Kaiju N°8

Kaiju N°8 tome 1 : les monstres prennent le pouvoir

Parmi les nombreuses séries qui débarquent en France, il arrive que certaines soient attendues avec une impatience grandissante. Des titres qui se présentent déjà comme de grosses licences et qui ont déjà fédéré bon nombre de lecteurs au Japon. Il est donc toujours pertinent de se pencher sur ces mangas qui veulent marquer les esprits dès leur premier volume. C’est pour ça qu’aujourd’hui, on va parler de Kaiju N°8, édité chez Kazé, dont le premier volume sort justement en ce mercredi. Véritable hit sur l’archipel nippon et attirant toujours plus de monde via sa présence sur la plateforme Manga Plus, cette saga a su atteindre des sommets très rapidement. On était donc très curieux de voir si cette découverte allait être à la hauteur de nos attentes et nous délivrer une aventure aussi prometteuse que redoutable. Après lecture, on se rend compte de plusieurs points importants qui laissent présager de bonnes choses pour la suite. Au contact de ces créatures impressionnantes, cette épopée nous délivre un savant mélange très divertissant. L’heure est donc venue de suivre ces individus dans ce quotidien où les monstres sont fréquents.

La chasse aux géants est ouverte

Kaiju N°8 - KafkaKaiju N°8, imaginé par Naoya Matsumoto, nous plonge dans un monde proche du notre et plus particulièrement au Japon. Si tout semble paisible en apparence, cette quiétude peut rapidement être bousculée par l’apparition de terribles monstres. Baptisé kaiju, ces derniers apparaissent de nulle part et ne laissent que chaos et mort dans leur sillage. Pouvant apparaître n’importe où et à tout moment, la population ne peut jamais se sentir pleinement à l’abri. Sur l’archipel nippon, ces attaques régulières font maintenant partie du quotidien des habitants qui tentent tant bien que mal de continuer à vivre en ces temps troublés. Heureusement pour eux, ils ne sont pas sans défense face à de telles monstruosités. En effet, un groupe fut constitué pour tenir tête à ces créatures et c’est ainsi que les Forces de Défense ont vu le jour. Luttant chaque jour pour protéger ceux qui ne peuvent que le faire, tous ses membres sont considérés comme des héros par le commun des mortels. Il faut dire qu’ils n’ont aucun mal à venir à bout des kaiju avec leur puissance de feu et surtout la technologie qui fut élaborée pour enfin mettre un terme à ce cauchemar. Leur création fut ainsi accueillie comme un véritable espoir pour les gens dont la crainte s’efface peu à peu de leur esprit. C’est dans ce contexte que l’on fait la rencontre de Kafka Hibino, un homme d’un certain âge, qui rêvait autrefois de faire partie de ces guerriers. Après avoir connu l’enfer plus jeune, il s’était juré que plus personne ne subisse le même sort.

Malheureusement, tous n’ont pas la chance de pouvoir se hisser au sommet. Son doux rêve s’est effondré à chaque fois qu’il a tenté vainement de passer l’examen pour intégrer les rangs de cette escouade. Toutes ses tentatives se sont transformées en échecs et il a fini par abandonner ce maigre espoir qu’il nourrissait encore. Ce trentenaire finit donc par travailler dans une société de nettoyage dont la tâche consiste à se débarrasser des corps de ces abominations une fois qu’elles ont perdu la vie face à leurs opposants. Un boulot pouvant sembler ingrat pour beaucoup, mais qui est vital pour la sécurité des gens. Kafka met alors un point d’honneur à accomplir ce nouveau devoir chaque jour même si son caractère bien trempé peut effrayer les petits nouveaux. Cependant, la vie peut parfois réserver des surprises et il va en faire les frais le jour où une mystérieuse créature va l’assaillir. Ce corps étranger va s’introduire dans son organisme et lui faire subir d’étranges mutations. A présent, il n’est plus totalement humain. Une part de lui s’est transformé en kaiju. Avec de telles capacités, c’est un nouveau monde qui s’offre à cet homme qui pensait tous ses rêves être anéantis. Pourtant, il doit avant tout faire attention. Après tout, sa nouvelle force pourrait être mal perçue par les gens et les Forces de Défense qui verraient en lui une menace potentielle. Ainsi débute un tout nouveau quotidien pour Kafka qui pourrait bien devenir l’atout ultime dans la lutte contre ces êtres terrifiants.

A travers ce contexte, Kaiju N°8 se démarque rapidement des autres titres en nous proposant une menace déjà impressionnante et bien implantée dans l’imaginaire collectif. Ce qui est important de voir dans ce premier volume, c’est la manière dont l’auteur parvient à utiliser ce terrain de jeu pour façonner son intrigue, mais aussi l’univers qui va en découler. On découvre alors un premier acte fort sympathique et qui va surtout briller par la promesse que l’on nous fait. Une œuvre qui s’annonce être comme un très bon mélange entre humour, action et personnages attachants.

Un récit à la fois drôle et puissant

Ce que l’on a tout d’abord retenu lors de notre lecture de Kaiju N°8 est ce désir de combiner un décor différent de d’habitude à des éléments classiques, mais efficaces. C’est ainsi que l’on a pu découvrir un ouvrage qui nous donne ce sentiment d’originalité dans la forme tout en faisant en sorte que l’on ait l’impression de marcher en terrain connu. Que ce soit dans l’humour, l’action ou même la construction de certains personnages, on est facilement emporté par toutes ces pièces qui constituent la base de ce divertissement. En s’attardant sur le périple de notre héros, on n’a pas pu s’empêcher de rire devant ses frasques et surtout son incompréhension concernant la transformation qu’il subit. L’auteur parvient à désamorcer le danger que représente maintenant cet homme à l’égard de la population en nous le présentant sous un aspect presque comique. Cela provoque un contraste entre la personnalité toujours bien humaine du protagoniste et sa force qui n’a plus rien d’humaine. On sent cette recherche de l’équilibre pour que l’on ne soit pas uniquement dans un récit bien bourrin et épique afin que l’on s’intéresse aussi à l’individu qui se cache derrière cette apparence monstrueuse. D’ailleurs, il est important de souligner que le trait du mangaka souligne à merveille ce déferlement de puissance qu’il peut y avoir dès l’instant où l’action prend le pas sur la discussion. Tout est très dynamique et l’on se laisse facilement emporter par les quelques échanges de coups dont on est témoin.

Il y a aussi un formidable travail d’imagination dans la conception des kaiju qui, même s’ils ne sont pas si nombreux dans cette introduction, parviennent rapidement à marquer l’esprit du lecteur. Cela concerne autant les créatures hostiles que notre nouvel ami. Tout est donc pensé pour que l’on soit avant tout attiré par l’environnement dans lequel on évolue sans pour autant nous bousculer à travers des éléments qui fonctionnent toujours aussi bien. Il s’agit ici d’une question de dosage et l’auteur saupoudre à merveille son histoire de tous ces petits détails qui rendent l’aventure aussi amusante qu’impressionnante. Si tout ça va façonner notre ressenti tout au long de notre périple, il y a une autre partie que l’on souhaite retenir et qui a grandement contribué à notre intérêt pour la série. Il s’agit simplement de Kafka. Là où on a souvent l’habitude de voir des adolescents être au premier plan pour lutter contre un adversaire redoutable, ici on a un protagoniste qui a déjà un vécu assez riche. On a direct une forte sympathie pour ce grand gaillard qui a abandonné ses rêves et qui se jette à corps perdu dans son travail pour oublier ses échecs. Il est marqué par les aléas de la vie et surtout par cette incapacité à accomplir son souhait le plus cher. De ce fait, on nous le présente comme un être très humain dans sa façon d’exprimer ses sentiments et aussi son ressenti concernant ce contexte si particulier. Un protagoniste que l’on affectionne et qui va autant nous faire rire que nous émouvoir par cette lutte interne qui subsiste encore malgré ses dires concernant son avenir.

En analysant ce premier volume de Kaiju N°8, on se rend compte qu’il y a tous les éléments pour offrir un excellent divertissement. Drôle, brutal et bien rythmé sont autant de qualités qui font de ce titre une lecture plaisante où l’on se laisse aisément embarquer par l’histoire. Un récit qui installe déjà des personnages que l’on apprécie et qui parviennent autant à nous parler qu’à nous faire avoir un bon fou rire. On est donc face à un scénario qui propose un environnement inédit prometteur tout en parvenant à mélanger habilement des éléments connus, mais qui fonctionne à merveille entre ces pages.

Kaiju N°8 entame sa transformation

Kaiju N°8 - transformationKaiju N°8 est clairement un titre qui peut plaire à beaucoup de lecteurs par sa maîtrise des codes du récit d’action tout en parvenant à intéresser les gens à l’univers de ces monstres emblématiques. Un décor original et qui va permettre de construire et de donner une identité intéressante à cette expérience littéraire. Ce premier tome sert de fondement à ce qui arrivera par la suite, mais le fait de manière à ce que tout soit bien rythmé. On a le sentiment que tout s’enchaîne à merveille et cela donne une lecture fluide et agréable permettant de pleinement apprécier ce qui nous est proposé. De plus, le mangaka a fait un très beau travail pour construire un personnage principal qui sort un peu des sentiers battus pour amener de nouvelles thématiques prometteuses. Sans oublier que le dessin contribue fortement à nous plonger dans ce récit qui se veut aussi épique que spectaculaire. On a ainsi le droit à des planches qui retranscrivent bien l’aspect explosif des combats et qui ne sont qu’une infime partie de ce que l’on pourra avoir dans les prochains volumes. Il est alors compréhensible de voir l’attrait qu’a cette série et surtout le potentiel qui s’en dégage en termes de divertissement dantesque. Une saga qui démarre fort et qui pourrait bien nous réserver quelques belles surprises en matière d’évolution du scénario, mais aussi de développement des protagonistes. Voilà un premier contact qui sait comment nous présenter un périple prometteur où l’amusement se fait très vite sans pour autant mettre de côté des sujets plus sérieux que de la simple baston.

En lisant ces quelques lignes, vous comprendrez que l’on a grandement apprécié cette escapade parmi ces géants pouvant tout balayer d’un revers de la main. Ingénieux dans son concept et efficace dans son traitement des personnages et de l’univers, Kaiju N°8 est un manga qui se présente sous les meilleurs auspices en tant que show spectaculaire. Rien qu’en feuilletant ces quelques pages, on sent que l’on va en prendre plein les yeux et que la série souhaite jouer avant tout sur l’aspect dantesque de son récit et de ses ennemis. Toutes les pièces s’assemblent parfaitement pour donner une première fresque qui attire notre regard et éveille notre curiosité. Cette série peut plaire à tous ceux qui souhaitent un divertissement qui rentre très vite dans le feu de l’action et qui fait preuve d’une créativité permettant de donner une aura grandiose à ce que l’on observe. Bien évidemment, on ne peut quitter une lecture sans évoquer les multiples questions que l’ouvrage éveille en nous. Est-ce que l’on va avoir le droit à un traitement intéressant de notre héros par rapport aux regards des autres ? Quelle tournure va prendre la menace des kaiju au fil des tomes ? Kafka peut-il espérer accomplir son rêve malgré sa condition actuelle ? Que se passera-t-il si son secret est révélé ? On est très impatient de voir comment tout ça va évoluer dans les prochains chapitres. Le pari est en tout cas réussi et les monstres n’ont pas fini d’envahir nos bibliothèques.

N’hésitez pas à partager dans les commentaires votre propre avis ainsi que votre ressenti concernant ce premier volume de Kaiju N°8. Avez-vous apprécié tout ce qui est mis en place au sein de cette introduction ? Trouvez-vous qu’il y a suffisamment d’éléments pour nous tenir en haleine par la suite ? Avez-vous apprécié le fait d’avoir ce décalage entre notre protagoniste et l’environnement dans lequel il évolue ? Pensez-vous qu’il y a beaucoup de potentiel en matière d’action, mais aussi de construction pour les prochains chapitres ? Qu’attendez-vous pour le futur de cette licence ? On reste à votre disposition pour échanger, discuter et débattre autour de ce sujet.

© 2020 Matsumoto Naoya, Shueisha

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *