Isabella Bird

Ces pépites méconnues : Isabella Bird

Cela faisait bien longtemps que l’on voulait créer un nouveau rendez-vous sur le site pour aborder un sujet qui nous intéressait depuis fort longtemps. Il est vrai que l’on souhaite toujours aborder un maximum d’ouvrages au fil de nos chroniques. Cependant, cela s’est vu à de nombreuses reprises que les titres dit “mainstream” attirent toujours plus de regards. Malgré tout, on avait à cœur de braquer les projecteurs sur ces séries qui offrent pourtant des aventures magistrales, mais sont pourtant plus discrètes. C’est pour ça que l’on lance aujourd’hui “ces pépites méconnues” et pour ce premier numéro on voulait commencer avec une série ayant le don de nous faire voyager. Celle-ci nous provient tout droit du catalogue de Ki-oon. Il s’agit d’Isabella Bird qui compte actuellement huit tomes en France. Si l’on avait envie d’aborder ce manga en premier, c’était parce que celui-ci a un don incroyable pour dépasser le simple cadre du divertissement propre à son médium. Avec cette saga, c’est une aventure avec un grand A que l’on vit au sein du Japon vers la fin du XIXe siècle. L’heure est venue de faire la lumière sur ces belles épopées !

Le périple de toute une vie

Isabella Bird - exploratriceIl est important de présenter un peu l’histoire d’Isabella Bird. Ce manga, dessiné par Taiga Sassa, nous emmène au Japon à la fin du XIXe siècle. Le pays s’ouvre de plus en plus au reste du monde et voit le mode de vie de ses habitants changer petit à petit. Malgré tout, il reste un lieu mystérieux pour beaucoup d’étrangers qui souhaitent en apprendre plus sur les secrets de cet archipel. C’est notamment le cas pour la célèbre exploratrice anglaise Isabella Bird. Cette femme n’a eu de cesse de passer sa vie à sillonner le globe afin d’être au contact de toutes les cultures qui y existent. Une passionnée de voyage dont le but n’est pas de se prélasser loin de son foyer. Il s’agit avant tout d’expéditions importantes où la recherche est primordiale pour qu’elle ressorte gagnante. Cependant, cette nouvelle virée revêt une symbolique bien différente des autres à ses yeux. Les années passent et tout semble indiquer qu’il est temps pour elle de devenir une épouse pouvant assurer la survie de la maison familiale. Ce périple est donc pour elle la dernière chance de découvrir ce pays, mais aussi de conserver ce sentiment de liberté qu’elle chérit tant. C’est ainsi qu’elle se met en tête d’explorer une bonne partie de ces contrées étrangères. Ayant préparé un itinéraire particulièrement compliqué, il va lui être nécessaire d’avoir un guide suffisamment expérimenté pour la guider. C’est alors qu’elle tombe sur la rencontre qui va grandement bousculer son projet dans le bon sens du terme.

Répondant au nom de Ito, ce jeune homme sait parfaitement se comprendre des occidentaux et s’est habitué à servir d’interprète entre eux et les japonais. Il semble être le candidat idéal pour suivre Isabella dans son long parcours jusqu’à Ezo, le territoire des Aïnous. Cette région recèle encore bon nombre de secrets qui n’attendent que cette jeune exploratrice pour être dévoilée. Elle ignore alors que son trajet jusqu’à son objectif sera tout aussi captivant que ce dernier. Si son nom s’est répandu à travers le monde grâce à ses nombreux écrits et témoignages de ses péripéties, cet ultime voyage pourrait bien être son plus personnel. C’est en partant à l’autre bout du monde qu’elle risque de découvrir un pays capable de faire battre son cœur à un niveau qu’elle n’a encore jamais connu. Même s’il peut être parfois compliqué pour une aristocrate comme elle de s’habituer à la rudesse de certaines zones, la flamme qui brûle dans ses yeux ne faiblit pas. Alors que tout le monde considère son entreprise comme une folie au vu de la difficulté du parcours, Isabella Bird sourit. C’est justement en sortant des sentiers battus qu’elle peut réaliser son rêve. Être au plus proche de ces japonais qui tentent de rester fidèles à leur mode de vie dans cette société changeante. Mais cette escapade s’annonce pleine de dangers et ils vont devoir compter l’un sur l’autre pour réussir à tout surmonter. Voici le récit d’une exploratrice désireuse de profiter de cette liberté qu’elle a toujours voulue en côtoyant des gens n’ayant rien à voir avec son univers.

Quand on s’attarde en détail sur le synopsis d’Isabella Bird, on se rend rapidement compte de l’objectif de la série. En plus de nous mettre au contact d’une héroïne à la fois forte et impressionnante, ce voyage est avant tout une chance unique de voyager dans le temps pour mieux cerner la transition qu’a connu le Japon. Un témoignage d’une grande efficacité où l’on va aller d’une particularité à l’autre nous permettant d’entrevoir toute la richesse de ce pays et de sa culture. Ce qui peut commencer une exploration classique va rapidement se transformer en un périple d’une grande intensité où chaque escale nous raconte une histoire.

Un voyage vers le passé

Il y a énormément de choses à dire concernant Isabella Bird. Tout d’abord, ce manga fait partie de cette catégorie de titres ayant ce désir d’enrichir la propre culture du spectateur. En effet, le périple de cette exploratrice n’est pas uniquement dû à sa quête personnelle, mais une manière pour le mangaka de transmettre une partie de l’histoire de son pays aux lecteurs. Ainsi, chaque tome va être l’occasion d’explorer diverses régions de l’archipel et surtout entrer en contact avec une remarquable galerie de personnages. La plupart ont beau n’être que de passage, il y a une telle faculté à transmettre leur récit qu’ils subsistent dans notre esprit. Même s’il y a un fil conducteur qui est à l’origine de ce périple, cette épopée se construit non pas par rapport au but que l’on doit atteindre, mais par le trajet que l’on opère. Chaque arrêt est une pierre précieuse que l’on admire tant elle nous éblouit de son éclat unique. De plus, cette série peut aussi être considérée comme un hommage à des traditions qui, pour une grande partie, se sont éteintes avec l’occidentalisation du pays. On peut ainsi contempler la manière dont les japonais travaillent à l’époque, font face aux situations de la vie de tous les jours, mais aussi leur manière d’exister d’une région à l’autre. Une richesse qui ne provient pas d’une culture spécifique à l’ensemble de ces terres. Chaque village, chaque lieu, chaque habitant peuvent avoir quelque chose à nous transmettre qui lui est propre. C’est pour ça qu’accompagner Isabella dans son expédition a une saveur toute particulière.

Une virée qui nous enseigne tellement de choses, mais qui est aussi là pour nous transmettre le flambeau de ces coutumes qui ont disparu, mais qui ne sont pas pour autant oubliées. Si cette partie est prédominante tout au long de la saga, cela ne veut pas dire pour autant que l’on en oublie la quête personnelle de notre exploratrice. Au contraire, elle va parfaitement s’intégrer à cette notion d’apprentissage en faisant de son mieux pour s’adapter à ce qu’elle va découvrir. De même, le fait que ce soit possiblement son dernier voyage ajoute une dose de drame et d’émotion à ce que l’on vit à ses côtés. On a presque envie que ce périple dure le plus longtemps possible pour qu’elle puisse profiter un peu plus de ce que ce pays peut offrir. Sa relation avec son guide apporte aussi une dose de douceur et de bienveillance tout au long de la lecture. La cerise sur le gâteau grâce à cette alchimie qu’il y a entre les deux. Chacun va apporter quelque chose à l’autre et l’on suit avec joie leurs péripéties communes où va se mêler aussi leurs problèmes personnels. En partant à l’aventure sur ces sentiers si peu fréquentés, on obtient une nouvelle vision du Japon tout en apprenant à connaître ces deux âmes qui errent jusqu’à une destination précise. Isabella Bird n’est donc pas uniquement une épopée qui veut nous renseigner sur une partie de l’histoire japonaise. C’est aussi une aventure humaine où les rencontres, aussi brèves soient-elles, apportent tellement à notre binôme et au lecteur. Une bouffée d’air frais qui ne faiblit jamais et transcende le simple divertissement pour une magnifique leçon d’humanité.

Isabella Bird parvient à accomplir une formidable prouesse qui est de nous plonger pleinement dans cette période si importante du Japon. Alors en plein bouleversement, ce pays nous délivre des traditions ayant traversé les âges et surtout une histoire d’une immense richesse à travers toutes ces rencontres. Une aventure qui est particulièrement instructive, mais qui déborde aussi d’une grande humanité. Que cela soit à travers notre héroïne et son guide ou bien tous ces habitants qui croisent leur route, tout est pensé pour combiner à merveille ces deux aspects. Une virée tout bonnement inoubliable.

Isabella Bird nourrit notre savoir

Isabella Bird - ItoOn a déjà évoqué un peu plus haut certaines raisons qui nous ont poussé à choisir Isabella Bird comme sujet de ce premier numéro. Cependant, on tenait surtout à mettre en lumière un genre qui n’est pas forcément le plus connu ou lu, mais qui pourtant arrive à nous faire voyager comme peu de mangas y parviennent. Cette série en est un très bon exemple et nous montre que ce médium a beau être avant tout là pour nous divertir, il peut aussi nous faire grandir. En parcourant ces quelques pages, on accumule un savoir, des connaissances, mais surtout des histoires qui nourrissent notre esprit et notre imaginaire. Plus qu’une simple virée dans le Japon à la fin du XIXe siècle, cette licence est avant tout une aventure. Un périple que l’on fait en compagnie de cette femme et de son guide au sein de toutes ces régions qui ont tant à nous apprendre. Riche d’une culture qui s’est peu à peu effacée avec le temps, le mangaka parvient à faire revivre tout ça pour le transmettre au plus grand nombre. Au même titre qu’un ménestrel d’antan qui était là pour transmettre ces contes et autres récits, Taiga Sassa nous partage une partie de cette histoire propre à cet archipel. Les hommes et femmes que l’on croise ont beau être fictifs pour la plupart, ce qu’ils nous font vivre est bien réel. Des coutumes qui enrichissent notre propre vision de ce pays que l’on affectionne et qui pourtant a encore tant de choses à nous raconter. Un fabuleux voyage que cette saga qui déborde de qualités à la fois sur le plan culturel qu’humain.

Vous imaginez sans nul doute que l’on apprécie énormément cette licence. Pourtant, plus que le simple fait d’aimer ou non une saga, c’est surtout notre désir de mettre en lumière une série qui en a besoin qui prime avant tout. Pour Isabella Bird, on a pu évoquer une grande majorité des points forts conçus par l’auteur qui rendent cette immersion encore plus efficace. Si vous souhaitez une épopée qui vous donne le sentiment de voyager et surtout que vous désirez en apprendre plus sur le Japon et ses anciennes traditions, alors ce manga est idéal pour vous. Il est la preuve que cet art, fait pour s’amuser, peut aussi transcender son but initial. Le lecteur n’a besoin que de tourner quelques pages pour faire partie d’un périple qui dépasse l’entendement. Une virée dans le temps où l’être humain a énormément sa place et peut aussi nous transmettre une forme de nostalgie. On admire tous ces gens qui vivent leur vie en restant fidèle à leurs coutumes dans un monde où tout change très vite. Un récit historique de grande envergure qui a nettement sa place au sein de n’importe quelle bibliothèque. Le chemin d’Isabella Bird est encore loin d’être fini et l’on est autant happé par cette destination qui nous attend que par tout ce qui constitue ce cheminement. On a juste envie à présent de partager de nouveau ces instants magiques et émouvants en compagnie de ce binôme qui a rapidement su s’imposer comme de vieux camarades que l’on prend plaisir à retrouver.

N’hésitez pas à partager dans les commentaires votre propre avis ainsi que votre ressenti concernant Isabella Bird. Êtes-vous intrigué par ce type de récit où êtes vous déjà un lecteur assidu de cette série ? Trouvez-vous qu’il est intéressant d’avoir ce genre d’œuvres qui puisse nous faire voyager tout en ouvrant notre horizon à de nouvelles cultures ? Avez-vous appris beaucoup de choses durant votre découverte de cette saga ? Est-ce que la licence est, selon vous, une excellente occasion d’en apprendre plus sur les traditions japonaises de l’époque ? Quel autre manga aimeriez-vous que l’on traite dans ce nouveau rendez-vous ? On reste à votre disposition pour échanger, discuter et débattre autour de ce sujet.

© 2015 Taiga Sassa KADOKAWA CORPORATION

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.