Arcane

Arcane : une série qui resplendit de mille feux

Il arrive que l’on décide de quitter quelques instants l’univers du manga et de la japanimation pour découvrir des œuvres inédites provenant de tout horizon. Parfois, on tombe sur des titres qui nous font vibrer en seulement un épisode et l’on ne peut alors détacher notre regard de l’écran. L’excitation nous gagne à la fin de chaque visionnage et nous pousse inlassablement à se jeter sur la suite jusqu’à ce que l’on arrive à la conclusion de cette aventure. On a ressenti ça depuis trois semaines avec une série qui a su faire parler d’elle. Il s’agit bien sûr d’Arcane sur Netflix, réalisé par Fortiche Production et mettant en scène l’histoire et les personnages du célèbre jeu League of Legends de Riot Games. Autant le dire tout de suite, nous ne sommes pas des grands connaisseurs de ce MOBA qui a su se forger une sacrée renommée depuis bien des années. Au cœur de nombreuses compétitions et ayant amené la scène e-sport à un tout autre niveau, ce nom fait partie des monuments du monde vidéoludique. On était très curieux de voir ce que pourrait donner un tel format pour nous raconter l’univers de cette licence. Le résultat est sans appel pour nous, on a adoré de bout en bout et pour de nombreuses raisons. L’heure est donc venue de se poser et d’analyser tout ce qui fait le charme et la force d’Arcane.

Acte 1 – le combat de deux sœurs

Avant de pleinement se concentrer sur ce qui fait la magie de cette série, il est important de s’attarder quelques instants sur le synopsis. Arcane nous emmène au cœur de la majestueuse Piltover, la cité du progrès où tout semble réalisable. Cependant, l’histoire de cette contrée n’est pas aussi lumineuse que l’éclat de ses bâtiments. De nombreuses tensions existent entre les gens de la haute-ville et ceux de la basse-ville. Alors que les premiers profitent de l’opulence de leur mode de vie, les seconds font de leur mieux pour survivre dans ces lieux où le soleil n’existe pas. Cette haine a même fini par conduire à une confrontation armée d’une rare violence où le sang a coulé à flots. Les victimes se multiplièrent, laissant derrière elles de nombreux orphelins. Parmi ces derniers se trouvent deux sœurs dont la vie ne sera plus jamais comme avant. L’aînée répond au nom de Vi et veille avec attention sur le dernier membre de sa famille qui lui reste, la petite Powder. Ce duo est perdu au sein de ce chaos avant d’être finalement recueilli par Vander, un redoutable combattant qui prend conscience de ce que toute cette colère a entraîné. Ils retournent tous les trois dans les bas-fonds et le calme revient progressivement après tant de sacrifices. Le temps passe et malgré tout, les différences entre les deux factions ne cessent de se renforcer. Les deux jeunes filles débutent alors un nouveau quotidien au sein de ce monde qui ne veut pas d’eux en jurant de réussir à se faire une place par leurs propres moyens. La vie à la dure qu’elles mènent va les renforcer et leur apprendre à se surpasser pour parvenir à se jouer de leurs adversaires. Il faut dire que les habitants d’en haut gardent un œil attentif sur les agissements de leurs anciens opposants.

Les Pacifieurs continuent de patrouiller et d’arrêter tout ceux qui pourraient symboliser une menace grandissante pour la quiétude de leurs concitoyens. Si plus rien ne semble se passer de mal directement, les manigances politiques et corruptions ont remplacé les conflits ouverts. Tout est à présent une question d’argent et même le grand conseil de Piltover n’est pas à l’abri de ce genre de manœuvres peu recommandables. C’est donc dans ce contexte que l’histoire de ce royaume au double visage s’apprête à écrire un chapitre inédit. Le monde est en plein bouleversement et il se pourrait bien que certaines recherches menées par quelques individus changent à jamais la face de la cité du progrès. La science est en perpétuelle évolution et un jeune homme rêve de pouvoir changer les choses en y amenant un autre rouage que personne n’avait pensé possible. Les souhaits, les ambitions et les désirs se confrontent maintenant au sein de ces rues qui s’apprêtent à débuter une ère inédite. Au centre de tout ça, Vi et Powder s’apprêtent à se lancer dans une mission dont les conséquences pourraient être terribles. Est-ce que les efforts de paix entre les deux camps vont perdurer ou s’effondrer ? Toutes les pièces sont maintenant sur l’échiquier et chaque coup peut être décisif pour l’avenir de cette nation. La haute société se prélasse tandis que la grogne s’étend non loin. Une simple étincelle pourrait bien mettre le feu aux poudres. L’univers entier a le regard tourné vers cette contrée où la révolution technologique est en marche.

A travers ce contexte de base, Arcane va réussir à nous conter une histoire aussi fabuleuse que tragique au sein d’un univers d’une richesse incroyable. Dès les premières secondes, la série parvient à accrocher notre regard sur l’ensemble de cette cité et ce qu’il y a aussi au-delà de tout ce que l’on peut voir directement. Avec le lore déjà impressionnant de la franchise League of Legends, cette histoire parvient pourtant à tout rendre cohérent et surtout accessible au plus grand nombre. Une épopée qui symbolise à merveille une fantastique porte ouverte vers cette licence.

Arcane - Vi

Acte 2 – Un lore aussi complexe que compréhensible

Il est vrai que quand on pense à League of Legends aujourd’hui, on pense notamment à son immense roster et à tout ce qui a pu déjà être créé depuis toutes ces années en matière d’intrigue, d’histoires et de biographies. On peut donc facilement être perdu quand on souhaite comprendre les tenants et aboutissants de la mythologie du jeu et que l’on n’est pas forcément un joueur ayant débuté depuis le lancement. C’est là qu’Arcane va frapper un grand coup. La série réussit à nous offrir une origin story diablement efficace autour de quelques personnages mythiques de la licence. Tout est donc parfaitement cohérent et permet d’avoir une base pour ensuite porter son regard vers l’horizon à la recherche de plus d’informations et de découvertes. Dès les premières minutes, on ressent le passif qu’il peut y avoir entre les deux camps que l’on nous décrit sans même qu’on nous dise le moindre mot. Tout est d’abord suggéré et l’on est emporté par ce que l’on nous montre. Un sentiment d’effroi en voyant ces deux enfants progresser sur un sinistre pont où le silence accompagne la mort qui les entoure. Une mise en scène qui va être fréquente et d’une redoutable efficacité dans l’écriture du scénario. Rien que par le visuel, on nous conte des événements forts et marquants qui vont être sublimés par la bande-son qui les accompagne. On a beau savoir que l’on progresse dans un univers d’une grande richesse, tout est pensé pour que l’on se concentre sur ce qui se passe avant tout autour de nos principaux protagonistes tout en nous faisant miroiter les possibilités qui pourraient survenir par la suite.

Concernant l’intrigue en elle-même, c’est encore une fois une réussite à bien des niveaux tant on est impliqué dans ce qui se passe. Le fait d’avoir divisé la série en trois actes est loin d’être anodin. Cela permet de se concentrer pleinement sur des périodes bien précises des personnages qui assurent le spectacle. Une manière pour le spectateur d’être témoin d’une évolution constante dans leur développement, mais aussi d’observer les changements qui s’opèrent au sein de cette cité. Rien que le passage entre la première et la seconde partie nous prouve à quel point on est immergé dans un univers qui vit, change et vieillit aussi. C’est véritablement plaisant d’avoir cette sensation que tout bouge autour de nous en fonction des décisions des acteurs et actrices qui cherchent à façonner leur propre destinée. Maintenant qu’Arcane vient de se conclure, on est à la fois heureux de tout ce que l’on a pu vivre pendant ces trois semaines et rêveur pour ce qui pourrait nous être raconté loin de ces murs vers de nouvelles contrées. Il y a un sentiment d’être tout petit dans un monde de géant et cela faisait très longtemps que l’on n’avait pas eu une telle fascination pour une fresque qui n’a abordé qu’une infime partie du lore de League of Legends. Que l’on soit un fin connaisseur de cet univers ou bien un néophyte en la matière, on partage tous le même émerveillement au travers de cette série qui sait parfaitement où elle va sans jamais nous perdre. Un travail incroyable pour donner vie à ce qui pouvait nous sembler inaccessible et qui le fait avec une créativité ainsi qu’un sens de l’écriture magistrale.

Si l’on vient d’aborder la construction de ce décor et de tout ce qu’il parvient à nous transmettre, Arcane ne serait pas aussi brillant sans les hommes et les femmes qui sont mis en scène dans ces épisodes. Après nous avoir éblouis par la richesse de son environnement et de sa culture, les deux villes jumelles possèdent aussi des représentants qui crèvent l’écran. Qu’il s’agisse des protagonistes, antagonistes, figures secondaires et même simples intervenants, chacun trouve sa place sur cette immense scène. On est totalement impliqué dans leur développement et la voie qu’ils ont fini par prendre.

Acte 3 – Des personnages charismatiques et bouleversants

Il est très difficile de parler d’Arcane sans évoquer ceux qui sont au centre de l’intrigue. Là encore, on a le droit à un formidable travail de storytelling pour que l’on se sente impliqué dans les personnages et ce qui va leur arriver. Bien évidemment, les deux principaux protagonistes, à savoir Vi et Powder, vont rapidement se démarquer. Que cela soit par leur passé commun, leurs échanges, leurs interactions avec leur entourage ou même le futur différent qu’elles vont prendre, on finit par ne plus pouvoir détourner le regard de ces jeunes filles. Cependant, cela ne s’applique pas uniquement à elles. Tous les individus qui vont apparaître à un moment ou à un autre et avoir une certaine influence dans le récit vont parvenir à s’ancrer dans notre mémoire. On n’a jamais le sentiment que l’un d’eux est forcé dans ses apparitions et ils apportent tous quelque chose en plus. En fait, tout est parfaitement à sa place et cela devient un immense plaisir que d’observer tout ce beau monde vivre et écrire leur propre histoire. D’ailleurs, ce qui est justement captivant dans Arcane, c’est le fait que l’on s’intéresse autant aux protagonistes qu’aux antagonistes. L’écriture est si soignée que l’on ne peut qu’attendre impatiemment de voir la prochaine scène ou tel personnage va apparaître. Les propos tenus ainsi que les actes de chacun vont avoir du sens et bâtir une galerie de gens uniques qui vont avoir pleinement leur place dans cette pièce et laissant libre cours à leur personnalité, mais aussi à ce qui les anime.

Cela nous permet d’aborder un point crucial à nos yeux et qui a permis de renforcer notre attrait pour la série. Il s’agit de l’absence du bien et du mal. Au départ, on pourrait croire aisément qu’il y a d’un côté les gentils et les méchants à l’image de l’opposition qui se fait entre les deux parties de cette nation. Pourtant, on se rend rapidement compte que tout ça n’est qu’un écran de fumée. En réalité, on se retrouve face à des êtres dictés avant tout par leurs principes, leurs rêves, mais aussi leurs ambitions. Une approche loin d’être manichéenne et qui va justement servir à donner quelque chose d’important à toutes ces figures ponctuant ce périple. Cet élément n’est autre qu’une sincérité frappante, car on peut tout à fait comprendre les agissements de certains qui répondent simplement à leur façon aux épreuves que cette vie met sur leur route. C’est ainsi que la construction des divers personnages est fabuleuse, car elle n’intervient pas uniquement autour d’un but précis, mais se fait progressivement au fil des expériences vécues. A travers cette volonté, le studio capte totalement notre attention et va parvenir à rendre chaque émotion palpable de la part de toutes ces âmes qui luttent pour survivre et écrire leur légende. Une simple décision peut alors avoir un redoutable effet sur le spectateur qui voit se dessiner la route sur laquelle avance ces individus que l’on chérit tous d’une certaine façon. Une magnifique réussite à ce niveau et qui nous donne envie de partager encore plus de moments en compagnie de ces habitants qui s’extirpent de la foule pour être au centre de l’attention.

Comme on l’a dit un peu plus haut, Arcane s’est rapidement présenté comme une série complète à bien des niveaux. Alors que l’on vient d’aborder le fond du récit, il est aussi important de parler de la forme que prend cette épopée. En effet, on a le droit ici à un projet absolument extraordinaire de Fortiche Production qui va nous montrer tout le talent des gens qui travaillent en son sein en matière d’animation et de direction artistique. Tout cela couplé à une bande-son qui va non seulement ravir nos oreilles, mais aussi apporter sa pierre à l’édifice concernant l’immersion du spectateur.

Arcane - combat

Acte 4 – Une claque graphique et musicale

Après avoir déjà évoqué de nombreux éléments dans cette chronique, il y a pourtant une partie que l’on n’a pas abordée alors qu’elle saute aux yeux dès les premières secondes. Il s’agit tout simplement de l’aspect graphique d’Arcane qui nous prouve tout le talent du studio dans le domaine de l’animation. Rien qu’en voyant les plans qu’on nous offre ainsi que ce trait à la fois coloré et soigné, on est séduit par ce qui nous est présenté. Là encore, pas besoin de mots quand la direction artistique se suffit à elle-même pour nous poser ce décor et ce qu’il transmet. La splendeur de Piltover contraste habilement avec la basse-ville beaucoup plus terne, sombre et inquiétante. Le parallèle s’exprime à merveille à travers les dessins et va apporter énormément de poids à ce ressenti que l’on a en parcourant ces lieux. En dehors de ça, l’animation est à la fois fluide, brillante dans sa mise en scène et surtout spectaculaire dans ce qu’elle propose en matière d’action, mais aussi d’expression corporelle. Il suffit de s’attarder quelques secondes sur le visage des personnages pour réussir à traduire tout ce que leur faciès peut raconter sur leurs émotions. Le travail abattu est énorme et cela se ressent sur chaque scène que l’on admire. Les décors, les gens, les mouvements et les affrontements ont tous ce dynamisme qui va apporter beaucoup en matière de rythme, mais aussi de contemplation de la part du spectateur qui découvre pour la première fois cet univers. En plus de ça, le style proposé à travers la série colle très bien à ce que l’on peut retrouver dans le jeu tout en ayant la patte graphique propre au studio.

Si toute cette partie forme le squelette de cette épopée, elle va aussi aller de pair avec un autre élément qui mérite que l’on s’attarde dessus. Il s’agit tout simplement des musiques qui vont nous accompagner tout au long de cette épopée. Évidemment, on est tombé fan du générique signé Imagine Dragons et JID avec d’ailleurs un excellent clin d’œil au groupe dans l’un des épisodes. En dehors de “Ennemy”, l’opening de la série, notre périple va être parsemé d’ost, mais aussi de sons d’ambiance qui vont prolonger et sublimer l’expérience que l’on vit. Combinant une direction artistique folle à une bande-son de qualité, Arcane parvient à autant enchanter notre regard qu’à séduire nos oreilles. Les instants dramatiques vont redoubler d’impact par les quelques notes que l’on entend et la détresse qui se lit sur le visage de ces individus. Pareil pour les moments d’accalmie où la musique appuie cette lenteur pour mieux repartir ensuite. Même les combats ont le droit à un soin tout particulier pour que l’animation et la bande-son montent d’un cran ajoutant ainsi un rythme effréné sans pour autant laisser de côté l’aspect émotionnel dans certains cas. Tout est une question d’équilibre et Fortiche Production a su incorporer tous ses éléments pour que cela donne une partition sans réelle fausse note. Il n’est pas question dans ce périple d’un élément qui supplante tous les autres, mais bel et bien d’une multitude d’étapes qui s’emboîtent parfaitement et entrent en résonance pour un résultat grandiose.

Cela a beau faire quelques jours maintenant qu’Arcane a sorti ses épisodes, on continue d’y repenser avec toujours autant de joie. On a toujours souligné l’importance du divertissement dans le développement personnel de chacun afin de cultiver son imaginaire tout en s’évadant. Ici, on a une série qui a parfaitement su démontrer ça. Si l’on s’amuse évidemment au contact de cette fiction, cette aventure a aussi eu un tout autre effet sur nous. Elle nous a bluffés par tous ses aspects qui se cachent derrière ce fil rouge et surtout ce sentiment d’avoir été spectateur d’un périple hors du commun qui va stimuler notre propre créativité.

Dernier acte – Arcane assure le spectacle

On tenait énormément à faire cette chronique sur Arcane, car cette série est parvenue à nous offrir ce que l’on aime le plus dans le divertissement, à savoir s’évader et rêver. Le récit qu’on nous propose a beau mettre souvent en scène des situations dramatiques et collant au contexte de l’histoire, c’est avant tout une remarquable plongée au sein d’un univers fabuleux. C’est en constatant tout le travail fourni et surtout la créativité dont on fait preuve tous ceux qui ont bossé sur ce projet que l’on est admiratif de cette faculté à donner vie à un monde fictif où l’on aime se perdre. En seulement neuf épisodes, cette aventure parvient à nous raconter tellement d’intrigues, de péripéties et surtout de légendes que l’on a juste envie que cela continue. On a passé un moment remarquable au contact des habitants de cette cité qui resteront longtemps gravés dans notre mémoire. Plus qu’une simple adaptation en série d’animation de League of Legends, Arcane est une aventure à part entière qui peut être appréciée par tout le monde. Le spectateur que l’on est a eu des étoiles plein les yeux tout au long de son avancée. Après avoir fini d’observer le dernier chapitre de ce conte, on se met à rêver à tout ce qui pourrait nous attendre au sein de ces contrées dont on a exploré qu’une infime partie. Une ode à l’imaginaire, à l’émotion et à l’émerveillement qui nous a profondément touché et nous donne encore plus l’envie d’explorer tous ces mondes fantastiques que l’esprit humain peut concevoir.

On se rapproche de la fin de cette chronique et vous l’aurez sûrement compris, mais on a eu un immense coup de cœur pour Arcane. L’une de nos plus belles découvertes de cette année et il était impossible de ne pas en parler tant il y avait de choses à dire. Encore une fois, que vous soyez familier ou non avec l’univers de League of Legends, vous pouvez totalement apprécier Arcane qui a su construire une histoire cohérente, facilement compréhensible, aux nombreuses promesses tenues et surtout des personnages qui gravent leur nom à jamais dans l’esprit des spectateurs. Complet sur bien des aspects, la série a su accomplir son but premier à merveille qui n’est autre que de nous offrir un moment d’évasion inoubliable. On a été ému à certains passages, éblouis par d’autres scènes et surtout fascinés par tout ce qui façonne cet univers au potentiel incroyable. On termine donc cet article avec des étoiles plein les yeux tant on repense à tout ce que l’on a vécu et tout ce qui pourrait être raconté à l’avenir. C’est pour ce genre de périple que l’on est heureux de nous perdre au sein de tous ces mediums qui parviennent toujours à nous surprendre.

N’hésitez pas à partager dans les commentaires votre propre avis ainsi que votre ressenti concernant la série Arcane. Trouvez-vous que cela peut être une excellente porte d’entrée à l’univers et les personnages du fameux MOBA ? Est-ce que vous êtes tombés sous le charme de ce que cette saga a pu proposer en matière d’écriture et de développement de son histoire ? Quels sont les personnages qui vous ont le plus séduit tout au long de ces neufs épisodes ? Avez-vous été séduit par la direction artistique et l’animation réalisée par Fortiche Production ? On reste à votre disposition pour échanger, discuter et débattre autour de ce sujet qui nous a tant fait rêver pendant ces trois semaines et qui continuera de le faire.

Arcane - Jinx

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.