Nosferatu-Vol.-1

Nosferatu tome 1 : les démons sont parmi nous

Ah que l’on aime cette période propre à Halloween. Alors que l’on se rapproche lentement, mais sûrement de cette fête mythique, on a toujours beaucoup apprécié découvrir des titres pouvant se coller parfaitement à cette ambiance. Des oeuvres pouvant autant nous donner des frissons que nous plonger au contact de tous ces êtres maléfiques qui pullulent dans l’ombre. Cette année ne fait pas exception à la règle en nous proposant des mangas s’axant à merveille sur cette thématique. Pour aujourd’hui, on a décidé de se tourner vers Soleil Manga qui nous propose un voyage angoissant au sein de sa toute dernière licence. On parle bien sûr de Nosferatu dont le premier tome est apparu il y a peu dans nos librairies. Si l’on avait évité de regarder précisément ce qui allait nous attendre, on était tout de même très curieux de voir ce qui se cacherait au sein de ces pages. Après avoir succombé à son appel, on peut clairement dire que le résultat est bien au-delà de ce que l’on pouvait espérer. Il est donc grand temps de s’aventurer dans ce nouveau monde où la nuit regorge de nombreux dangers.

La malédiction d’une demoiselle

Nosferatu - réveil

Une jeune fille amnésique.

Nosferatu, imaginé par Shinjiro, nous plonge dans un univers médiéval-fantasy où l’obscurité règne en maître. Alors que les hommes souhaitent vivre une existence paisible, une terrible menace a fait son apparition. Des individus surnaturels ont fait leur apparition et ont commencé à provoquer le chaos sur ces terres. Il fut donné à ces êtres anormaux le nom de nosferatu. Il suffit à l’un d’entre eux de s’approcher d’un être humain pour que celui-ci perde totalement la raison. Cherchant alors à mordre celui-ci, le seul moyen d’arrêter cette démence est soit de tuer la victime ou bien que l’être de la nuit s’éloigne. A présent, la peur guide le coeur de tous ces habitants qui craignent du jour au lendemain à vivre un véritable enfer. C’est dans ce contexte que l’on fait la connaissance de Laura. Cette jeune femme amnésique se réveille alors qu’elle est ensevelie sous un amas de rochers. Parvenant finalement à se sortir de cette prison de pierre, elle tente de son mieux de se remettre les idées en place. Elle va alors commencer à marcher, ne gardant avec elle qu’une étrange épée dont elle ignore tout. Cherchant en vain à recoller les morceaux de sa mémoire, elle ne peut qu’espérer qu’elle tombe sur des gens pouvant la guider. Il ne faut pas longtemps pour que cela se concrétise, mais elle va devoir faire face à la méfiance de ces villageois qui ne peuvent accepter une étrangère.

Se résignant à son sort, elle va alors se rendre dans une vieille église semblant abandonnée. C’est en son sein qu’elle va faire la rencontre d’un prêtre qui pourrait bien lui venir en aide. Malheureusement, celui-ci va s’en prendre à elle et ce n’est que grâce à l’intervention d’un mystérieux inquisiteur que Laura va pouvoir s’en sortir. Répondant au nom d’Arnolt, cet homme va lui expliquer ce qu’il se passe en ce moment et le devoir qui lui incombe face à la démence qui règne sur le territoire. N’hésitant nullement à se salir les mains, il considère ses actions comme une libération pour ceux qui ont succombé à l’influence de ces démons. Suite à cela, c’est tout un village qui va être massacré pour enrayer la propagation de ces ténèbres. C’est suite à cet événement que la jeune femme va entamer un long périple pour se souvenir, comprendre ce qui l’entoure et surtout se venger. Le voyage ne fait que commencer pour cette âme égarée qui va devoir renouer avec son passé et surtout être prête à découvrir une vérité qu’il aurait mieux valu garder secret. Ce qui est sûr, c’est que ce monde s’apprête à vivre de grands bouleversements alors que la nuit semble durer éternellement. Quel est le véritable mystère qui se cache derrière ces fameux nosferatus ? L’opposition entre ces monstres et l’Humanité risque fort de redoubler d’intensité.

On l’avoue, Nosferatu nous a avant tout intrigué par la beauté de sa jaquette. Un premier contact ayant permis de nous lancer dans cette aventure qui a su nous combler pleinement par l’ambiance qui y règne. Alors que ce mois d’octobre est celui où les pires créatures peuvent se réveiller, cet ouvrage va parfaitement coller à cette atmosphère en nous embarquant pour un périple particulièrement sombre, mais aussi incroyablement captivant. Les êtres de la nuit ont ainsi le droit à un récit qui va aborder leur cas d’une manière aussi imaginative que pertinente dans ce qu’il représente.

Un récit aussi profond que terrifiant

Ce qui est intéressant lorsque l’on s’attarde sur ce premier contact avec Nosferatu est la manière dont l’auteur parvient à distiller ses idées. En effet, alors que l’on a l’habitude de voir de nombreuses créatures maléfiques dans le manga, ici leurs agissements sont beaucoup plus obscurs. Tout cela s’exprime par le fait que ce n’est pas forcément par leur propre volonté qu’ils rendent les gens fous. En réalité, c’est simplement par leur statut si particulier que le monde ne peut que les entrevoir comme une menace. Forcé dans ce cas à vivre entre eux ou à errer seul, les nosferatus ne peuvent que nous évoquer une certaine tristesse. Des monstres malgré eux et on peut même dire que les agissements des hommes ne font que renforcer ce sentiment de peine à leur égard. Chassé comme des animaux, la plus grande part d’obscurité qui anime ce récit provient de ce royaume humain qui met tout en oeuvre pour éradiquer cette menace. On observe alors le déroulement des choses à travers les yeux de Laura qui assiste impuissante à ce déferlement de haine qui ronge ces terres. A ce niveau-là, tout est parfaitement orchestré pour que l’aspect dark-fantasy ne nous écoeure pas par sa violence, mais puisse nous faire ressentir une certaine tristesse quant à l’avenir de ce monde. D’ailleurs, il est très pertinent de noter à quel point cette introduction va changer de rythme en un claquement de doigts.

C’est suite à une certaine information que tout va basculer et va nous faire avoir encore plus d’empathie pour cette jeune femme. Elle a beau savoir se défendre et faire preuve d’un fort caractère, on ne peut retenir une certaine compassion en la voyant progresser malgré les épreuves. C’est donc tout un excellent travail qui est fait pour mettre en place une atmosphère à la fois pesante et pertinente pour l’histoire qui nous est conté. Il y a réellement un profond message que le mangaka cherche à véhiculer à travers le parcours de notre héroïne. La paix qui pourrait alors exister entre les deux groupes est à la fois détruite par cette malédiction qui caractérise ces êtres de la nuit et qui entraîne alors une peur poussant avant tout à la violence. D’ailleurs, si cela est propre à l’intrigue, on peut aussi être attiré par le parallèle qui est fait entre la situation actuelle entre les deux camps et le périple de Laura. Une double lecture intéressante et intelligente qui ne va faire que renforcer notre immersion dans cet ouvrage. Mise à part tout ça, on a aussi le droit à une bonne dose d’action qui va surtout servir à appuyer l’aspect surnaturel du titre à travers l’apparition de divers monstres où d’individus aux capacités hors du commun. Chaque élément est ainsi pensé pour bâtir les fondations de ce récit tout en soulevant de multiples questions afin d’épaissir le brouillard qui entoure les acteurs et actrices de cette pièce.

Nosferatu parvient à donner naissance à un prélude des plus fascinants. En proposant de se retrouver de l’autre côté de la barrière et en jouant habilement sur les codes propres à ces monstres, l’auteur met au point un rythme qui ne faiblit jamais. On va très rapidement de surprise en surprise tandis que l’on accompagne cette jeune femme dans sa quête de vérité et de vengeance. On sent alors pleinement le fardeau qui pèse sur ses épaules alors qu’elle progresse dans un monde qui lui semble totalement inconnu. Une oeuvre où l’oppression ambiante ne fait que renforcer l’impact de chaque case sur le lecteur.

Nosferatu plante ses crocs

Nosferatu - démon

Les démons sont partout.

Voilà ce qu’on aime en cette fin d’année. Pouvoir découvrir des titres collant parfaitement à l’ambiance des fêtes et ce premier volume de Nosferatu convient à merveille pour Halloween. En proposant un univers aussi hypnotisant que prenant et surtout en offrant une certaine dose d’humanité au monstre qui nous est présenté, l’auteur parvient à surprendre grandement le lecteur. On ne s’attendait pas du tout à ce que ce manga puisse prendre une telle direction et cela provoque en nous un réel plaisir que de suivre le périple de Laura. En plus de cela, il y a aussi une maîtrise subtile du mystère entourant toute cette histoire. Au même titre que notre héroïne, on découvre petit à petit ce qui constitue le background de cet univers. Une façon pertinente de nous mettre au niveau de la protagoniste et ainsi de partager pleinement toutes ces émotions qui l’assaillent. Il y a ainsi suffisamment d’intrigues lancées dans ce premier acte pour capter notre attention et nous pousser à vouloir connaître la suite. L’errance de cette jeune femme nous fait parcourir de nombreux lieux où le même sentiment ressort. La peur, l’inquiétude et surtout l’angoisse d’être emporté par la folie ambiante propre à ces démons sont palpables. Une crainte qui nourrit les feux de la guerre et va donc continuer à faire couler beaucoup de sang. On est alors propulsé sur ces terres en tant qu’observateur se demandant qui pourra vraiment ressortir gagnant de cette lutte.

C’est donc une très belle surprise que l’on a pu avoir à travers ce premier tome de Nosferatu. Un conte angoissant misant autant sur son aspect visuel que sur la profondeur de ses propos. On peut clairement dire que l’on tient ici l’une des lectures idéales pour passer un très bon Halloween. Si vous aimez les récits qui jouent sur l’horreur tout en cherchant à raconter quelque chose de puissant alors vous devriez apprécier votre voyage au sein de cette saga. Bien évidemment, il faudra attendre la suite pour pouvoir cerner pleinement le potentiel de cette licence, mais ces quelques pas nous aurons largement réconforté sur cette question. En plus de cela, on est pleinement intrigué par la plupart des personnages que l’on rencontre et qui contribuent pleinement à amplifier le côté mystérieux du titre. L’étonnement laisse alors place à un profond désir de savoir les tenants et aboutissants de ce scénario macabre et enivrant. A présent, on ne peut quitter cette lecture sans évoquer les nombreuses interrogations qui nous brûlent les lèvres. Que pourra donner une seconde rencontre entre Laura et Arnolt ? Quel est le véritable objectif des nosferatus ? Est-il possible qu’une cohabitation existe entre les deux peuples ? La mort est-elle l’unique solution pour résoudre ce conflit ? Il faudra prendre son mal en patience en attendant la suite.

N’hésitez pas à partager dans les commentaires votre propre avis ainsi que votre ressenti concernant ce premier volume de Nosferatu. Avez-vous apprécié la manière dont sont traitées ces créatures surnaturelles ? Pensez-vous qu’il puisse y avoir une fin joyeuse au conflit rongeant ce monde ? Appréciez-vous le duo que forment notre héroïne et son compagnon ? L’utilisation du mythe du vampire est-elle bien utilisée selon vous au sein de ces pages ? Avez-vous aimé le retournement de situation proposé dès le début de l’oeuvre ? Qu’attendez-vous pour la suite de cette licence ? On reste à votre disposition pour pouvoir échanger, discuter et débattre autour de ce sujet. 🙂

© 2018 Shinjiro, Kadokawa Shoten

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *