Le Conte des Parias-Vol.-1-1

Le Conte des Parias tome 1 et 2 : un pacte impressionnant

On le sait très bien, il est parfois difficile de trouver de l’originalité sur certains sujets qui semblent avoir déjà été traités à de maintes reprises. Des genres que l’on croise régulièrement et qui ne provoquent plus forcément la même étincelle de plaisir qu’auparavant. Cependant, il arrive que l’on tombe sur un manga qui réussit à nous faire oublier ce désir de nouveauté pour simplement nous offrir une épopée bien construite avec des thématiques fortes. C’est exactement le cas avec le titre dont on va parler aujourd’hui et qui nous provient tout droit du catalogue de Doki-Doki. On parle bien sûr de leur dernière nouveauté en date, à savoir Le Conte des Parias. Alors que les deux premiers tomes sont sortis il y a quelques jours seulement, on était très intrigués de voir ce qu’allait donner ce récit. Notre curiosité fut largement satisfaite au vu de la richesse de ces deux ouvrages et surtout du potentiel qui s’en dégage. Un périple où la notion entre le bien et le mal se brouille pour nous délivrer un voyage marquant par la bonté se cachant en toute chose. L’heure est donc venue de pactiser avec un diable pas comme les autres.

L’ennui du diable

Le Conte des Parias - rencontre

La rencontre qui va tout changer.

Le Conte des Parias, imaginé par Makoto Hoshino, nous plonge en plein cœur du 19e siècle à Londres. C’est dans cette gigantesque cité que l’on va faire la connaissance de Wisteria. Cette jeune fille a été recrutée par un prêtre sans vergogne qui lui demande de faire la manche pour lui. Une situation dont elle ne peut se défaire et qui l’oblige à rester enfermé dans cette geôle loin de tout contact humain en dehors de ses quelques sorties pour gagner un peu de sous. Accablée par le chagrin et se sentant désespérément seule, la demoiselle ne s’attendait pas du tout à ce que le silence qui l’entoure soit brisé par un être tout à fait hors du commun. En effet, il est dit que le monde est peuplé de diables qui prennent un malin plaisir à observer les humains. Ils attendent alors de trouver la bonne personne qui puisse les voir et ainsi lui proposer un pacte. En échange de quelque chose qui lui est précieux, la personne peut se voir alors exaucer son désir le plus profond. Marbas, un puissant démon, est las de son existence en ce monde. Immortel et ayant l’impression d’avoir déjà fait le tour de tout ce que pouvait proposer le genre humain, il cherche maintenant à tuer le temps. C’est ainsi qu’il va croiser le regard de cette mendiante ayant la capacité de le voir. Cela faisait bien longtemps qu’il n’avait pas rencontré quelqu’un capable de le percevoir. Il avait peut-être trouvé le jouet qu’il désirait tant et qui pourrait briser son ennui quotidien. Cependant, quelque chose de très étrange se passa entre ces deux individus.

En effet, Wisteria ne semblait nullement craindre ce diable qui se présentait à elle. Au contraire, elle l’accueillit à bras ouvert étant donné qu’il était la seule personne qui osait lui adresser la parole. Elle avait beau subir les terribles vicissitudes de la vie, cette orpheline gardait son air enjoué. Le bonheur pouvait de nouveau se lire sur son visage à présent qu’elle avait quelqu’un avec qui échanger. Cette réaction fut surprenante aux yeux de Marbas qui comprenait qu’il avait sans doute trouvé la perle rare. Ainsi, avant même d’envisager le moindre pacte, ces deux âmes se retrouvaient déjà liées d’une toute autre manière. Pourtant, un diable ne peut se permettre de donner quelque chose sans rien attendre en retour. La bienveillance n’est pas bénéfique et peut même engendrer de sérieuses blessures sur le long terme. C’est pour cela qu’un tout nouveau quotidien va naître de la rencontre de ces deux êtres solitaires qui n’avaient plus rien à attendre de la vie. La lassitude s’efface pour l’un et le monde s’ouvre de nouveau pour l’autre. Ainsi débute le plus singulier des pactes qui pourrait bien engendrer de nombreux bouleversements dans cette époque où l’Humanité évolue constamment. Ce tandem pourra-t-il trouver sa place dans cet environnement pouvant être particulièrement hostile ? La seule chose de sûre, c’est que notre diable supérieur n’a pas l’intention de se séparer d’une personne aussi divertissante.

Si Le Conte des Parias peut sembler proposer un synopsis assez classique dans le genre, il est intéressant de s’attarder plus en détail sur ce qu’il nous propose. On peut alors découvrir de véritables petits trésors de créativité qui enrichissent une aventure démarrant déjà très fort. C’est notamment le cas au travers du binôme que l’on va accompagner pendant ces premiers chapitres. Deux âmes réunies par un coup du sort et qui vont transformer une relation pouvant être, à la base, terrifiante en une complicité attendrissante. Quand la tendresse et le fantastique se croisent, cela donne alors un mélange incroyable et très touchant.

Un duo qui fonctionne

La première chose qui nous frappe quand on se lance dans Le Conte des Parias est bien entendu le tandem constitué de Marbas et Wisteria. Si l’on peut avoir la sensation que tout les sépare, ces deux personnages ont bien plus de choses en commun que l’on ne pourrait le croire. Tous deux n’avaient plus rien à espérer de leur existence et s’étaient même résignés en quelque sorte à ce sort. Ce n’est qu’à travers leur rencontre qu’ils vont pouvoir ouvrir les yeux sur de nouvelles possibilités. De ce fait, ce duo s’est avant tout forgé par leur approche similaire de la vie malgré le fait que l’une soit humaine et l’autre démoniaque. D’ailleurs, tout va être fait pour que l’on n’ait jamais l’impression que notre diable soit là pour profiter de la situation. Au contraire, il va être d’un soutien sans faille pour sa partenaire qui, en contrepartie, va lui faire découvrir ce monde avec un regard inédit. Tout est donc amené pour contrebalancer l’idée négative d’une telle alliance et de nous montrer cette relation de façon bienveillante. Cela dénote avec le ton de l’œuvre qui se veut assez sombre, mais c’est justement ce qui fait la force de ce binôme. On a beau être au contact de situations graves ou bien de personnes mal intentionnées, ce duo parvient à nous donner une faible lueur d’espoir. Un réconfort bienvenu qui permet de souffler et surtout de mettre l’accent sur le moment présent. Si l’on ne peut trop s’attarder sur certains éléments sans risque de dévoiler plusieurs éléments, il est important de noter la symbolique de cette alliance.

Alors que Marbas pense avoir déjà tout vu, il prend plaisir à redécouvrir les paysages de ce monde en compagnie de sa nouvelle interlocutrice. C’est en côtoyant cette jeune fille innocente et douce qu’il se rend compte que ces lieux qu’il a déjà visité un nombre incalculable de fois peuvent regorger d’une beauté jamais perçue jusqu’ici. Une simple maison au loin, des animaux se baladant ou simplement des massifs qui se dessinent dans l’horizon. Toutes ces choses sont sublimées et soulignent à quel point il est important dans la vie de tous les jours de s’arrêter quelques secondes et de poser notre regard sur ce qui nous entoure. C’est donc au contact de ces deux individus qui avaient perdu goût à l’existence que l’on va finalement ressentir toute l’importance de profiter de la vie. Une ode à tout ce qui fait le charme de ces instants sur Terre et que l’on oublie parfois de contempler. Cette tendresse et cette gentillesse qui se dégage de nos deux amis vont alors contrebalancer toute l’obscurité de ce manga pour ainsi nous permettre de profiter de certains moments de bonheur. On oublie alors totalement toutes ces histoires de démons, de pactes ou même de morts pour simplement observer ce qui nous entoure. Tout cela ne fait que renforcer notre appréciation à l’égard de ces deux âmes qui ont su faire fi de leurs différences pour finalement avancer sur le même chemin. Une route semée d’embûches, mais qui peut aussi être la source d’un très grand bonheur.

Si l’on est principalement au contact de ce tandem, Le Conte des Parias se permet aussi de multiples réflexions captivantes autour de ces êtres surnaturels. En effet, alors que l’image du diable est implantée comme très négative dans l’esprit collectif, on nous présente ici un tout autre aspect de leur personnalité. On se rend compte alors que le monstre n’est pas forcément celui auquel on pense au vu de la tournure que prend rapidement cette histoire. On entre alors dans un conflit qui n’est pas uniquement spirituel, mais aussi porté sur l’humanité qui peut tout à fait se trouver chez des individus imaginaires.

Le démon n’est pas celui qu’on pense

Le Conte des Parias - joie

Un bonheur surprenant.

L’autre élément qui va rendre Le Conte des Parias aussi fantastique à lire va dépasser le simple cadre de nos deux amis. En effet, l’ensemble des deux premiers volumes va proposer un sous-texte très intéressant sur l’être humain et la véritable nature du diable. Au départ, on nous présente ces démons comme des êtres impitoyables qui souhaitent juste profiter de la faiblesse humaine pour acquérir une plus longue vie ainsi que des pouvoirs plus grands. C’est aussi l’image de base que l’on peut avoir dans notre inconscient dès que l’on parle de créatures de ce genre. Pourtant, l’auteur ne va jamais cesser de nous montrer que le véritable mal n’est pas forcément là où on le pense. On peut bien sûr assister à ça au contact de Wisteria et Marbas qui vont créer une relation singulière et pouvant même sembler contre nature. Pourtant, ils parviennent à amener un tout nouveau regard sur la condition de l’homme, mais aussi de ces diables. Après tout, nos deux protagonistes ont finalement beaucoup de chance de se rencontrer. C’est suite à leurs échanges qu’ils vont enfin pouvoir entrevoir une porte de sortie à leur vie semblant si fade ou triste. Au contraire, c’est même les humains autour d’eux qui vont s’avérer les plus problématiques. Entre ceux qui profitent de la faiblesse des autres, n’hésite pas à tuer sans même une once de pitié ou qui se mentent les uns les autres, le manga dessine un triste portrait de l’homme. Une façon très intelligente de montrer que le diable n’est pas forcément celui portant des cornes et possédant des capacités surhumaines. C’est parfois chez le commun des mortels que peut se trouver la plus grande part d’ombre et cela est montré avec beaucoup de justesse au sein de ces cases.

En fait, le message véhiculé n’est pas uniquement centré sur l’homme et la noirceur pouvant l’habiter. Il peut aussi être identique du côté de ces créatures qui ne sont pas foncièrement mauvaises. Même s’ils existent évidemment des monstres souhaitant juste se repaître de la détresse de leurs proies, ce n’est pas le cas de tous. Ainsi, le récit transforme cet état de base très manichéen avec d’un côté les hommes face aux diables pour les mélanger. Ce n’est pas par sa naissance que quelqu’un est mauvais ou non. Chacun cherche à concrétiser ses propres aspirations et on peut autant trouver de la tendresse chez l’un comme chez l’autre. On fait ainsi disparaître cette frontière que l’on a pu se forger au départ pour finalement comprendre que ce sont les actions que l’on fait et notre manière d’appréhender le monde qui déterminent ce que l’on est. En plus d’enrichir grandement l’écriture des divers personnages que l’on rencontre, cela force le lecteur à réfléchir et à avoir de l’empathie pour ces êtres fantastiques qui semblent vouer peu à peu à disparaître. Quand on s’attarde sur ce duo, c’est comme si on se posait à une fenêtre donnant sur un avenir possible, mais que personne n’aurait jamais envisagé. Un horizon éblouissant et qui nous fait verser quelques larmes à l’idée que cela n’arrivera peut-être jamais. Un récit qui joue habilement sur l’émotion engendrée par l’union de ces deux mondes et tout ce que cela engendre comme épreuves à surmonter. Les quelques instants que l’on passe alors en compagnie de ce tandem ont beau nous apporter un peu d’espoir, le mangaka fait aussi exprès de laisser planer une certaine fatalité qui nous déchire le cœur.

Le Conte des Parias est clairement une œuvre qui sait où elle se dirige et surtout ce qu’elle souhaite raconter. Si le fantastique s’immisce ici de manière plaisante, c’est avant tout la relation de nos deux protagonistes qui est sublimée. En plus de ça, le récit se permet une réflexion intéressante concernant le rapport entretenu par les hommes à l’égard de ces diables. Un manga qui possède de très nombreux niveaux de lecture et qui les expose intelligemment aux yeux du public. Une virée à la fois douce et tragique où l’on se demande sans cesse comment tout cela va finir au vu de la tournure des événements.

Le Conte des Parias éblouit notre regard

Dire que l’on a apprécié Le Conte des Parias serait vraiment très loin du compte. En effet, voilà une œuvre puissante dans ce qu’elle raconte et proposant aussi un récit à la fois émouvant et beau. On a rapidement été fasciné par tout ce qui tourne autour de Wisteria et Marbas ainsi que ce que va entraîner leur relation naissante. On n’est pas ici dans une volonté de créer une romance, mais bel et bien de créer un binôme qui transcende le statut de démon et d’humain. Peu importe ici que l’un soit immortel et l’autre une simple demoiselle, tout est amené pour que leur rapprochement nous touche. C’est une réussite totale, car on adhère totalement à cette alchimie qui se dégage d’eux. En plus de ça, l’intrigue en elle-même n’est pas uniquement centrée sur eux. On souhaite avant tout nous raconter un gros bouleversement qui est sur le point d’arriver en ce monde. Un choc qui nous fait totalement changer d’avis sur les diables et l’être humain de façon générale. L’incompréhension de l’autre, la peur, mais aussi la volonté de se débarrasser de tout danger sont ceux qui animent ces gens n’ayant aucun scrupule. Entouré par de tels individus, on observe notre duo qui parvient tout de même à briller d’un éclat réjouissant. Une œuvre qui nous fait aisément passer de la joie aux larmes, et cela, en un claquement de doigts. La preuve que l’on tient devant nous une saga pouvant rapidement devenir une excellente série si la qualité globale reste à ce niveau.

Autant le dire tout de suite, on a adoré se lancer dans cette péripétie qui n’en est encore qu’à ses balbutiements. Que cela soit autant dans l’écriture des personnages que dans les différents sujets traités, l’ensemble de ces deux tomes a su nous convaincre. On a bien sûr des codes qui reviennent et que l’on connaît très bien. Malgré tout, cela n’enlève en rien la magie de cette aventure qui sait comment intéresser son lectorat et surtout nous amener à apprécier ce rapprochement entre ces deux mondes. En plus de ça, la série réussit l’exploit à nous proposer de beaux messages, mais tout en créant une immense boule au ventre chez ceux qui suivent cette histoire. Comme si on semblait savoir quelque chose que l’on n’aurait préféré ignorer et qui finira tôt ou tard par s’attaquer à nos deux amis. Un titre que l’on recommande chaudement tant par ses atouts actuels que ses promesses futures. Si vous aimez les récits fantastiques narrant avec brio une relation entre deux personnes diamétralement opposées dans leur statut, mais proche dans leur personnalité alors vous serez comblé. Maintenant que l’on tourne la dernière page de cette première escapade, on ne peut s’empêcher d’avoir une multitude de questions en tête. Est-il réellement possible pour ces deux personnages de pouvoir vivre sereinement dans ce monde en perpétuel changement ? Devront-ils faire face à des dangers encore plus grands par la suite ? Le malheur finira-t-il par les rattraper ? Il nous tarde de nous jeter sur la suite de cette licence !

N’hésitez pas à nous partager dans les commentaires votre propre avis ainsi que votre ressenti concernant ces deux premiers volumes de “Le Conte des Parias” ? Avez-vous eu une profonde sympathie à l’égard de ce tandem dont il se dégage une alchimie remarquable ? Croyez-vous que ce récit nous mènera vers une conclusion tragique ou heureuse ? Pensez-vous qu’il puisse exister une chance pour que les diables et les hommes puissent cohabiter ? Trouvez-vous que le décalage entre ces deux êtres est bien amené et force à réfléchir sur le sujet de l’humanité ? Qu’attendez-vous pour la suite de la licence ? On reste à votre disposition pour pouvoir échanger, discuter et débattre autour de ce sujet 🙂

© 2019 Hoshino Makoto (mangaka), Shogakukan

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.