All Free-!-Vol.-1-2

All Free tome 1 et 2 : la beauté du judo

Si vous suivez l’univers du manga en France depuis un moment, vous êtes sans doute au courant que le genre du récit sportif est loin d’être celui qui réunit le plus de lecteurs. Pourtant, ce ne sont pas les titres de qualité qui manquent et cela a créé cette “légende” comme quoi ce style était maudit au sein de nos frontières. Cependant, on remarque récemment que cela change grâce à plusieurs belles tentatives des éditeurs. C’est le cas de Mangetsu qui, après Ao Ashi et le WTF Ping Kong, nous délivre dès demain une toute nouvelle saga sportive. Il s’agit du sujet du jour qui n’est autre que All Free. Il est important de noter que cette aventure autour du judo n’est pas vouée à s’étendre dans le temps étant donné que les deux volumes qui sortent ce mercredi vont conclure la série. Une licence inédite que l’on a pu découvrir et qui a su proposer une expérience très spécifique dans sa discipline. Avec son trait soigné et la maîtrise de son sujet, le mangaka est parvenu à donner vie à une belle petite épopée. Il est donc grand temps de se rendre sur le tatami pour assister à la naissance d’une nouvelle étoile.

Le rêve d’une jeune fille

All Free ! Vol. 1All Free, imaginé par Terubo Aono, nous raconte le quotidien de Jun Mifune. Cette jeune judokate est passionnée par le sport qu’elle pratique. Son unique désir est de montrer à tous à quel point le judo peut être spectaculaire. Cet amour pour celui-ci lui provient de son ancêtre Kyûzo Mifune. Cet homme était considéré comme “le dieu du judo”. Il avait pu montrer au monde que le gabarit ne faisait pas tout et que chacun pouvait s’en sortir si tant est que la détermination soit là. Malheureusement, son nom s’est peu à peu effacé pour n’être connu que des gens du milieu. Malgré tout, Hayaki Mifune, l’oncle de Jun, était décidé à reprendre le flambeau. Il avait tout pour lui entre le talent et une technicité hors du commun. Malheureusement, son rêve fut détruit en plein vol face à la puissance de certains. Déçu et frustré par cette situation, il a mis fin à sa carrière et sa renommée en tant que champion du monde n’est plus qu’un lointain souvenir. C’est pour ça que Jun veut tout faire pour raviver la passion de son oncle qui est aussi le judoka qu’elle admire le plus. Il est l’homme qui lui a donné envie à son tour de reprendre l’héritage laissé par leur lignée et de monter sur les tatamis. Malgré sa bonne volonté, Hayaki ne veut rien entendre et exige que sa nièce arrête au plus vite son entreprise dangereuse. Il sait à quel point il existe un fossé entre les hommes et les femmes, notamment en matière de force. Mais peu importe ses dires, cela ne fait aucunement vaciller la flamme qui brûle au plus profond d’elle.

Elle se dresse avec fierté au sein des compétitions masculines toutes catégories afin de donner tort à tous ceux qui ne croient pas en son rêve. C’est justement quand tout le monde la pense en difficulté d’entrée de jeu qu’elle tire le meilleur de ses compétences. Il est vrai qu’elle ne peut pas rivaliser sur certains points. Mais à force d’entraînement et de hargne, elle a pu développer son propre style. Avec ses prises fulgurantes et son don pour anticiper les mouvements de l’adversaire, elle devient rapidement une épine dans le pied des plus redoutables compétiteurs. Son objectif final n’est autre que l’actuel champion du monde. Un projet qui peut sembler fou, mais dont personne ne peut se moquer après l’avoir vu en action. Même son oncle se met peu à peu à entrevoir un futur possible pour cette jeune judokate qui sait comment haranguer la foule. Pour elle, peu importe l’arbitrage ou les regards qu’on lui porte. Rien n’est plus important que la personne qui se tient en face d’elle et la manière dont elle va pouvoir s’en défaire. Rapidité, prise et maîtrise des bases sont ses meilleures armes face à ces colosses dont une seule attaque pourrait la faire vaciller. Le danger a beau être bien présent, Jun ne peut enlever ce sourire qui se dessine sur son visage. Elle est faite pour cet art et l’adolescente est bien décidée à le prouver. Le monde du judo est sur le point de voir naître une nouvelle étoile qui pourrait bien chambouler les fondements de cette discipline. Son amour pour ce sport touchera-t-il le cœur de tous ceux qui l’entourent ?

Quand on s’attarde quelques instants sur le synopsis de All Free, on peut avoir le sentiment que l’on est dans un récit sportif assez classique. Si l’on retrouve beaucoup de codes du genre, ce titre va aussi amener des sujets importants par rapport à la compétition ainsi qu’au judo. En se concluant en deux volumes, le manga ne perd pas de temps et va rapidement poser ses bases pour ensuite traiter en profondeur ses thématiques. C’est là que l’on découvre tout ce qui fait l’attrait de la série, mais aussi toute la richesse de l’œuvre. Et cela commence par le personnage de Jun et ce qu’elle reflète à chaque page.

Un diamant brut

La première chose qui nous frappe dans All Free est cette héroïne qui est au cœur de l’histoire. Il est vrai que c’est normal que le protagoniste d’un manga attire le regard du lecteur. Cependant, Jun a ce petit quelque chose qui parvient à la distinguer des autres. Une jeune femme qui brille d’un éclat remarquable et dont le charisme ne va faire que croître au fil des chapitres. Dès les premières pages, on a des frissons en la voyant combattre. Malgré tout ce que l’on peut dire sur ses chances de réussite, elle se jette à corps perdu dans cette discipline. Son talent est indéniable, mais plus que ses compétences dans le judo, c’est sa passion débordante qui nous touche. Celle-ci est contagieuse et il suffit de poser quelques secondes le regard sur elle quand son art s’exprime pour vibrer. Voilà la première force de ce personnage qui va bien plus loin que le simple désir de maîtriser le judo. Elle veut nous partager son amour pour ça. En voulant influencer son oncle, elle va aussi marquer l’esprit de tous ceux qui croisent sa route. Et cela s’exprime dès les premières cases où la foule assiste bouche bée à sa prestation. Alors on pourrait tout à fait convenir que c’est une chose naturelle pour un manga de sport de parvenir à nous faire trembler d’excitation devant le show de ces compétiteurs. Cependant, cette série va justement l’utiliser pour montrer que même si elle est une femme, Jun a clairement sa place face à ces athlètes masculins. Les aprioris et autres stéréotypes se brisent un claquement de doigts et cela donne le sourire.

On est face à une oeuvre qui montre une jeune femme capable de faire plier des montagnes et on a envie de la voir concrétiser son rêve. L’implication du spectateur est totale et le simple fait de voir cette demoiselle parfaire son art en si peu de temps offre une intensité palpable. On est au cœur de tous ses efforts et on a envie que cela soit récompensé par une victoire éclatante face à un adversaire emblématique. Devant nous se tient une figure qui parvient à unir les gens derrière elle. Quand on voit son acharnement, on a juste envie d’élever la voix pour l’encourager et lui donner la force de se relever. Mais cela ne signifie pas pour autant qu’elle est infaillible. C’est justement en ponctuant son parcours de petits moments émouvants que l’on va entrevoir tout le prisme de ce personnage. Une judokate qui semble mener un combat contre le monde entier, qui peut parfois vaciller, mais qui finit toujours par se dresser fièrement face à son opposant. Plus on avance dans le récit et plus on entrevoit tout le potentiel qu’a pu observer son oncle. Un fameux diamant brut qui ne demande plus qu’à être poli pour révéler toute sa brillance. Une protagoniste qui éblouit son entourage et dont l’envie de liberté à travers le judo déteint sur nous. Une formidable leçon d’écriture, mais aussi de représentation à travers un personnage fictif qui peut pourtant tant apporter dans la réalité. Même si l’on peut avoir l’impression que l’on n’a passé qu’un court instant en sa compagnie, cela a largement suffi pour qu’elle se transforme en une sportive qui s’élève parmi les meilleurs.

Jun Mifune donne énormément de saveurs à All Free, mais ce n’est pas le seul élément à prendre en compte. En effet, le manga va aussi parvenir en deux actes à faire une proposition forte en matière de récit sportif. Une série qui ne s’attarde pas tant que ça sur l’aspect compétition, mais bien plus sur le dépassement de soi. Une approche presque intimiste où l’on est aux premières loges pour assister aux défis se dressant sur la route de cette adolescente.

Une sublime leçon de sport

All Free ! Vol. 2 FINQuand on parle de manga de sport, il est évident qu’il faut voir comment ce dernier élément est intégré et traité dans l’intrigue. De ce côté, All Free réussit autant à nous amener en terrain connu qu’à traiter le judo sous un angle spécifique captivant. Tout d’abord, il est important de souligner que cette saga reflète très bien ce que l’on peut attendre de cette discipline. On sent constamment le passif du mangaka avec celle-ci du fait de sa grande pratique lui permettant d’aller jusqu’à la ceinture noire. D’ailleurs, on a été bluffé par la qualité du dessin qui parvient à saisir chaque prise propre à cet art martial et à mettre en scène des confrontations à la fois intenses et fluides. Même quand les techniques fusent et que tout s’enchaînent à une vitesse folle, on ne perd aucune miette de ce qui se passe. Le spectacle est largement assuré et c’est la première qualité du titre dans sa présentation du judo. Il était vital que le spectateur soit happé par ce qui se déroule entre les deux combattants afin d’attiser sa curiosité. Même en ignorant les rudiments du judo, on se laisse emporter par l’effervescence de ce show. C’est encore plus efficace avec une héroïne qui déborde autant d’enthousiasme pour cette passion. En étant attiré par cette combattante et l’aura qui s’en dégage, on va être inexorablement happé par ce sport et tout ce qui en découle. C’est là qu’intervient l’élément le plus prenant de cette lecture.

La plupart du temps, les mangas de sport s’étendent sur plusieurs volumes pour nous raconter le parcours semé d’embûches d’un compétiteur ou d’une équipe afin d’atteindre le sommet. Il y a donc une dimension très centrée sur les rencontres, les matchs, mais aussi les tournois. Dans All Free, si on aborde le thème de la compétition, il ne s’agit pas ici du sujet principal. Il est avant tout question d’une quête personnelle pour Jun. Par son prisme, on va ainsi découvrir le judo sous un angle assez unique qui est celui de la liberté. Ce dernier mot peut sembler fort pour un sport et pourtant on peut entrevoir, au fil des pages, ce qu’elle veut dire par là. En se jetant à corps perdu dans cette passion, elle a le sentiment que rien ne lui est impossible. Un terrain de jeu où elle peut être fidèle à elle-même et qui lui permet de s’exprimer pleinement. Cette symbolique est encore plus présente dans le dernier pan de l’histoire où l’on assiste au plus grand défi de cette jeune fille. Elle a beau tomber, essuyer des défaites ou subir des déconvenues, son visage ne transparaît jamais la moindre faiblesse. C’est en luttant pour ce qu’elle aime que l’on touche ici à la quintessence de ce sport. Un message qui est utilisé ici pour le judo, mais qui peut tout à fait être appliqué à n’importe quel autre passe-temps qui puisse compter à nos yeux. Cette magnifique leçon que nous transmet le mangaka par l’intermédiaire de Jun est l’amour qu’il a pour cet art qui lui a permis de prendre son envol. Une activité qui peut sembler secondaire pour certains, mais faire battre le cœur de beaucoup d’autres.

All Free fut donc une impressionnante lecture en deux volumes. On est tellement happé par le combat mené par notre héroïne que l’on ne voit pas le temps passer. Notre attention est uniquement focalisée sur l’évolution de cette dernière qui évolue à un rythme incroyable sans que cela ne soit exagéré. On adhère totalement à cette ascension qui va permettre à cette adolescente de se frotter à des adversaires toujours plus impressionnants. Guidée par sa passion pour le judo, cette demoiselle nous donne une leçon de courage incroyable. Quand on se donne à fond pour quelque chose, il est possible de tout bousculer.

All Free délivre sa vision du sport

En seulement deux volumes, All Free parvient à raconter une quête personnelle extrêmement forte. Comme dit un peu plus haut, on s’attache rapidement au personnage de Jun qui ne cesse de briller au fil des chapitres. Un véritable rayon de soleil qui nous donne envie de croire en son rêve. De même, il est important de noter la manière dont l’auteur a voulu traiter le judo. Si le dépassement de soi est au cœur du manga, il s’agit aussi de montrer l’importance de cette passion que l’on peut tous avoir. Une activité qui revêt un rôle crucial pour chacun d’entre nous et permet à chacun d’avoir ce sentiment de liberté. C’est le propos de cette saga qui va aussi parvenir à traiter avec justesse de thématiques fortes. Peu importe le gabarit en face, la puissance de ce dernier ou même sa renommée, cette jeune judokate nous éblouit par son courage et son refus de reculer. Le mangaka a parfaitement su utiliser sa propre expérience dans ce domaine pour mettre en scène une aventure humaine qui nous marque profondément. S’il est vrai que l’on rêve de voir notre héroïne aller encore plus loin dans ce sport, cette courte rencontre se suffit amplement à elle-même pour nous mettre des étoiles dans les yeux. Cela nous montre d’ailleurs que le manga sportif ne se limite pas uniquement à des rencontres spectaculaires. Il peut aussi s’agir d’une élévation de soi à travers la compétition et surtout une forme de libération pour ces pratiquants. C’est en tout cas une très belle lettre d’amour au judo que nous offre l’auteur.

En lisant ces quelques lignes, vous aurez sûrement compris que l’on a apprécié cette aventure pour ce qu’elle transmet. Des valeurs fortes et qui peuvent parler à tout le monde même si l’on n’est pas fan ou connaisseur de ce sport. On se laisse aisément submerger par l’émotion quand on voit cette héroïne se confronter au regard du monde et prouver qu’elle a autant sa place ici que n’importe qui d’autre. Une œuvre débordant d’humanité en plus de proposer un spectacle de haute volée au niveau du dessin et de l’action. D’ailleurs, on a été ébahi par les nombreux enchaînements qui s’opèrent au cœur de ces duels et qui ne nous laissent aucun moment de répit. Une discipline jouant sur le mental, la force et la technicité, mais aussi grandement sur l’adaptation. Si vous êtes fan de récits sportifs alors All Free peut totalement répondre à vos attentes ainsi qu’à ceux désirant un récit court et intense. Bien évidemment, le fait que la série trouve déjà sa conclusion dans cette première partie signifie qu’il peut être difficile d’avoir des réponses à nos questions. Malgré tout, cela n’empêche pas d’imaginer ce qu’il peut advenir de Jun. Est-ce qu’elle peut réaliser son rêve en atteignant le sommet ? Sa passion dévorante parviendra-t-elle à toucher tout le monde ? Quels seront ses prochains adversaires ? Mais tout cela ne signifie pas pour autant que l’on doit dire au revoir à notre judokate. Après tout, son aventure ne fait que débuter et pourrait bien prochainement illuminer de nouveau notre quotidien. Il nous tarde de voir la suite de son périple faire son apparition chez nous !

N’hésitez pas à partager dans les commentaires votre propre avis ainsi que votre ressenti concernant cette série qu’est All Free. Trouvez-vous que ces deux volumes réussissent à raconter une histoire suffisamment efficace ? Avez-vous eu de la sympathie pour cette jeune judokate pleine d’énergie ? Est-ce que vous trouvez que ce manga parvient habilement à traiter de sujets pertinents ? Avez-vous été touché par le combat mené par cette famille ? Croyez-vous qu’il soit possible pour cette héroïne de concrétiser son rêve ? Auriez-vous aimé que cela continue un peu plus longtemps ? On reste à votre disposition pour échanger, discuter et débattre autour de ce sujet.

© 2020 Aono Terubo, Futabasha

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.