Odyssée-Final Fantasy

Final Fantasy – une odyssée intemporelle

En ce moment, on a très envie d’aborder le monde du jeu vidéo. Une passion qui nous anime depuis très longtemps et qu’on prend plaisir à traiter à travers de nombreuses chroniques. Cependant, on avait envie de faire quelque chose d’un peu différent aujourd’hui autour d’une licence qui nous tient à cœur. Il s’agit bien sûr de Final Fantasy, mais on va aborder cette dernière sous un autre angle. En effet, on ne va pas s’attarder sur un sujet précis, mais bel et bien sur l’ensemble de la saga dans ce qu’elle parvient à nous faire ressentir. Une odyssée qui dure maintenant depuis bien des années et qui a su transformer cette franchise en une légende du jeu vidéo. Ayant vu le jour chez Squaresoft et continuant de se développer aujourd’hui sous Square Enix, cette saga a toujours eu ce désir de faire vibrer le joueur à travers des histoires qui ne se contentent pas de nous amuser. Il s’agit avant tout d’épopées grandioses où l’on est totalement aspiré dans ces mondes d’une grande richesse et qui ont tous un charme particulier. On espère donc que vous êtes prêts à suivre une dernière fantasy qui perdure depuis déjà fort longtemps.

La magie propre à cette série

Pour aborder un sujet aussi vaste que Final Fantasy dans sa globalité, on va surtout parler de notre propre ressenti et de ce que cela peut apporter à ceux qui se lancent dedans. En fait, cette série a su nous captiver, car elle se présentait rapidement comme un périple dépaysant où tout semblait possible. Des lieux féériques où la magie prenait le pas sur tout le reste. Cela peut faire sourire, mais ces jeux ont su sublimer le style du médiéval-fantasy pour ensuite y apporter leur propre touche personnelle. Quand on se lance dans l’un de ces opus, on sent cette envie de la part des développeurs d’amener le joueur à s’intégrer parfaitement dans cet univers qui n’a pourtant rien de réel. Plus l’on progresse dans l’histoire et plus on a envie d’en apprendre plus sur tout ce qui façonne ces terres. La force première de Final Fantasy n’est pas forcément son scénario, mais sa faculté à créer une atmosphère fantastique qui nous imprègne et nous plonge totalement dans ces contrées où l’immersion est plus que palpable. De plus, cette licence de jeu vidéo fut la première à dépasser pour nous le simple cadre de l’amusement pour nous montrer que cette forme d’art pouvait aller bien plus loin. Quand on a commencé notre premier Final Fantasy, ce fut une véritable claque qui a changé drastiquement notre approche de ce médium et même nos propres goûts. Ce fut une certaine révélation en voyant qu’une aventure vidéoludique pouvait nourrir notre propre imaginaire. Dans ce domaine, ces épisodes font partie des maîtres en la matière à nos yeux. Que l’on soit emporté par le périple de nos héros ou bien que l’on se mette à errer avec joie au sein de ces contrées inconnues, on sent cette impression de faire partie de quelque chose de plus grand.

On le dit fréquemment, mais c’est un élément qui nous tient très à cœur. Il y a des œuvres, qu’ils s’agissent de films, jeux, mangas, séries et bien d’autres, qui ont toujours une profonde influence sur nous. Le simple fait d’entendre leur nom suffit à nous faire voyager vers des horizons dont la seule limite n’est que notre propre créativité. Final Fantasy en fait partie à nos yeux. Si cette série fut un pari risqué à l’époque pour le studio, elle est devenue un monument dont beaucoup attendent avec impatience de voir ce qu’elle va donner à chaque nouvelle étape de sa vie. Une licence majeure où chaque virée est unique et où l’on s’émerveille de ces paysages, on vibre en compagnie de ces compagnons de route et qui nous happe dans des récits inoubliables. En plus de ça, une des grandes forces de la saga est que l’on a jamais cette sensation de vivre deux fois la même chose. Même en revivant certaines de ces épopées, il y a toujours de nouvelles découvertes ou simplement un plaisir unique où l’on oublie tout ce qui nous entoure pour s’élancer dans une quête surréaliste, mais hypnotique. Que l’on ait envie de tout décortiquer ou simplement de se laisser bercer par l’intrigue principale, la magie opère. Un ressenti spécifique qui a contribué à notre passion autour de Final Fantasy. Il n’est pas uniquement question ici de jouer, mais de s’attarder sur une aventure qui veut marquer les esprits. Cette série est autant une succession de jeux grandioses qu’une franchise ayant créé sa propre mythologie, identité, mais aussi folklore nous donnant cette sensation fantastique de découverte et de retrouvailles. On observe et on contemple chaque détail, car ils contribuent tous à enrichir cette expérience féérique.

Final Fantasy I

Une licence qui transcende les âges

Voilà quelque chose que l’on a remarqué et qui est assez représentatif de la puissance de cette licence. Après tant d’années à exister, la saga Final Fantasy a su envoûter le regard de nombreux joueurs. Certains ont grandi avec les premiers épisodes tandis que d’autres ont pu découvrir cette franchise en cours de route. Peu importe quel fut notre premier contact avec la licence, il y a souvent ce désir de continuer d’avancer avec elle. Même si on a toujours un affect tout particulier pour certains opus, chaque nouvelle épopée est l’occasion de s’émerveiller un peu plus. C’est justement l’une des qualités les plus remarquables de cette série qui arrive à unir plusieurs générations depuis maintenant bien longtemps. Cela joue énormément aussi sur notre désir de partager notre propre expérience de ces aventures estampillées Final Fantasy. Le fait de transmettre nos ressentis qui ont grandi au fil des épisodes avec ceux qui découvrent la licence fait partie intégrante de l’identité de cette saga. A chaque fois, on a envie de faire perdurer cet héritage reçu et surtout tout ce que l’on a pu entrevoir. Un appel au voyage qui ne peut rester totalement solitaire. Cela va donc créer un sentiment tout particulier chez le joueur qui va autant vouloir prolonger cette évasion à travers d’autres opus que de montrer ce qu’il a pu aussi éprouver en compagnie de ces personnages fictifs avec d’autres gens ayant vécu la même chose. Il suffit de voir les divers événements autour de la franchise pour être témoin de ce mélange des âges qui nous fait prendre conscience de la portée de ces jeux. Bien évidemment, il est tout à fait possible de ne pas être réceptif à l’identité, l’aventure et la magie propres à la licence Final Fantasy. 

Cependant, rares sont les œuvres vidéoludiques qui peuvent autant traverser les années en faisant toujours autant vibrer le cœur des fans. Si cela est possible pour elle c’est, selon nous, parce qu’il y a quelque chose d’unique qui se dégage de ces virées. Quand on débute une nouvelle épopée, il y a toujours ce sentiment de découverte totale qui se fait ressentir. On s’extasie devant ce que l’on entrevoit et cela affecte une part de nous qui a son importance. Même sans se concentrer sur ces scénarios à l’écriture soignée, il s’agit d’invitation à s’évader. Quand on lance un nouveau chapitre de la mythologie Final Fantasy, il faut que l’on ait cette sensation que l’on va vivre quelque chose d’extraordinaire. Un périple que l’on n’aurait jamais imaginé possible et qui fait que l’on est totalement happé par ce qui se passe. Peu importe le temps qui passe, on a tous ce besoin de laisser parfois la réalité derrière nous pour simplement vivre une épopée grandiose. Un moment qui s’inscrit à jamais dans notre esprit et nous permet de grandir et surtout de nourrir notre propre imagination. La musique, les décors, les personnages, les combats, les rebondissements sont autant de pièces importantes pour donner vie à un puzzle dont le résultat final captive notre regard. C’est en assemblant tout ça que la série de Square Enix réussit à nous faire vivre un rêve éveillé que l’on admire même après avoir atteint la fin du voyage. On est autant face à du grand divertissement que devant une licence qui a su transcender le simple format du jeu vidéo pour montrer que celui-ci peut proposer aussi de véritables chefs-d’œuvres. Une suite de titres qui a su capter un public, mais surtout le faire constamment grandir à travers sa faculté d’exacerber l’imaginaire de chacun. Se lancer dans un Final Fantasy, c’est toujours une magnifique leçon de création et d’imagination.

Des aventures inoubliables

On va parler ici d’un élément très important. Final Fantasy a toujours su proposer des opus qui ne se limitent pas à nous divertir pendant quelques jours. Même en ayant fait un opus de fond en comble, il y a toujours une alchimie singulière qui revient dès l’instant où l’on se replonge dans ces aventures qui nous tiennent à cœur. Un rappel de ce que l’imaginaire peut créer de plus beau, mais aussi de plus émouvant. Que cela soit six mois après ou bien avec plusieurs années de décalage, on a ce sentiment de retrouver d’anciens camarades avec qui on repart faire un voyage qui dépasse tout ce que l’on peut imaginer. D’ailleurs, il n’est pas rare que l’épopée continue même après la fin du jeu tout simplement parce que notre esprit va sans cesse se demander ce qui peut encore être raconté. Pour nous, chaque voyage que l’on a fait au sein des épisodes de la franchise a su nous transmettre quelque chose de bien plus grand qu’une simple épopée vidéoludique. Rien que par leur scénario, ces titres retiennent toute notre attention. Des histoires qui abordent des sujets graves et importants se mêlant à merveille dans cette virée onirique. L’extase des premiers instants se combine alors avec la puissance narrative de ces intrigues qui nous amènent à réfléchir sur des thèmes comme l’écologie, l’amour, la vie et la mort ainsi que le but de notre existence. Des notions qui peuvent sembler paradoxales par rapport à ce désir d’évasion que l’on ressent en parcourant ces nombreuses terres. Pourtant, c’est justement ce mélange qui rend chaque épopée aussi unique. Ce n’est pas parce que l’on évolue dans un monde féérique ou imaginaire que l’on ne peut pas ressortir grandi de cette expérience. Cette saga peut autant nous divertir que nous amener beaucoup de valeurs et réflexions importantes.

De même, les personnages que l’on rencontre finissent toujours par se graver dans notre mémoire de joueur. Que ce soit par rapport à leur charisme, leur histoire, leurs actes ou simplement par leur symbolisme, ils ont tous un ou plusieurs éléments qui les rendent inoubliables. C’est pour ça qu’aujourd’hui encore Sephiroth est considéré comme l’un des plus grands antagonistes du jeu vidéo ou bien que tout le monde a été touché par la quête personnelle de Vivi. Des guerriers de la lumière du premier opus au road-trip de Noctis pour enfin trouver sa place, il n’y a pas un seul de ces individus fictifs qui n’a pas perduré dans le temps à travers les souvenirs des joueurs. C’est justement en créant toute cette iconographie autour de chaque titre que la licence a pu continuer à grandir en compagnie de ceux qui ont parcouru ces magnifiques régions virtuelles. En fait, il y a presque une relation donnant-donnant entre ces jeux et nous. Ils nous apportent cette dose d’émerveillement dont on a tous besoin pour nourrir notre propre imaginaire tandis que l’on s’occupe à les faire perdurer à travers nos souvenirs, nos discussions et notre vision du futur de cette franchise. Aujourd’hui encore, on a des étoiles plein les yeux en rejouant le périple de Cloud. Les frissons nous parcourent au moment où l’on entend de nouveau les magnifiques compositions de Nobuo Uematsu. On revit ces périples comme si c’était la première fois et la magie se répète inlassablement pour notre plus grand plaisir. Même si le nom de Final Fantasy est maintenant largement répandu et fait encore vendre de nombreux jeux, il s’agit avant tout, à nos yeux, d’une licence qui nous a bluffé et qui fait partie intégrante de ce que l’on est. Une saga qui nous a fait ouvrir les yeux sur beaucoup de choses et qui continue encore de le faire avec brio.

Final Fantasy IX

A chacun son préféré

Cette partie porte bien son nom étant donné que l’on va aborder ici une facette de cette licence que l’on a pu voir au fil du temps. Il s’agit de cette faculté à unir les joueurs sans pour autant que l’on soit envoûté de la même manière par certains opus. En effet, Final Fantasy est une œuvre toute particulière dans ce domaine tout d’abord parce qu’il n’y a jamais de liens entre les différents épisodes mis à part ceux qui se présentent comme des suites directes. De ce fait, on est constamment dans la découverte dès l’instant où une épopée inédite fait son apparition. Cependant, on ne réagit pas tous pareil face à ces histoires. C’est ce qui est important à noter étant donné qu’il y a toujours un titre qui va prendre le pas sur les autres dans le cœur du gamer. Il peut s’agir de celui qui nous a fait découvrir la licence, celui qui fut le plus émouvant ou bien celui qui a parfaitement su immerger la personne aux commandes dans son monde. Ainsi, il n’est plus uniquement question de débattre sur un épisode à l’autre, mais d’entrevoir la raison de ce plus grand intérêt pour cet opus en particulier dans la longue liste de jeux FF. Il est tout à fait possible d’apprécier tous ces titres pour ce qu’ils réussissent à raconter, mais il y a toujours ce chiffre qui va revenir constamment en tête. Un numéro que l’on ne peut oublier et pour qui l’affect est bien plus supérieur qu’on pourrait le croire. C’est aussi là que la franchise frappe un grand coup. Il y a une telle diversité dans les expériences proposées que l’on peut tous trouver celui qui nous fera vibrer. Final Fantasy a su progresser sur bien des terrains pour tester et voir comment la série pouvait se modeler à travers ces nouveaux axes. Cela permet d’attirer plus de joueurs, mais aussi et surtout de ne jamais être dans la redondance.

Par exemple, j’ai découvert cette saga à travers le septième opus. Un épisode qui m’a profondément marqué et qui est devenu une référence à mes yeux au sein de la franchise. J’ai adoré explorer et m’imprégner de ses aînés et de ceux qui ont continué de façonner ce mythe, mais il y a constamment ce retour au sept quand il est question de premier souvenir, mais aussi de point départ. Final Fantasy est un nom qui a grandi avec son public, mais qui a aussi su prendre souvent des chemins inattendus pour ne jamais laisser les nouvelles générations de joueurs en arrière. C’est pour ça que le premier FF que l’on fait a souvent une saveur toute particulière. Il est celui qui va devenir la base de notre vécu au sein de la franchise. Celui qui sera précurseur pour transmettre, à sa manière, la magie Final Fantasy. Que l’on ait été présent à la sortie du premier épisode où que l’on se lance dans cette saga avec le treizième opus, cela ne change finalement rien. On est tous identiques devant cet appel auquel on répond et qui va juste s’exprimer d’une multitude de façons différentes. De plus, on peut débuter par le même épisode et avoir un ressenti qui diverge de celui des autres. Chaque virée repose sur un nombre incalculable d’éléments qui peuvent contribuer et nourrir cet attrait pour la série. L’univers Final Fantasy est composé d’une flopée d’autres mondes qui eux-mêmes ont des atouts uniques pouvant parler à tout un tas de gens. C’est ainsi que l’on a cet épisode qui nous reste en tête et autour duquel va se greffer toutes les autres péripéties que l’on va pouvoir vivre au sein des divers scénarios de la licence. Des œuvres fantastiques où chaque individu peut avoir un lien singulier avec l’une d’entre elles.

Final Fantasy, une épopée dépassant le divertissement

Il est vrai que Final Fantasy est depuis plusieurs années un monument du jeu vidéo. Cependant, plus qu’une série emblématique, celle-ci est une invitation au voyage, à l’émotion, mais aussi à la féérie. Chaque épisode a beau proposer un univers unique, ils sont pourtant tous liés par cet aspect onirique qui nous happe et nous fait vivre une aventure exceptionnelle. On est tous plus ou moins réceptifs à certains épisodes plutôt qu’à d’autres, mais c’est aussi ça la beauté de cette saga. Elle évolue, change et se diversifie au même titre que les joueurs et laisse des souvenirs indélébiles peu importe que l’on soit un fan de la première heure ou un nouveau venu. Je souhaitais, à travers cette chronique, revenir sur l’impact de cette saga qui me tient à cœur, mais aussi tout ce qui fait son charme. Si vous êtes curieux de découvrir la licence, mais que vous hésitez par où commencer, laissez-vous tenter par n’importe quel épisode. Ils sont tous les parfaits représentants de cette philosophie qu’a su perfectionner le studio au fil du temps. Final Fantasy est autant devenu un nom presque universel qu’une épopée qui se veut aussi très personnelle. On parcourt les mêmes mondes, mais c’est nous qui façonnons notre propre vision et passion de cette série. Une licence qui transcende les âges et qui a su pérenniser cette magie qu’elle seule maîtrise. Même s’il y a bien sûr des défauts inhérents à certains opus, on peut aussi aisément entrevoir cette volonté que chaque opus porte l’héritage de ses prédécesseurs tout en apportant sa propre pierre à l’édifice. 

Ce que je dis là est un ressenti personnel de mon rapport avec cette saga. On peut tous avoir un lien fort avec un titre ou une licence précise. Cela peut être dans le domaine vidéoludique comme celui du manga, du cinéma ou même des séries. Tout ceci est avant tout du divertissement, où des artistes en tout genre cherchent à partager leur créativité à un maximum de personnes. Ce qui fut initié par Squaresoft se prolonge encore sous Square Enix et l’on assiste, à chaque nouvelle virée, à la créativité de ces hommes et femmes qui donnent tout ce qu’ils ont pour perpétuer le rêve FF. J’espère que cette chronique un peu spéciale vous aura plu et qu’elle vous aura peut-être donné envie de tester un titre de cette franchise ou bien de partager votre expérience au cours de ces aventures mémorables. Le jeu vidéo est une source constante d’évasion où l’on aime se perdre quelques instants pour se lancer à l’assaut de paysages inconnus et majestueux. Pouvant être prise comme un divertissement redoutable, un ensemble d’œuvres philosophiques, une saga légendaire ou tout bonnement une ode à l’imaginaire, la saga Final Fantasy revêt bien des visages et l’on espère de tout cœur que la féérie ne disparaîtra pas de sitôt. N’hésitez pas à nous partager votre propre ressenti concernant ce sujet ainsi que votre approche de ce monument du RPG et du jeu vidéo. Ce sera avec plaisir que d’échanger avec vous.

Final Fantasy X

2 Comments

  • Je trouve que tu as très bien restitué un sentiment qu’on est, je pense, beaucoup à partager avec cette saga, et éventuellement avec quelques autres du même genre.

    Je me souviens que Hooper avait parlé vis à vis du fait de terminer ces jeux de « sentiment du devoir accompli », et je trouve que ça résume assez bien l’idée. Des jeux qui dépassent le cadre du divertissement et qui te font vivre une aventure vraiment marquante !

    Ton article a ravivé plein de souvenirs, je pense que c’était le but. Que ce soit ma découverte de la saga avec le VII, qui m’a fait prendre conscience de ce que le jeu vidéo était capable de véhiculer, le VIII, le IX, et finalement tous les épisodes jusqu’au XV, qui a été une excellente surprise. Même si il y a des épisodes que j’aime beaucoup moins voire pas des masses, j’arrive toujours à en retirer des choses intéressantes qui en font finalement des jeux que je retiens dans mon parcours de joueur. Et c’est en soi une belle performance !

    • EspritOtaku dit :

      Merci pour ton commentaire et oui, Final Fantasy est une série de jeux qui est parvenue à transcender le simple divertissement pour devenir une oeuvre à part !
      L’objectif était autant de montrer ce qui faisait la force et l’attrait de cette franchise à mes yeux et surtout de partager ma passion pour celle-ci en ravivant des souvenirs.
      En effet, comme je l’ai dit on a tous un FF de coeur et même ceux que l’on trouve moins bon parviennent quand même à raconter quelque chose de palpitant.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.