Question-pour-un-manga---accrocher-dès-le-premier-tome-ou-sur-la-durée--

Question pour un manga : accrocher dès le premier tome ou sur la durée ?

J’avais envie de profiter de cet été pour revenir sur certaines questions que l’on peut se poser concernant le monde du manga. On le sait, le marché ne cesse de grandir, mais des problématiques existent toujours, et même de nouvelles font leur apparition au vu de cette évolution fulgurante. C’est pour ça que je me suis dit qu’il serait intéressant de s’attarder sur certains points que l’on peut tous se poser et qui impactent grandement notre manière de profiter de ce média. Pour bien commencer, j’aimerais que l’on s’attarde sur la question du premier volume d’une série. En effet, une introduction à une nouvelle aventure est toujours un pari en soi. On ne sait pas si l’on va accrocher et l’on veut absolument que cela fonctionne rapidement sous peine d’avoir le sentiment que l’on va vivre une épopée peu transcendante. Pourtant, un premier tome réussi ou non n’est pas forcément gage de la qualité qui va suivre dans les actes suivants. L’objectif ici est de pouvoir analyser les deux points de vue et échanger avec vous autour de cette interrogation. L’heure est donc venue de se poser pour réfléchir à ce sujet.

Une interrogation importante

A Journey beyond Heaven Vol. 1 - mangaPlus les années passent et plus on se rend compte que cette question est de plus en plus présente dans la manière de consommer les mangas. Au vu du nombre de sorties ahurissantes qui arrivent quasiment chaque semaine, il est normal de ne plus savoir où donner de la tête. Si la curiosité est encore présente, elle cohabite avec aussi un sentiment de ne pas vouloir perdre de temps. On veut entrer tout de suite dans l’histoire qui nous est proposée sous peine d’avoir un premier contact mitigé avec une œuvre. Cela ne veut pas dire qu’elle est mauvaise, mais que l’on espérait peut-être quelque chose de plus fort en matière d’immersion. On veut quasiment tomber tout de suite sur un titre qui saura nous plaire et nous accompagner pendant une certaine période. Il faut dire aussi que l’aspect financier joue bien sûr un rôle crucial dans tout ça. L’augmentation des prix, le fait de se lancer dans une série pouvant être longue et la multiplication des séries font que l’on est plus sélectif sur ce que l’on souhaite découvrir. Mais alors, faut-il vraiment ne miser que sur un premier volume pour voir si l’on adhère à une série ? La réponse est à la fois oui et non. En fait, il est toujours important d’avoir une introduction qui soit à la fois pertinente et plaisante à suivre. On a besoin d’avoir les éléments en main pour cerner l’univers que l’on va découvrir tout en ressentant ce besoin de se divertir rapidement. Les licences parvenant à faire ça sont multiples et donnent toujours cette envie de continuer.

Pourtant, il existe aussi plusieurs sagas qui proposent un début loin d’être mauvais, mais pas forcément transcendant et qui parviennent finalement à séduire une fois l’intrigue bien installée. Le dilemme est donc de savoir si l’on peut accepter d’attendre plusieurs volumes pour finalement être sous le charme d’une histoire ou bien si l’on préfère s’attarder sur ces récits qui foncent d’entrée de jeu. Par exemple, Shangri-La Frontier est un titre qui fut plaisant dans ses premiers chapitres, mais qui n’a pas forcément convaincu le plus grand nombre tout de suite. Pourtant, on peut constater une formidable progression de tome en tome autant au niveau de l’histoire que du dessin pour nous amener jusqu’à ce cinquième acte absolument grandiose. Toute la problématique est là et chacun va être plus ou moins réceptif à ce type de considération concernant le développement d’un scénario. De même, des titres comme A Journey Beyond Heaven peuvent troubler le lecteur par son univers si spécifique et ses nombreux mystères alors que tout ça fait justement partie de l’expérience souhaitée. Comme on le dit souvent, la première impression compte énormément, mais cela peut aussi être une lame à double tranchant. Ainsi, plus le temps avance et plus il y a cette barrière du premier volume qui s’installe. Un phénomène logique au vu de l’évolution du marché qui repose beaucoup plus sur cet effet premier contact que sur une mise en avant d’une série sur la durée. Si les fans d’une licence attendent énormément leurs suites préférées, ce qui prend de plus en plus de place dans nos librairies sont ces nouvelles licences qui n’ont que peu de temps pour convaincre.

Cette réflexion va ainsi me permettre d’aborder un point précis autour de cette interrogation. Il s’agit de cette crainte qui peut nous animer dès lors que l’on pose les yeux sur un titre. Là où on pouvait facilement se laisser guider par sa curiosité, notre regard change peu à peu pour se demander si tel choix de série va finalement porter ses fruits. La nouveauté face aux suites, une opposition qui n’a fait que se renforcer et qui nous amène à peser le pour et le contre de manière plus fréquente.

Une crainte légitime

Quand on parle d’une forme de peur, cela n’est pas tant dû à notre perception du manga qu’une conséquence naturelle de la progression du média. En effet, entre l’argent nécessaire, la place requise, mais aussi la multiplication des titres, le lecteur veut éviter à tout prix de se lancer dans un achat qu’il pourrait regretter par la suite. Tout cela découle en grande partie de la situation actuelle qui prône les expériences fortes directes plutôt qu’une histoire où l’on est dans l’optique de se projeter sur le long terme. D’ailleurs, c’est quelque chose que l’on peut facilement remarquer dans les conversations ou même en échangeant avec son libraire. Mis à part les gros blockbusters ou séries déjà bien implantées, on parle beaucoup plus des nouveautés à travers leur premier volume. On partage notre ressenti sur ce premier jet et si oui ou non il parvient à nous séduire. Ce qui se passe ensuite va souvent se limiter à quelques groupes de fans qui vont parler de l’évolution d’une intrigue. On est actuellement dans une phase où le premier contact se présente comme le plus important. Bien plus que de se projeter sur ce que peut donner une histoire au fil des chapitres. Il est justement intéressant de se pencher sur cet état pour entrevoir la manière dont le manga est perçu aujourd’hui et surtout la manière qu’il a maintenant de séduire les lecteurs de la première heure.

Quand on se retrouve avec une semaine de sorties particulièrement chargée avec un peu plus de 70 tomes, il est évident que l’on va se tourner avant tout vers ce que l’on connaît où rechercher les histoires inédites qui peuvent s’adresser directement à nous. Même en pensant à revendre son volume si celui-ci n’est pas satisfaisant, il y a toujours ce sentiment de perte que l’on a et qui va renforcer un peu plus notre envie de se concentrer sur des titres qui peuvent nous parler selon nos goûts. Cela amène une autre opposition qui est étroitement liée avec notre sujet initial. Il s’agit de celle qui confronte la sécurité face à la curiosité. Bien évidemment, il y a toujours une part de surprise qui anime le lecteur à la recherche d’une nouvelle épopée. Mais celle-ci est petit à petit mise en retrait pour se centrer sur des sagas qui sauront nous combler par leur genre ou bien le trait de l’auteur. Encore une fois, cela n’est pas une volonté d’être péjoratif à l’égard de nos habitudes de consommation, car elles sont avant tout le reflet d’un marché en pleine expansion et qui peut parfois être terrifiant quand on se lance dans l’inconnu. Au final, tout est entre les mains du lecteur qui est le seul à pouvoir décider de ce qu’il souhaite tenter. Une épopée où l’on est directement plongé dans l’action ou bien une fresque qui va prendre son temps afin de construire quelque chose de solide sur plusieurs mois. Il n’y a pas de bonne ou de mauvaise réponse à ces questions, mais surtout une prise de conscience d’une époque où le marché du manga change pour attirer l’attention du lecteur qui se retrouve face à une montagne de titres.

Mais comment aborder alors le manga au-delà de ce prisme que l’on peut ressentir au vu de cette déferlante de titres ? En fait, la réponse à cette question est assez complexe et est surtout propre à chacun. En s’attaquant à ce sujet, je désire avant tout que l’on puisse réfléchir un petit peu à ce média que l’on apprécie tous, mais où l’on finit par avoir un rapport différent de ce que l’on pouvait avoir il y a encore quelques années. On apprécie toujours autant se lancer dans une fantastique épopée, mais l’offre se veut tellement large que cela influence forcément une partie de la demande.

Le manga et son dilemme

Shangri-La Frontier T5Si j’ai voulu faire ce petit billet, c’est parce que je me suis rendu compte à quel point cela pouvait être compliqué d’oser une nouvelle épopée. En tant que lecteur, on a toujours ce besoin d’inédit, mais on veut aussi se rassurer sur la qualité immédiate d’un titre. C’est vrai que l’on a envie de faire découvrir tant de pépites qui peuvent sortir en librairie. Mais c’est tout aussi compréhensible de voir que certains préfèrent se conforter dans des histoires qui leur parle directement. De même, pour en avoir parlé avec beaucoup de monde, on voit l’impact qu’a le marché actuel sur cette façon de consommer. Ce n’est pas pour rien que j’évoquais un peu plus haut un milieu porté par les gros hits et inondé par les nouvelles licences. Il suffit de voir certaines licences qui se veulent même très mainstream pour se rendre compte qu’elles ne sont plus forcément au cœur des discussions. On passe d’une licence à l’autre en fonction des premiers tomes et l’on parle assez rarement de comment une saga peut façonner son intrigue et son lore au fil des chapitres. Il est parfois important de prendre du recul afin de mieux cerner ce média que l’on apprécie tant. Avoir autant de choix est fantastique, mais amène forcément d’autres interrogations et limites que l’on peut avoir. Pour en revenir à la question initiale, accrocher dès le premier tome est un excellent moyen de vouloir se projeter vers l’avenir de la saga. Mais cela ne doit pas aussi empêcher de s’attarder sur des épopées qui trouvent leur point culminant dès lors que les bases sont fondées et que le récit peut prendre son envol.

Je terminerais cette chronique par une simple envie de vous dire que peu importe le nombre de titres que vous lisez, le plus important est le plaisir que vous ressentez. Vous pouvez tout à fait vous concentrer sur une seule série ou multiplier les lectures, ce qui compte avant tout est l’amusement ressenti. Il ne faut justement pas partir dans cette optique où le nombre croissant de titres doit effrayer, car on ne lit pas forcément le dernier hit. Votre expérience en tant que lecteur est unique à vos propres choix d’aventures et vous rend justement unique. C’est comme ça que l’on peut avoir les plus beaux échanges et les discussions les plus constructives. C’est en partageant notre propre parcours dans l’univers manga que l’on est le plus captivant et peu importe que l’on soit un lecteur vétéran ou bien un nouveau venu. Une seule série peut suffire pour émerveiller un quotidien et l’on est les seuls à pouvoir donner une chance à une licence. On a tous des goûts préférés qui vont nourrir nos découvertes futures et sans nul doute nous pousser progressivement à suivre cette curiosité nous dirigeant vers l’inconnu. Je vous souhaite tout bonnement de trouver une épopée littéraire qui puisse vous satisfaire et qui saura vous divertir ou même illuminer votre quotidien. On a tous ce besoin de s’évader que cela soit à travers de nouvelles péripéties ou bien une licence qui nous tient à coeur.

N’hésitez pas à partager dans les commentaires votre propre opinion concernant cette interrogation autour du manga. N’hésitez pas aussi à nous dire votre façon d’aborder tout ce qui est nouveau en matière de lecture et ce que vous recherchez dans une série. Etes-vous plus intéressé par une immersion rapide ou bien une série qui prend son temps afin de s’inscrire dans la durée ? On reste toujours à disposition pour échanger, discuter et débattre autour de ce sujet qui se montre captivant.

4 Comments

  • Rurtzane dit :

    Très bon billet !

    Personnellement, je suis plus intéressé par une immersion rapide mais en ce moment, j’essaye de découvrir des œuvres qui prennent leurs temps. Dernièrement : Shadows House, Reine d’égypte ou Gannibal.

    Concernant ce billet, il est vrai que le premier tome est crucial. Il y a plusieurs séries où je n’ai pas accroché aux premiers tomes. Ex : vinland sage (j’ai aimé à partir de l’arc de la ferme, un ami m’a trop hypé ce manga), frieren (à partir du tome 2),Gannibal (à partir du tome 3), etc.

    Parfois, c’est dur de continuer la série si le premier tome ne nous plaît pas. À cause du coût d’un manga. De plus, on est déçu de notre achat et d’avoir dépensé 6.50€ pour ce tome alors qu’on aurait pu acheter la suite d’une série qu’on apprécie. Parfois, il est difficile de revendre ces tome 1.

    En tout cas, je tiens à vous remercier car c’est grâce à vous que je découvre des nouvelles séries ou que je décide de continuer un manga qui ne m’avais pas forcément plus avec son premier tome grâce à vos billets. Je ne le dirais jamais assez mais merci beaucoup pour m’avoir fait découvrir des pépites !

    • EspritOtaku dit :

      Merci beaucoup pour ton retour Rurtzane !
      Je suis content que ce billet t’ai plu ^^
      Je comprends totalement ta position et c’est ce que je dis par rapport au fait que cela revient très cher surtout au vu de l’immense marché que l’on a actuellement.
      Il y a cette crainte d’être déçu et qui fait que l’on est plus appelé par ce que l’on connaît ou ce qui nous rassure que la nouveauté en tant que telle.

      Tes mots me touchent énormément, merci beaucoup !!

  • SandwitchTriangle dit :

    Bon tu as presque tout dit, je suis entièrement d’accord avec toi. Je met quand même l’accent sur le fait que le budget des gens n’est pas extensible et que du coup oui la sécurité passe avant la curiosité. Mais heureusement on a des gens comme toi, des amis, connaissance ou autre qui suivent des mangas que l’ont auraient pas tenté pour nous en parler et nous donner envie de commencer voir continuer après un arrêt au Tome 1.C’est évident que le tome 1 est important et doit donner envie avec toutes les sortie qu’il y a pourquoi les gens s’attarderaient sur un manga dont ils ont trouvé le tome 1 moyen alors que des dizaines ( je suis gentil) de séries sortent chaque mois ? Les éditeurs font la courses aux sorties et tout le monde en pâti et c’est dommage.

    On en a parlé, en ce moment je m’oriente plutôt vers la sécurité aussi, malgré le fait que j’ai toujours du mal a drop une série même si j’ai trouvé le Tome 1 moyen mais oui certaines séries comment Shangri la par exemple la c’est assez différent, je n’ai pas trouvé le tome 1 juste moyen, je n’ai pas aimé. La dans ce cas oui j’arrête assez facilement, mais tu m’énerves parce que du coup j’ai envie de voir la suite maintenant car si t’en parles c’est sans doute pas pour rien ahah

    Pour finir je vais conseiller aussi mon petit manga dont on parle peut: Lisez Faraway Paladin svp !

    • EspritOtaku dit :

      Un énorme merci à toi Hiro pour ton commentaire et tes mots !

      Tout à fait d’accord, il est très difficile de s’y retrouver dans la flopée de nouveaux titres qui débarquent chaque mois alors que la plupart des séries ne sont pas encore terminées.
      C’est tout à fait compréhensible que l’on préfère alors se concentrer sur la sécurité d’un début particulièrement réussi.

      Et très bon conseil manga !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.