CARNET-DE-VOYAGE-OTAKU-ki-oon-1

Carnet de voyage d’un otaku spécial Ki-oon chapitre 3

Il n’y a pas à dire, depuis le début d’année on a le droit à une myriade de titres provenant de tous les éditeurs. Si l’on peut rapidement se perdre parmi toutes ces sorties, nouvelles licences et lectures à découvrir, cela permet aussi de vivre une telle diversité d’expériences littéraires. C’est pour cela qu’aujourd’hui, on a décidé d’écrire un nouveau chapitre de notre carnet de voyage qui sera centré, une fois de plus, sur les différentes sagas parues il y a peu chez Ki-oon. Au programme, pas moins de sept titres qui nous ont fait vibrer et immerger pleinement dans toutes ces aventures uniques et fantastiques. Entre combats grandioses, intrigue, récit haletant, la quête de robots et une bonne dose de contemplation, il y a largement eu de quoi faire. C’est en nous attardant sur toutes ces oeuvres que l’on se rend compte à quel point le monde du manga peut nous faire vivre une infinité d’expériences et ainsi montrer toute la créativité et le talent des gens se trouvant derrière ces dessins. Un long et fabuleux périple nous attend et on espère que vous êtes prêts pour ces sept escales dans des univers ayant leur propre charme. On est donc reparti pour faire le point sur ces séries.

Valkyria Apocalypse tome 5

Valkyrie Apocalypse Vol. 5

Valkyrie Apocalypse, scénarisé par Shinya Umemura et dessiné par Azychika, nous avait laissés alors que l’on admirait le début du troisième combat. Alors que l’Humanité se retrouvait dans une impasse après ces deux dernières défaites, les valkyries avaient décidés de faire appel à un maître du sabre. Il ne s’agissait nul autre que du légendaire Kojiro que beaucoup surnommaient l’éternel perdant. Un titre qui était loin de donner confiance envers ce vieillard qui semblait pouvoir se briser à tout instant. De plus, son opposant n’était autre que celui qui dirige les océans à savoir Poséidon. Tous les pronostics indiquaient que cette confrontation n’allait durer que très peu de temps, et cela, en faveur du camp des dieux. C’est alors qu’à la surprise générale, aucune des attaques du maître de l’eau ne réussit à toucher le sabreur. En fait, Kojiro avait déjà affronté des centaines, voir des milliers de fois son ennemi dans son esprit. Envisageant tous les scénarios probables, il avait ainsi connu la mort à de nombreuses reprises avant de comprendre parfaitement comment allait se comporter cet être céleste. Le rapport de force venait alors de s’équilibrer d’une manière inattendue. D’un côté, Kojiro n’arrivait pas à trouver la faille lui permettant de trancher le cou adverse tandis que de l’autre Poséidon ne pouvait toucher cet homme insaisissable. Tout allait devoir se décider en une fraction de seconde, mais le dieu commençait à sentir quelque chose en lui s’éveiller. Une envie irrépressible d’écraser ce simple mortel qui osait se mettre sur le même piédestal que lui. Le temps des observations est fini et cette troisième rencontre allait très bientôt atteindre sa conclusion d’une manière aussi rapide que brutale.

Quel plaisir que de retrouver cette confrontation absolument dantesque entre les dieux et les hommes. Ce cinquième volume de Valkyrie Apocalypse apporte énormément de changements par rapport à l’oeuvre et surtout prépare le terrain à un duel particulièrement symbolique. En effet, on taira le résultat du troisième match, mais on peut clairement dire que le titre ne s’arrête jamais de nous surprendre autant dans son traitement des combattants que dans l’aspect démesuré de ces duels. On avait déjà pu évoquer à quel point l’opposition entre Kojiro et Poséidon changeait des deux précédentes rencontres. Le final de ce choc monstrueux va ainsi représenter toute la quintessence de l’art du sabre, mais aussi de la puissance destructrice du Dieu des océans. Cependant, le plus intéressant vient après. On a presque le sentiment que les rôles s’inversent lorsque l’on voit la divinité la plus gentille qui soit étant obligé d’entrer dans l’arène. Pour contrer un tel adversaire, on a le droit à l’exact opposé du côté de l’Humanité. Ainsi, le mal s’inverse et on a presque envie de soutenir le camp divin cette fois-ci. Cette sensation n’est pas propre au lecteur étant donné que même l’assistance hésite a vraiment se placer derrière ce nouveau candidat dont le coeur est complètement sombre. Ce basculement est très intéressant à analyser, car il montre que l’espèce humaine n’est pas constituée que d’individus reconnus pour leur bonté ou leur maîtrise du combat. De ce fait, quelque chose de bien étrange se déroule en nous, car on ne sait plus sur quel pied danser. On hésite tandis que le duel qui débute nous hypnotise de par sa forme bien singulière. Une mêlée où l’honneur se confronte à la fuite et où la fierté du guerrier s’oppose aux tactiques méprisables du tueur. L’auteur nous prouve à quel point il est capable de jouer avec nous et ainsi transformer cette compétition en une parfaite représentation du pire et du meilleur des deux forces.

© 2017 Aji Chika / Fukui Takumi, Tokuma Shoten


Beastars tome 11

BEASTARS Vol. 11-Ki-oon

Beastars, imaginé par Paru Itagaki, s’était arrêté alors que la tension montait au sein du club de théâtre. En effet, Legoshi ayant appris la vérité concernant le meurtre ayant ébranlé toute l’école ne pouvait plus supporter de côtoyer Rizu. Cet ours d’une carrure impressionnante n’avait de cesse de jouer par rapport à ce qu’il avait commis et avait de plus en plus de mal à se satisfaire de la situation imposant aux carnivores de montrer patte blanche. Les deux bêtes en vinrent même jusqu’aux mains dans les vestiaires et notre loup va même jusqu’à être blessé à de nombreuses reprises avant que finalement leur combat soit interrompu. Malgré l’écart de force, Legoshi est bien déterminé à mettre fin aux agissements de son comparse et surtout de montrer à ce dernier sa propre vision d’être carnivore. Ainsi, il lance un ultime défi à celui-ci qui aura lieu le 31 décembre. Le dernier jour de l’année qui viendrait symboliser la naissance et la mise en avant d’une vision de ces deux hommes. Cependant, le jeune loup ne peut se lancer dans un tel projet sans avoir quelqu’un derrière lui. Il souhaite ardemment qu’une personne précise vienne assister à la confrontation. Cet individu n’est autre que Louis qui a débuté une toute nouvelle vie en tant que parrain d’un puissant groupe de mafieux. S’étant totalement éloigné de ses anciens camarades et de l’école, le cerf ne voulait plus rien avoir à faire avec cet ancien monde qui lui paraissait maintenant si loin. Heureusement, Legoshi est parvenu à l’atteindre grâce à un stratagème bien singulier et lui a donc demandé d’accéder à sa requête. Il ne reste plus que trois jours avant la date fatidique et le sort semble être contre celui qui n’a eu de cesse de retenir ses pulsions meurtrières. Le choc s’annonçait violent et il se pourrait très bien que l’un des deux ne ressorte pas vivant de ce duel. Un jour de fête dont ces deux êtres allaient laissés leur signature en lettre de sang.

Alors là, on a vraiment eu un immense coup de coeur pour ce onzième tome de Beastars. En effet, si l’on sentait que la série ne cessait de monter en puissance, cette lecture aura été un véritable feu d’artifice d’émotions, d’actions mais aussi de symboles. Il y a énormément de choses à dire sur ce passage qui va autant apporter de nombreux changements chez Legoshi que chez Louis. Nos deux comparses, qui avaient pris des routes séparées, finissent par se retrouver et c’est ce retour qui va leur montrer à quel point leur amitié est forte. En voulant régler ses comptes avec le carnivore ayant commis le meurtre au sein de l’école, notre loup adoré ne cherche pas tant à venger cette mort qu’à montrer que la voie qu’il a choisi est la bonne. C’est alors durant une confrontation épique que l’on va ouvrir les yeux, au même titre que Legoshi, sur les erreurs qu’il a pu commettre et ce que doit vraiment signifier être carnivore pour lui. On a vraiment une lutte au sein de ces pages qui dépasse le simple règlement de compte. En seulement quelques cases, on peut assister à un combat contre les traumas du passé, la soif de sang de certains, mais aussi sur ce que tous ces acteurs désirent au plus profond d’eux. Cela donne un rythme effréné tout au long de cet ouvrage qui passe en un claquement de doigts. De plus, la fin de cet affrontement ne signifie pas le terminus pour nos héros, mais un tout nouveau départ pour eux alors qu’ils devront faire face à des défis inédits. Cette épreuve fut donc la parfaite occasion pour eux de mettre un terme aux chaînes qui les retenaient afin qu’ils puissent aller de l’avant. Il va donc être maintenant très pertinent de voir comment ils vont interagir avec les autres élèves et le monde qui les entourent. On risque ainsi de partir sur la véritable quête concernant le statut de Beastars. Un titre censé regrouper les gens et qui n’a jamais eu autant de sens qu’après tout ce que l’on a pu observer ici. Une véritable petite pépite.

© 2017 Paru Itagaki (AKITASHOTEN)

My Hero Academia tome 24

My Hero Academia Vol. 24

My Hero Academia, imaginé par Kohei Horikoshi, s’était arrêté alors que l’on avait les élèves de Yuei pour se concentrer sur les individus formant l’alliance des super-vilains. Un changement d’ambiance qui nous avait permis de découvrir à quel point ce groupe était en perte de vitesse. Après tous les échecs subis, la perte de Black Mask et l’arrivée de nouveaux opposants, cette équipe avait décidé de se faire discrète. Un comble pour ceux qui avaient initié le mouvement qui commençait à prendre dans tout le pays. Heureusement, le maître de Tomura lui avait laissé un petit souvenir qui pourrait lui permettre de changer la donne. Cette carte maîtresse n’était autre que Gigantomakhia, un être surpuissant pouvant tout balayer devant lui d’une simple pichenette. A son grand désarroi, celui-ci ne pouvait accepter de le reconnaître comme son chef au vu de sa faible puissance. Tomura se retrouva donc dos au mur avant d’être interpellé par le mystérieux “docteur” qui avait pris soin de All for One. Il lui proposa un marché qui consistait à lui fournir de nouveaux Brainless améliorés tout en promettant de rendre ce groupe bien plus fort. La seule contrepartie était qu’il réussisse à se faire accepter par ce monstre destructeur qui rôdait dans les montagnes. Alors que cet objectif s’avérait déjà quasiment impossible à réaliser, une autre menace venait d’apparaître et visait directement les membres de l’alliance. Baptisé le front de libération des FPH, ceux-ci souhaitent mettre un terme aux agissements du fameux groupe. C’est ainsi que va débuter une violente confrontation entre les deux organisations qui pourraient bien sceller à jamais le destin de Tomura et de ses camarades. Un affrontement qui décidera du sort des super-vilains pour la suite des opérations, mais qui pourrait aussi permettre au chef de ce groupe de faire d’une pierre deux coups.

Voilà l’un des tomes que l’on attendait le plus dans toute la saga My Hero Academia. En effet, c’était celui qui devait nous plonger totalement dans cet arc autour de nos méchants adorés qui avait déjà été introduit avec le précédent volume. Le résultat est impeccable à nos yeux tant on a apprécié de se mettre de l’autre côté de la barrière. On a déjà pu voir par le passé à quel point l’auteur savait comment écrire des antagonistes qui avaient de la profondeur et qui n’était pas seulement là pour tout détruire. C’est exactement le cas ici où l’on va avoir une véritable sympathie pour certains de ces truands qui n’ont pourtant rien de saints. Tout cela vient de la maîtrise du mangaka à nous mettre à la place de ces gens qui ont tout simplement été écartés de la société ou bien qui n’ont juste pas supportés leur Alter. Il y a donc un changement dans notre manière de les regarder qui montre que ce ne sont pas que des criminels cherchant à faire le mal, mais bel et bien des gens qui ont souffert à leur manière et qui ont pris une autre voie que celle qu’à choisi Izuku et ses amis. Outre cela, on est aussi dans une phase où notre groupe de méchant va être confronté au plus grand obstacle qu’ils aient dû franchir. Cela est autant au niveau de la puissance que de la symbolique étant donné que c’est seulement suite à ce combat qu’ils pourront vraiment faire renaître cette alliance. Il y a donc un énorme enjeu qui se ressent pleinement à chaque échange de coups et l’on apprécie de voir chacun de ces personnages grandir, et même progresser au fil des blessures. La cerise sur le gâteau, c’est que l’on parvient même à observer un élan de camaraderie au sein même de cette équipe qui est pourtant là pour détruire cette société. Cela montre que même parmi les criminels, il est aussi possible de trouver de l’amitié et de voir naître des liens particulièrement forts. Un tome absolument incroyable.

BOKU NO HERO ACADEMIA © 2014 by Kohei Horikoshi / SHUEISHA Inc.

Darwin’s Game tome 20

Darwin's Game Vol. 20-Ki-oon

Darwin’s Game, imaginé par FLIPFLOPs, s’était arrêté alors que l’on avait été témoin de la défaite du groupe de Kaname lors de l’affrontement entre les marins et les pirates. Ayant choisi de se rendre pour éviter de nombreuses pertes, le jeune homme avait ainsi pu se rapprocher de leurs assaillants qui ne venaient pas du même monde qu’eux. Les prisonniers furent alors amenés dans cette dimension parallèle au coeur d’un Japon venant tout droit d’un autre temps. C’est toute une civilisation que les participants au Darwin’s Game découvrent. Cette surprise est un véritable choc pour eux qui ne s’attendaient pas à tomber sur un tel univers à la fois si proche du leur et pourtant si différent. Heureusement pour eux, le courage dont ils ont fait preuve lors de la partie ainsi que leurs connaissances ont convaincu les hauts gradés de cette société a en faire des invités de marque. De plus, cette nouvelle terre possède aussi un atout de taille pour ceux qui ont été faits prisonniers. En effet, il n’y a absolument aucun réseau ici. Cela signifie donc qu’il pourrait bien s’agir d’un paradis pour tous ceux souhaitant en finir avec ce jeu macabre. D’ailleurs, de nombreux participants souhaitent rester ou sont réticents à l’idée de retourner chez eux. Un choix compréhensible pour Kaname qui désire quant à lui mettre un terme à tout cela en mettant enfin la main sur le maître du jeu. Alors qu’il est en plein questionnement sur la marche à suivre, ce dernier va recevoir un message pour le moins surprenant. Ce n’est nul autre que l’instigateur du Darwin’s Game qui lui demande de rentrer absolument pour éviter une catastrophe. Il n’en faut pas plus pour que celui-ci soit encore plus déterminé à rentrer. Cependant, il va tout d’abord devoir trouver un moyen de regagner son monde et cela passe forcément par l’impératrice Kukuri qui a d’autres plans pour eux.

Il y a quelque chose de très intéressant avec le dernier volume en date de Darwin’s Game. Cela concerne l’évolution que l’on peut entrevoir chez notre duo principal qui va atteindre un tout autre niveau. De par leur nouveau terrain de jeu, Kaname va avoir de nombreuses occasions de s’améliorer et surtout d’avoir une nouvelle approche de son Sigil. Ainsi, on se rend compte que ces compétences ne sont pas uniquement des dons fixes, mais qu’ils peuvent aussi changer en fonction de ce que son porteur vit. Cela permet d’enrichir un univers déjà immense et qui va aussi avoir un impact sur la suite des événements. L’autre point à ne surtout pas négliger vient de tout ce que l’on apprend au contact des autochtones de cet autre monde et surtout de celle qui leur sert de maître du jeu. Si l’on avait de plus en plus l’impression que le Darwin’s Game cachait autre chose de plus grand, cette lecture va clairement nous démontrer que cela est bien réel. Le lecteur prend alors conscience de ce qui est en jeu et surtout du danger qui plane sur Tokyo. De ce fait, la quiétude du tome précédent est rapidement chamboulée et cela ajoute donc une notion d’urgence cruciale pour capter encore plus l’attention du spectateur. On sent que l’on est à un tournant majeur de l’oeuvre qui s’apprête à entrer dans son arc final. Tous les éléments sont en place et l’on est totalement captivé par ce qui pourrait bien se passer ainsi que les raisons par rapport à tout ce chaos. Notre esprit vagabonde alors en cherchant des réponses pendant que notre héros et son groupe ne savent nullement vers quel danger ils se dirigent. Un récit qui parvient à garder un rythme constant, intéressant et haletant sans jamais que celui-ci ne semble faiblir même pendant un court instant. Le combat qui s’annonce promet de grandes choses et risque fort de frapper un grand coup pour le final qui se met en place.

© 2013 FLIPFLOPs, Akita Shoten

Aria tome 4

ARIA-ki-oon

Aria, imaginé par Kozue Amano, nous avait laissés alors que la fête du Redentore était sur le point de débuter. A cette occasion, Akari, Aika et Alice ont reçu une mission tout particulière de la part de leurs aînées. C’était à elles d’organiser une soirée mémorable à bord d’une embarcation louée pour l’occasion et d’y inviter tous les gens qu’ils appréciaient. Un événement inédit pour elles et qui représentaient beaucoup à leurs yeux. C’était une manière pour eux de pouvoir remercier tous ceux qui avaient transformés leur séjour sur cette planète en un véritable conte de fées. On put donc voir ce trio d’apprenties Ondines s’atteler à la tâche et transformer ce petit endroit en un lieu chaleureux parfait pour accueillir leurs amis. Elles prirent tellement de plaisir à la conception de ce moment qu’elles en oublièrent même le temps qui passait. Ainsi, sans s’en rendre compte, la soirée battait déjà son plein et elles purent profiter d’un moment de bonheur en compagnie des êtres qui leur sont chers. Une bonne humeur qui contamine chacun des participants qui n’oubliera jamais cette nuit à festoyer. Comme pour conclure l’été, les feux d’artifices illuminent le ciel devant les yeux émerveillés de tous les habitants qui savent que l’automne arrive. Une saison qui risque fort de réserver de nombreuses autres surprises à notre trio. En effet, les prochains mois risquent d’apporter de multiples bouleversements dans le quotidien de ces demoiselles qui vont avoir fort à faire pour obtenir leur diplôme. En plus, un client bien singulier va faire son apparition afin de faire appel aux ondines d’ARIA. Les années ont beau se répéter, elles délivrent aussi de multiples surprises qui rendent chaque journée unique et ce n’est pas Akari qui va dire le contraire à son plus grand bonheur.

Ce qui est incroyable lorsque l’on se lance dans Aria, c’est que l’on a autant l’impression de revivre la même chose tout en découvrant de nouvelles facettes de ce monde. C’est en ressentant cela que l’on perçoit tout ce qui fait le charme de cette série. Ce volume est la parfaite représentation de cela étant donné que l’on repasse par les mêmes saisons, mais que l’on ne vit absolument pas les mêmes aventures. Des petites épopées chaleureuses, sublimes et enchanteresses qui n’a de cesse de nous faire tomber amoureux de cette planète. Le calme de Néo-Venise nous prend en otage et l’on s’imagine voguer dans l’une de ces gondoles en compagnie de ces charmantes ondines. En plus de cela, l’univers de ce manga ne reste absolument pas statique. Il y a constamment un petit élément inédit qui vient enrichir l’histoire de ce lieu ainsi que de nouveaux personnages qui s’invitent sur scène. C’est ce mélange parfait entre contemplation, chaleur humaine, douceur et joie de vivre qui fait que l’on accroche tant à cette licence. On a beau vivre et revivre tous ces événements propres à cette cité, on n’a jamais la sensation de s’ennuyer. Cette sensation est autant possible grâce à l’immersion que le lecteur ressent que par l’attachement grandissant que l’on a pour nos compagnons de route. Il n’y a pas un seul instant où le rire et le sourire ne sont pas présents. Que ce soit par leurs petites mimiques, leur côté fleur bleue, mais aussi la complicité qui unit toutes ces jeunes filles, on ne peut que s’émerveiller devant tant de tendresse. Encore un tome qui nous aura totalement conquis et que l’on recommande tellement. L’oeuvre qui représente à la perfection la notion de s’évader et qui n’a pas besoin d’autre chose pour mettre des étoiles dans les yeux du lecteur. Une lecture qui rend tout simplement heureux.

© KOZUE AMANO / MAG Garden

Green Mechanic tome 5

Green Mechanic, imaginée par Yami Shin, nous avait laissés alors que notre groupe continuait de mener l’enquête concernant le fameux Mickael. Ayant pu récupérer quelques informations, Misha et Setsuna ont pu découvrir qu’il existait un individu pouvant leur apporter des lumières sur toute cette affaire. Répondant au nom d’Alban, celui-ci s’avère être une connaissance des Renforts qui se trouve en réalité faire partie de la Milice. Malheureusement pour nos deux amies, les dires de ce dernier vont être loin de coller aux souvenirs de la demoiselle. Misha se rappelait d’un jeune garçon lui ayant tant apporté et bienveillant, mais l’image que l’on dépeint de lui est celle d’un criminel recherché qui aurait la mort de nombreux soldats en compagnie d’un groupe d’Ersatz. Face à une telle douche froide, la jeune empathe ne sait plus comment réagir. Ne pouvant supporter l’idée qu’elle se soit trompée depuis tout ce temps sur cette personne qu’elle recherchait, elle ne peut accepter cette vérité. C’est alors au moment où elle s’apprête à demander des explications à toutes ces accusations que le sol se met à trembler. Un Ersatz géant fit son apparition en plein centre de la ville. Un événement sans précédent et qui provoque une gigantesque panique chez tous ceux qui sont témoins du spectacle. Alors que le temps est à présent compté pour pouvoir sauver un maximum de vies, un autre incident va venir troubler l’intervention de Misha. En effet, le système de Reborn va s’emballer et entraîner ce dernier et sa maîtresse en plein coeur du chaos ambiant. L’heure n’est donc plus aux paroles tandis que cette mission d’élimination se transforme aussi en tentative de sauvetage. Avec la présence d’un tel ennemi, la Milice ainsi que nos amis ne s’attendent pas à ce qu’un autre danger puisse rôder dans l’ombre.

Ce cinquième volume de Green Mechanic est particulièrement important sur plusieurs points concernant l’évolution de l’histoire. Tout d’abord, pour ce qui est de l’action en elle-même, on a grandement apprécié le spectacle qui s’offrait à nous. Le dessin est toujours aussi soigné et parvient parfaitement à retranscrire la menace qui se dresse devant nos amis. Cependant, ce qui nous a profondément marqué n’est autre que tout ce que l’on peut apprendre en seulement quelques minutes. Cette cinquième escapade est incroyablement riche en matière d’informations à assimiler et surtout de possibilités pour la suite. Ainsi, le combat qui se joue devant nos yeux va aussi être le théâtre de plusieurs mystères qui vont se présenter devant nous avec l’apparition de certains personnages et surtout ce qu’il va se passer ensuite. Plus d’une fois, on a senti notre coeur se serrer en voyant le comportement de certains acteurs de ce récit qui, en pensant faire le bien, finisse par faire des choix difficiles. On a vraiment la sensation que la plupart de nos héros perdent pied suite à ce qu’il s’est passé et cela ajoute une atmosphère vraiment pesante sublimant ce passage. D’ailleurs, la dernière partie de cet ouvrage parvient à nous tenir en haleine, mais avec une force incroyable. Le lecteur ne sait vraiment pas ce qu’il va advenir de tout ce groupe que l’on suit depuis maintenant un bout de temps et c’est cette incertitude qui nous donne vraiment envie de savoir ce qu’il va se passer ensuite. De plus, l’enquête autour de Mickael ne fait que s’épaissir alors que l’on apprend des vérités surprenantes à son sujet. C’est l’ensemble de ces éléments qui permettent à ce cinquième tome d’être aussi prenant tout au long de notre lecture. Une bien belle progression pour un récit qui a encore beaucoup de choses à nous raconter.

© Yami SHIN / Ki-oon

Heart Gear tome 3

Heart Gear, imaginé par Tsuyoshi Takaki, avait stoppé son histoire alors que Roue et Chrome continuent leur périple afin de trouver Heavenland. Afin de pouvoir ramener à la vie celui qui fut comme un père pour la dernière humaine de la Terre, ils étaient déterminés à faire face à tous les obstacles possibles. C’est ainsi qu’ils croisèrent la route d’un androïde qui leur apporta une information capitale. Afin d’atteindre le lieu de leurs convoitises, il leur indiqua qu’il existait un endroit appelé le Valhalla. Ce mystérieux édifice dirigé par le redoutable général Odin voit se confronter chaque jour de très nombreux gears de combat. Une lutte éternelle pour ces machines dont l’unique but est de se défaire de leur adversaire. Ce colisée assure un spectacle constant où la ferveur des spectateurs n’a d’égale que la violence qui se déchaîne au centre de cette arène. Il est dit que ceux qui parviennent à s’attirer l’attention et les faveurs du maître des lieux obtiennent aisément leur ticket pour ce paradis des robots. Même si une crainte est palpable dans leur esprit, notre duo sait que cela est leur meilleure chance de pouvoir réaliser leur but. Ils décidèrent donc de se mettre en route pour le Valhalla et pour ne pas éviter les soupçons concernant Roue, la demoiselle pu cacher sa présence d’être humain grâce à un dispositif qui lui fut confié. De ce fait, elle paraissait être une véritable petite machine aux yeux des autres amas de ferrailles qui auraient très bien pu profiter d’elle en connaissant son vrai statut. A présent qu’ils ont pu avoir une audience auprès d’Odin, ce dernier accepte leur requête, mais à une seule condition. Il faut que Chrome réussisse à amuser la galerie en offrant un duel face à la redoutable Hildr. Un combat loin d’être simple au vu de la puissance de celle-ci. C’est alors qu’ils comprennent que leur séjour dans ce colisée pourrait bien être plus dangereux qu’ils ne le pensaient.

On a beaucoup apprécié la tournure qu’a pris la série et surtout la manière dont est amené le sujet principal de cette oeuvre. Alors que l’on a eu de cesse de contempler des robots parvenant à trouver pratiquement un sens à leur vie en dehors de leur objectif de base, l’arrivée dans ce colisée a changé la donne. On avait le droit à un antagoniste qui représentait parfaitement le côté froid, inhumain et calculateur que l’on pouvait imaginer en voyant ces êtres robotiques. Ces quelques pages ont ainsi pu permettre de mettre en évidence les deux façons de vivre que l’on a pu admirer depuis nos premiers pas dans ce monde. Il y a donc un fort message qui se dégage de ce troisième volume qui est sans doute celui qui porte le mieux les valeurs véhiculées par l’auteur. A travers certains personnages, celui-ci parvient à mettre en opposition la suprématie robotique en prouvant que même des êtres fait d’acier et de câbles peuvent aussi se défaire du but de leur création pour finalement voler de leurs propres ailes. Outre cela, on a aussi le droit à plusieurs nouveaux mystères qui viennent s’ajouter et notamment du côté de notre androïde de combat. D’ailleurs, on peut aussi admirer un formidable affrontement au sein de ce bâtiment qui nous explose la rétine et nous donne envie de voir jusqu’où ces individus peuvent aller une fois à pleine puissance. Un choc parvenant à faire trembler les fondements même de ce colisée et qui va être annonciateur d’une nouvelle quête à venir. On ne se lasse vraiment pas de voir tout ce petit monde se débattre pour exister et surtout subsister où l’Humanité n’existe plus. On se rend compte alors au sein de ces pages que cette absence peut souvent s’oublier lorsque l’on contemple des robots se comportant quasiment comme des hommes.

HEART GEAR © 2019 by Tsuyoshi Takaki / SHUEISHA Inc.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *