La Princesse Maudite et son Servant Immortel-Vol.-1-1-1

La Princesse Maudite et son Servant Immortel tome 1 & 2 : un duo inoubliable

Parfois, il arrive que l’on tombe sur des mangas qui nous étonnent totalement par leur pitch hors du commun et absurde. On se dit alors qu’il pourrait être intéressant de tenter l’expérience et l’on en ressort souvent aussi surpris qu’heureux d’avoir pu découvrir un tel titre. Des aventures totalement surréalistes, mais qui ont pour but premier de nous divertir et qui le font très bien. Ce fut le cas très récemment du côté de chez Komikku qui a proposé une toute nouvelle licence. Celle-ci s’est terminée aussi vite qu’elle a débuté à travers les deux tomes composant son récit. Il s’agit de La Princesse Maudite et son Servant Immortel dont le nom suffit largement pour comprendre beaucoup d’éléments sur l’épopée à vivre. Après avoir lu attentivement ces ouvrages, on a pu ressortir de nombreuses choses intéressantes concernant l’idée de base sur laquelle repose cette œuvre. Sanglant, drôle et jouant à fond la carte de l’autodérision, ce périple nous plonge tout de suite dans cet univers loufoque en compagnie d’un tandem de choc. L’heure est donc venue de rendre visite à une héritière qui apprécie un peu trop de découper ses ennemis.

Une malédiction sanglante

La Princesse Maudite et son Servant Immortel - ElisaLa Princesse Maudite et son Servant Immortel, imaginé par Haru Iwaaki, nous plonge dans un monde de fantasy en proie au chaos. En effet, le royaume dans lequel on est plongé est victime de nombreuses attaques, mais aussi d’une recrudescence des actes criminels. Rien ne va plus et le peuple souffre de tous ces agissements l’empêchant de vivre une existence paisible. Dos au mur, le souverain de ces terres finit par utiliser son dernier atout même s’il aurait préféré éviter de le faire. Il invoque les démons à travers ses prières afin que ceux-ci puissent lui donner ce qu’il faut pour que la paix règne à nouveau dans ce pays. Malheureusement, faire un pacte avec ces monstres n’est jamais sans conséquence et il va le découvrir bien trop tard. L’entité infernale qui fut appelée déclara que la quiétude allait revenir en ce monde, mais que cela se ferait de la main de la propre fille du suzerain. La jeune princesse Elisa subit alors cette malédiction sans rien pouvoir faire pour empêcher ça. Dès cet instant, elle fut assaillie d’une soif insatiable de sang qu’elle ne peut satisfaire provisoirement qu’en tranchant ceux qu’elle considère comme coupable de crimes. Ainsi, ce royaume retrouva la tranquillité dans le sang grâce aux agissements de cette demoiselle qu’il vaut mieux ne pas croiser sur sa route. Un prix lourd à payer et qui ronge peu à peu ce père qui ne voit plus en sa fille qu’un monstre ne cherchant qu’une simple raison pour abattre sa lame sur ceux qui osent l’offenser.

Même le démon a vu de quoi elle était capable et se cache depuis au sein de cette immense cité pour éviter que la malédiction ne se brise. Cependant, Elisa est bien déterminée à mettre fin à son calvaire même si pour ça elle devra détruire chaque parcelle de ce pays. Elle ignore alors totalement à ce moment précis qu’une rencontre va chambouler ce destin funeste qui l’accompagne depuis tout ce temps. Alors qu’elle vaquait à ses jugements quotidiens, elle finit par s’attaquer à un étrange magicien qui avait soigné l’une de ses victimes. Considérant un tel agissement comme une offense à son statut, Elisa finit par le décapiter. Quelle surprise ce fut quand sa tête revint immédiatement sur ce corps inerte avant de le refaire bouger. Cet étrange individu, répondant au nom de Grem, s’avère être immortel et un adepte du masochisme. Rien n’est plus plaisant à ses yeux que de sentir une telle lame s’abattre sur lui et le transpercer de part en part. Pour la princesse maudite, un tel individu est une aubaine pour enfin combler à tout instant ce besoin de tuer et de faire couler le sang. Ils décident alors de former un duo aussi surnaturel que délirant. A présent, ils sont déterminés à chasser les démons de cette cité et ainsi libérer Elisa de ces tourments. En attendant de mettre un terme à tout ça, cette dernière peut au moins compter sur son compagnon de route pour se laisser tuer quelques fois afin de calmer ses ardeurs. L’avenir de ce royaume repose maintenant entre les mains de deux êtres qui n’ont plus rien d’humain.

Rien qu’en lisant le synopsis de La Princesse Maudite et son Servant Immortel, on sent que l’on part pour un voyage absolument loufoque. Cela s’exprime autant dans le contenu de ces ouvrages que dans les couvertures. On va ainsi aborder le point principal de cette courte saga qui est son tandem d’anti-héros. C’est ce binôme qui va être au centre de l’attention et surtout rendre ce périple aussi savoureux que surprenant à bien des égards. Allant jusqu’au bout de son délire, le mangaka souhaite justement nous proposer deux volumes qui vont briller par ce côté WTF et irrévérencieux de leurs actes.

Une histoire aussi sanglante que délirante

Il est évident que ce qui va nous sauter aux yeux à la lecture de La Princesse Maudite et son Servant Immortel est cette volonté de proposer une aventure brutale, mais aussi portée sur un comique de répétition. En effet, le regard du lecteur est rapidement happé par l’étrange synergie qui se dégage au sein de ce tandem pour le moins atypique. Il ne faut pas prendre ce récit comme sérieux, car on sent pleinement cette volonté de jouer la carte de la dérision autour de ces deux protagonistes. C’est justement le fait que ce court récit ne se prenne pas au sérieux qui fait toute la saveur de cette épopée. On a beau être devant un duo qui est à l’opposé de ce que l’on pourrait imaginer pour jouer les héros, il y a un certain plaisir qui se crée au fil de notre avancée en leur compagnie. Si cela peut sembler compliqué de raconter une intrigue sur seulement deux volumes, ce titre ne tombe jamais dans cette volonté de vouloir faire quelque chose de grand. On est avant tout là pour s’amuser et profiter des échanges loufoques entre cette princesse et son nouveau serviteur. D’ailleurs, on sent que l’histoire aurait pu s’étoffer bien plus à travers les créatures que l’on rencontre et les quelques légendes que l’on peut découvrir au fil de nos pérégrinations. L’auteur va cependant mettre un point d’honneur à toujours focaliser son attention sur la quête initiale. C’est comme ça qu’il donne vie à un divertissement qui se veut immédiat et dont l’objectif est avant tout de faire sourire par cette exagération constante.

S’il y a un fil rouge qui va servir de fondations à la construction de cette épopée, c’est réellement dans les moments où Elisa laisse éclater sa fureur que cette saga tire tout son attrait. A la fois grisant, violent et parodique, chacune de ses interventions finit toujours par exprimer toute la brutalité qui l’anime. On brise ainsi le stéréotype de la princesse pour aller bien plus loin qu’une simple guerrière. C’est un véritable ange de la mort qui se tient devant nous et qui prend juste un malin plaisir à décapiter, trancher et éliminer tous les démons et criminels qui se dressent sur sa route. Pour éviter que son attitude sinistre transforme cette aventure littéraire en une sombre excursion, la présence de Grem est importante. De par son immortalité et son penchant pour la douleur, il va désamorcer ces enchaînements de morts pour que l’on passe du manga obscur à une lecture misant avant tout sur l’humour noir et la surenchère. Au final, c’est cette paire qui façonne toute l’âme de cette saga et qui va retenir toute notre attention. Bien évidemment, on a cette envie d’en apprendre plus sur eux, mais le simple désir de voir comment Elisa va finir par punir Grem prend le pas sur tout le reste. Il en ressort de ce fait un divertissement léger et subversif où le cycle de la mort est brisé. On quitte alors ce duo avec le même regard qu’au moment de les rencontrer. Des yeux qui expriment notre hilarité face à un binôme qui sera parvenu à offrir quelques souvenirs flamboyants.

Il est vrai que La Princesse Maudite et son Servant Immortel n’est pas un titre qui se veut exceptionnel. Ce n’est pas l’important ici, car cette courte série cherche avant tout à amuser son lectorat. Un pari plus que réussi et qui permet, tout simplement, de passer quelques minutes aussi déroutantes que drôles en compagnie de ces deux compères. On ne peut détacher ce sourire qui s’affiche sur notre visage au fur et à mesure de ce périple qui va façonner un tandem qui sait comment marquer les esprits. Les coups d’épée d’Elisa et la mine satisfaite de Grem vont rester longuement ancrés dans notre esprit.

La Princesse Maudite et son Servant Immortel assure le spectacle

La Princesse Maudite et son Servant Immortel - GremEn commençant La Princesse Maudite et son Servant Immortel, on s’attendait surtout à une œuvre décomplexée exprimant tout son intérêt dans ce mélange de sordide et d’humour. Après lecture des ouvrages constituant la série, c’est exactement ce que l’on a pu avoir. Ceci, comme dit un peu plus haut, n’est absolument pas péjoratif. Il est très important d’avoir ce genre de mangas qui ne désire pas être le tout nouveau hit, mais simplement exprimer la créativité de son auteur. C’est ensuite au lecteur de savoir s’il adhère ou non à ce concept et surtout s’il parvient à s’amuser au contact des acteurs et actrices de cette pièce. Ici, ce fut le cas pour nous à l’égard d’Elisa et Grem qui sont parvenus à nous faire rire, mais aussi à éveiller une étrange sympathie envers eux. Derrière cette jeune femme assoiffée de combats et ce mage masochiste, on découvre deux individus en totale déconnexion avec l’univers qui les entoure et qui finissent tout simplement par trouver une forme d’équilibre l’un dans l’autre. Cela peut paraître étrange au premier abord, mais le mangaka est parvenu à rendre cette relation suffisamment loufoque pour que l’on oublie le côté purement sanglant. On a avant tout devant nous un running gag qui contribue grandement à construire ce duo qui n’a pas besoin de plus pour exprimer tout ce qu’ils ont à dire. Un spectacle qui fonctionne très bien si l’on est réceptif à cet humour, mais aussi à ce côté totalement barré qui ne s’arrête jamais mise à part certains moments-clés.

Pour conclure cette parenthèse sur La Princesse Maudite et son Servant Immortel, nous souhaitons juste mettre à l’honneur ce type de récit. Des histoires qui parviennent, le temps de quelques minutes, à nous faire oublier tout le reste et à simplement profiter de ce que l’on regarde. Même si l’aventure proposée n’est pas aussi grandiose qu’on pourrait l’espérer, l’important est de s’évader au contact de l’imaginaire des mangakas derrière ces péripéties. Ce titre le fait très bien et plaira à tous ceux qui apprécient l’exagération, mais aussi aux lecteurs qui recherchent une série courte et sans prise de tête. On a donc passé un moment à la fois étrange et plaisant en compagnie des habitants de ce royaume qui sont protégés par une princesse qu’il vaut mieux ne pas énerver. Cette fois, pas de questions étant donné que l’on a déjà pu découvrir la conclusion de ce périple. Cependant, on aime à laisser notre esprit vagabonder en imaginant ce qu’il pourrait advenir d’Elisa et Grem dans le futur. La seule chose dont on peut être certain, c’est que leur route sera teintée du sang de leurs ennemis. Quand la sentence de la princesse maudite tombe, il n’y a aucune chance d’y échapper même quand on est un immortel un peu trop enclin à souffrir. Une expérience littéraire qui a pour unique ambition de divertir et c’est chose faite.

N’hésitez pas à nous partager dans les commentaires votre propre avis ainsi que votre ressenti concernant La Princesse Maudite et son Servant Immortel. Avez-vous apprécié le concept exagéré derrière cette série ? Trouvez-vous que le duo que l’on suit a suffisamment su capter votre attention tout au long de leur périple ? Pensez-vous que le fait d’avoir une histoire aussi courte suffit amplement à traiter tout ce qui aurait pu être dit à travers cette histoire ? Auriez-vous aimé que cet univers soit un peu plus développé à travers ce conflit entre démons et humains ? On reste à votre disposition pour échanger, discuter et débattre autour de ce sujet !

© 2018 Iwaaki Haru, MAG Garden

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.