de chaque situation. Des moments qui vont aussi devenir emblématiques par la maîtrise de l’artiste en matière de composition, mais aussi de représentation. Il en est de même pour les grandes batailles où l’on ressent toute cette effervescence quand la mêlée éclate. Nous sommes témoins d’un spectacle à la fois beau et tragique dont on peut détourner les yeux.


Un contexte historique palpitant

Tome 2

Issak est aussi un manga qui peut ravir tous les amoureux de récits historiques. En nous plongeant en plein cœur des guerres de religion de 1620, le titre tente de se rapprocher au mieux de cette époque où la paix semblait impossible pour la population. Ce qui est alors très intéressant dans cette licence, c’est que l’on assiste à tous ces événements tragiques, mais du point de vue d’un personnage qui est très loin de toutes ses préoccupations. Si l’on se retrouve sur ces champs de bataille, c’est parce que l’on accompagne Issak dans son désir de vengeance afin de pouvoir retourner chez lui. Il a beau être embarqué dans de multiples batailles, il n’est qu’un mercenaire qui n’a pas réellement d’attaches pour ces pays et les gens qui vivent sur ces terres. Malgré tout, il va continuer à se battre non pas pour des idéaux, mais pour les gens qu’il considère comme ses amis. On nous conte donc avec brio une histoire très humaine au cœur d’une ère effroyable. Les puissants ont beau se battre pour obtenir plus de pouvoirs, les gens qui vont entourer notre personnage principal sont soudés par quelque chose de bien plus fort. En plus de ça, l’auteur parvient aussi à introduire des éléments ingénieux pour symboliser aussi à quel point cette période de conflits va être un tournant dans la manière de combattre. Tout est très bien pensé pour que l’on soit happé par tous ces bouleversements qui ont lieu en plein milieu de ce chaos.


Une quête de vengeance

Issak tome 3

Ce qui est aussi fascinant dans Issak, c’est ce qui motive notre protagoniste à faire autant de chemin pour se retrouver au cœur d’un conflit dont il n’a aucune raison de participer. En fait, c’est par la force des choses qu’il se retrouve à devoir faire étalage de ses compétences sur le terrain face à des hommes dont il ignore tout. On est pleinement dans la vie d’un mercenaire dont le but n’est pas la solde qu’il gagne ou bien qui l’emporte. Son objectif est avant tout personnel et c’est un pur plaisir que de le voir changer le cours d’une bataille pour simplement avoir sa cible dans sa ligne de mire. Cela donne lieu à des duels mémorables pouvant autant se passer un katana à la main qu’à plusieurs mètres de distance. On est impliqué dans cette vendetta qu’il souhaite mener au plus vite pour enfin retrouver son foyer. Ce qui est aussi important, c’est à quel point le manga montre l’importance du mousquet japonais. Un outil de mort qui a été perfectionné et pouvant radicalement changer la face d’une guerre. Ce qui commence comme un simple désir de faire payer l’homme qui a détruit sa vie se transforme progressivement en une course contre la montre pour que ce savoir reste à jamais secret. Un excellent résultat pour ce scénario qui ne reste pas sur ses acquis et va constamment évoluer tout en renforçant cette envie de voir le combat final opposant ces deux rivaux.


L’importance de la stratégie

Issak tome 4

Autre point important quand on parle de récit historique se passant dans une époque où la guerre prime sur tout le reste est la question de la représentation de celle-ci. Là encore, c’est une grande réussite pour ce manga qui va autant mettre un point d’honneur à nous plonger totalement au cœur de ce chaos sans nom que de développer tout l’aspect militaire. Ainsi, il y a une réelle notion de stratégie qui va graviter autour de nos protagonistes devant souvent faire face à des situations intenables. Pouvoir surprendre l’ennemi et surtout le pousser à fuir même en infériorité numérique devient vital. Cela ne fait que rendre cette épopée encore plus prenante tant on est happé par les ruses imaginées par ces combattants. On ouvre alors les yeux sur le rôle d’un commandant, l’importance de son leadership, mais aussi à quel point la peur peut changer radicalement le cours d’une bataille. A travers Issak, l’auteur nous prouve qu’il suffit parfois d’un tir bien placé pour bousculer le rapport de force. D’ailleurs, il est intéressant de noter que l’on ne reste jamais sur les mêmes tactiques. On a le droit à un renouvellement constant rendant chaque confrontation unique et épique. Le lecteur reste alors ébahi en voyant de quoi sont capables ces gens qui sont poussés dans leurs derniers retranchements pour assister à un nouveau lever de soleil. Un parti-pris qui fonctionne très bien et ajoute encore plus de crédit à ce contexte historique.


Un voyage inoubliable

Issak tome 5

Ce qui prime aussi avec Issak, c’est le ressenti que l’on a tout au long de cette épopée. On en est au onzième volume et le plaisir est toujours intact. Tout cela est dû à l’attrait que l’on a pour les personnages et pas uniquement notre protagoniste. Ils ont tous un rôle à jouer et certains apportent énormément au développement de ce mercenaire. On a beau passer d’un champ de bataille à l’autre sans avoir réellement le temps de souffler, cela ne signifie pas pour autant que l’on est face à une œuvre misant tout sur l’action. L’écriture est un immense atout de cette série qui va nous montrer une bonne partie de la souffrance des gens à cette période, leur crainte de tout perdre, de devoir fuir et de mourir sans rien pouvoir y faire. On nous présente avec justesse l’horreur de la guerre et ce qu’elle entraîne dans son sillage. Il n’est pas tant question ici de choisir un camp ou l’autre. L’auteur veut avant tout que l’on soit derrière ces individus qui tentent simplement de survivre au milieu de cet enfer. Réuni par des buts différents, ils parviennent pourtant à partager ce souhait de vivre et c’est magnifiquement représenté tout au long du titre. Une petite pépite débordante de sincérité et qui parvient autant à nous émouvoir qu’à assurer un divertissement de qualité. On accompagne silencieusement ces acteurs et actrices qui nous délivrent une prestation remarquable et poignante.

ISSAK © Shinji MAKARI, DOUBLE-S / Kodansha Ltd.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.