Le-bestiaire-du-manga---le-shinigami-observateur,-Ryuk-

Le bestiaire du manga : le shinigami observateur, Ryuk

Après deux numéros du bestiaire qui ont su vous plaire, je me suis dit qu’il serait temps d’aborder un être très spécifique de l’univers manga. Il s’agit du shinigami Ryuk de Death Note. Si ce manga, édité chez Kana, n’est plus à présenter, je me suis dit qu’il serait pertinent de se pencher un peu plus sur cette entité. Alors bien sûr, je compte bien faire un aparté sur comment sont perçus ces personnages à travers ce récit. En plus de ça, le rôle d’un shinigami n’est pas propre à cette unique licence. En effet, ces dieux de la mort sont présents dans bon nombre d’œuvres avec chacune leur interprétation de ces personnages. C’est pour ça qu’aujourd’hui, je voulais surtout me concentrer sur cette version et principalement sur cet individu en particulier, car il est après tout l’un des personnages les plus présents de cette histoire alors que son rôle est très spécifique. Mais après tout, ce parti-pris de faire de cet ange noir un témoin de l’existence de Light ne cacherait-il pas autre chose ? Quand on s’attarde en détails sur ce récit, on se rend compte à quel point notre shinigami alterne entre un rôle simple et une perception captivante de cette intrigue. L’heure est donc venue d’accompagner ce porteur du carnet dans son ultime divertissement.

Un être voulant tromper l’ennui

Avant toute chose, il est important de revenir au commencement des Shinigamis dans Death Note. Ces entités vivent dans un plan bien différent de l’humanité. Ressemblant à un désert sinistre où rien ne pousse, ils sont les seuls habitants de ce monde. On va alors rapidement nous les présenter comme les observateurs du monde et qui passent le plus clair de leur temps à tromper leur ennui. Mais ce qui est le plus flagrant, c’est qu’ils semblent s’être habitués à ce mode de vie où la mort ne peut venir briser ce cycle à part sous certaines conditions. C’est là que débarque notre cher ami Ryuk, ce shinigami aux yeux globuleux et aux sombres ailes. Dès le départ, il semble dénoter au milieu de ses congénères comme s’il préparait quelque chose de spécifique. Cela se ressent dès l’instant où l’on apprend qu’il a laissé tomber son Death Note dans le monde des humains. Une terrible erreur pour un dieu de la mort qui ne doit jamais se séparer de son carnet. Mais on peut se demander alors comment un artefact aussi précieux soit aussi négligé de la part d’un de ces êtres. En fait, tout ça n’est qu’une machination de la part de Ryuk pour venir briser son propre ennui. Voulant à tout prix être le témoin d’événements qui viendrait le divertir un tant soit peu, il s’est dit que déposer cet ouvrage aux grands pouvoirs entre les mains des hommes serait un excellent moyen de s’amuser. Il ne s’attendait cependant pas à ce que ce geste l’amène à vivre le plus grand spectacle de son existence. Dès que Light Yagami pose les mains sur ce livre funeste, le visage impassible du monstre ailé laisse paraître un rire carnassier. Il est alors important de noter qu’il ne montre pas tout de suite son visage. On ne voit de lui que sa silhouette macabre qui observe avec attention ce jeune adolescent promu à un brillant avenir trouver ce qui changera à jamais son existence.

La série va alors nous amener à suivre le quotidien de notre protagoniste en nous faisant presque oublier l’image de ces entités supérieures. On se demande juste alors si toute cette histoire va rester entre les mains des êtres humains ou bien si Ryuk va finir par faire une apparition. Après tout, au vu du rôle de ce dernier, il est normal de se dire qu’il devrait rester loin des affaires humaines et se contenter de regarder ce qui se passe du lieu qui lui sert de perchoir. C’est finalement après que Light se soit montré très prolifique par rapport aux noms inscrits dans le carnet que l’homme va faire la rencontre avec le dieu de la mort. Cette rencontre entre le monde réel et spirituel va rapidement avoir une symbolique très forte. Tout d’abord, on peut enfin contempler le visage de celui qui est à l’origine de toute cette affaire. Un regard terrifiant qui ferait fuir n’importe quel être humain au vu de cette apparition soudaine. Une figure funeste qui va de pair avec ce livre maudit et qui pourtant ne va aucunement s’attaquer à Light. Au contraire, ce dernier va faire face à son nouvel interlocuteur comme étant conscient que ce jour arrivera tôt ou tard. Des paroles qui vont conforter Ryuk dans le fait qu’il a trouvé la perle rare. Ses yeux, qui peuvent sembler dénués de toute vie, laissent pourtant une étincelle d’excitation et d’intérêt à l’égard de cet ado qui arrive à lui tenir tête. Ainsi débute leur association qui va reposer sur deux éléments très importants qui vont dicter toute la conduite à venir du shinigami. Il s’agit du fait que Ryuk ne souhaite absolument pas se mêler aux actions de son nouvel ami même si ce dernier lui demande. La seconde est la promesse qu’il va déclarer d’être celui qui mettra un terme à son existence le jour venu en mettant son nom dans le Death Note. Une introduction de ce personnage qui est loin d’être anodine au vu de tout ce qui va se passer.

Ryuk

Un témoin malicieux

La notion de témoin est très importante lorsque l’on évoque le cas de Ryuk. S’il est vrai que Light arrive de temps en temps à utiliser un petit peu le dieu de la mort à son avantage, ce dernier ne va jamais être celui qui va totalement chambouler son existence. D’ailleurs, le shinigami semble même prendre un peu de plaisir au fait de voir un humain tenter de se servir de lui. Cela montre à quel point celui qui deviendra Kira est prêt à tout pour assouvir ses ambitions. En plus de ça, le contraste entre le dieu et l’humain est très intéressant tout au long du récit étant donné que l’on a presque l’impression que cette entité divine est presque reléguée au rang de simple accompagnateur de celui qui sera au centre de toutes les attentions. Pourtant, c’est tout le contraire qui se passe. Ryuk prend un malin plaisir à voir ce qui se passe et même à observer son nouveau camarade galérer face à des adversaires de plus en plus retors. Pour sa part, il se moque royalement de l’évolution des événements tant que cela continue de l’amuser. Quand on l’observe alors allonger sur le lit de Light à manger des pommes ou lâcher son rire en contemplant ce que cet adolescent ne peut pas voir. En réalité, il est un peu comme nous, un spectateur profitant de l’histoire qui se dessine devant ses yeux en se questionnant sur la manière dont tout ça va finir jusqu’au moment où il mettra lui-même le point final à tout ça. En plus de ça, il va aussi se présenter comme une tentation de plus en plus forte pour le jeune homme. Cela passe par les nombreuses propositions de cette créature pour lui faciliter la tâche comme par exemple l’obtention des yeux d’un dieu de la mort. Un outil qui peut le sauver, mais qui ne peut être proposé sans une terrible contrepartie.

Il en est de même pour les quelques moments où Ryuk sait très bien la menace qui approche de Light et qu’il va pourtant se taire afin de le laisser seul maître de son destin. Une entité presque omniprésente et omnipotente, mais faisant preuve d’une personnalité insondable. Il est alors fantastique de voir la manière dont est imaginé ce personnage qui, au final, ne fait pas tant de choses que ça. Il est celui qui pousse le premier domino et qui ignore totalement ce que cela va entraîner mise à part la destination finale de toute cette machinerie. Un être dont l’image peut faire penser à celle d’un enfant jouant avec des fourmis en se moquant royalement du destin qui peut attendre ces dernières. En fait, Death Note joue très bien sur l’aspect collaboration pour nous faire croire qu’il semble y avoir une forme de lien qui se forme entre ces deux partenaires. Tout est pensé pour que l’on se questionne sur le fait de voir un jour Ryuk commettre un acte qui irait à l’encontre de son rôle en tant que Shinigami. Une sensation encore plus renforcée quand on voit le destin des autres dieux de la mort qui ponctuent ce scénario. Une forme de sacrifice ultime pour ces monstres célestes qui laisserait une dernière chance à Light d’atteindre son but final. Pourtant, cela n’arrivera jamais pour Ryuk qui reste à jamais ancré dans le statut qu’il s’est lui-même choisi. Il a beau avoir un certain affect pour cet étudiant, il restera à jamais fixé vers son propre objectif. L’observateur suprême qui ne déroge jamais à ses propres règles. Si l’on peut voir Death Note comme une incroyable épopée où un génie se confronte au monde entier, tout ça n’est qu’un grain de poussière dans la vie de ce dieu de la mort. Un simple divertissement qui l’occupera quelques temps avant qu’il ne passe à autre chose. Un constat qui prend encore plus de sens dans le dernier acte de cette histoire.

L’être qui obtient ce qu’il souhaite

Quand on s’attarde quelques instants sur la dernière partie du manga, on se rend compte de plusieurs choses intéressantes. On voit à quel point Light sombre de plus en plus dans cette folie découlant de ses ambitions qui fait qu’il s’oppose quasiment à une bonne partie du monde. Mais en parallèle de ça, on peut contempler Ryuk qui dégage quelque chose de singulier. Si on a l’impression qu’il reste cantonné à son rôle d’observateur, on peut entrevoir le fait qu’il sent que le vent est en train de tourner. Cela n’a finalement que peu d’importance à ses yeux au vu de son statut de dieu de la mort. Le fait de voir Kira être acculé signifie surtout pour lui que l’amusement est sur le point de se terminer. C’est exactement ce qu’il se passe quand arrive le dernier face-à-face entre Yagami et les policiers. Celui qui se présentait comme plein d’assurance finit par être terrifié à l’idée de mourir et va fatalement se tourner vers le seul qui a toujours été à ses côtés. La demande qu’il fait à cet instant envers Ryuk sera le coup de sifflet final de toute cette histoire. En faisant ça, il devient un être sans intérêt pour le shinigami qui décide d’accomplir enfin la promesse qu’il avait faite à l’égard de cet adolescent. C’est lui qui met un terme à la vie de ce garçon et par ce geste conclut toute cette affaire. Cela ne nous saute peut-être pas aux yeux tout de suite, mais il est captivant de prendre un recul sur tout ce qui s’est passé. En laissant simplement son carnet s’égarer dans le monde des humains, Ryuk a entraîné une réaction en chaîne amenant à un énorme bouleversement mondial sur cette planète. Pour le spectateur que l’on est, on a le sentiment d’avoir vécu quelque chose d’incroyable et de totalement fou. Cependant, pour le dieu de la mort à l’origine de tout ça, ce qui fut une lutte terrible n’était qu’un petit divertissement dans la longue existence qui est la sienne. Une source de distraction qui a illuminé le quotidien de cet être qui s’en va comme si de rien n’était.

On pourrait donc aisément dégager de nombreux symboles derrière ce personnage qui fut à la fois un des principaux acteurs de cette histoire qu’un spectateur assidu de cette prestation offerte par les êtres humains. Dans un sens, Ryuk est à l’image du lecteur qui cherche parfois à briser son ennui à travers une histoire lui faisant oublier son quotidien. Une forme de mise en abyme diablement efficace et qui va nous amener à voir cet individu d’un autre œil. Un être à part qui n’avait pour unique but que de s’amuser. Il fut l’auteur de cette histoire et a décidé de lui-même du moment qui serait parfait pour conclure celle-ci. A travers son geste, il a détruit des vies, bouleversé de nombreuses existences et modifié la société humaine, mais tout ça n’a que peu de considération pour lui. Au même titre qu’un enfant qui joue avec l’un de ses jouets jusqu’à ce qu’il casse, Ryuk a transformé Light en son pantin qui dansait au creux de sa main depuis le début. J’espère que ce nouveau numéro du bestiaire du manga vous aura plu et aura surtout permis de poser un autre regard sur cette figure marquante de ce médium. Il est toujours important de voir à quel point un simple monstre, une créature surnaturelle ou bien une entité divine peut influencer le cours d’une épopée. Des acteurs importants dans la conception d’un monde et d’un scénario pouvant aussi être porteur de multiples symboles. N’hésitez pas à me dire dans les commentaires ce que vous pensez de ce personnage et aussi s’il vous a profondément marqué lors de votre découverte de Death Note. Je reste toujours à disposition pour échanger et discuter autour de ce sujet. De plus, je vous prépare très vite le prochain rendez-vous avec un autre sujet qui devrait vous plaire.

Ryuk - pomme

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.