God Eater

Le coffre à trésor des animes – l’excellent God Eater

Cela fait bien longtemps que l’on n’a pas parlé animes sur le site et cela nous manquait grandement. Ne pouvant pas vraiment faire d’articles détaillés sur ce qui sort en ce moment par rapport à l’actualité déjà très chargée du monde du manga, on voulait tout de même pouvoir parler de ce média que l’on aime tant. C’est pour ça qu’aujourd’hui, on a décidé de lancer un tout nouveau rendez-vous qui portera sur notre petit coffre à trésor des animes que l’on a apprécié. Il peut autant s’agir de grandes licences que des séries moins connues, mais qui à nos yeux méritent que l’on s’attarde dessus. Une manière aussi de peut-être vous faire découvrir des petites pépites qui pourraient vous plaire. Pour bien débuter ce format, on s’est dit que l’on allait aborder un titre tout particulier et qui nous tient à cœur. Il s’agit de God Eater, disponible sur ADN, et qui fut réalisé par le studio ufotable. Cet anime est l’adaptation du jeu vidéo du même nom et reprend toute la première partie du premier opus. C’est en visionnant cette série que l’on a eu un attrait autant pour le matériau de base que pour le formidable travail fourni afin de le retranscrire à l’écran. L’heure est donc venue de plonger dans un monde où la vie ne tient qu’à un fil.

La guerre contre les Aragamis

God Eater - afficheA présent, peu de gens ignorent le nom du studio ufotable. Après avoir travaillé sur d’incroyables licences comme Demon Slayer ou la saga Fate, beaucoup sont d’accord pour dire que leur animation est de qualité. Cependant, on ne voulait pas se pencher sur l’une de ces grosses sagas aujourd’hui, mais sur un titre bien plus obscur au sein de leurs anciens projets. Il faut savoir que ufotable a toujours eu un lien très fort avec le milieu du jeu vidéo. Ce sont souvent eux qui sont derrière les cinématiques de la licence “Tales of”, mais aussi certains travaux sur la série “God Eater”. C’est sur cette dernière que l’on va s’attarder, car il s’agit sûrement de l’une de leur meilleure adaptation. Pour ceux qui ne le savent pas, God Eater est une licence de jeu vidéo où le joueur est plongé dans un monde post-apocalyptique. L’Humanité fut quasiment décimée à la suite de nombreuses catastrophes naturelles, mais aussi par l’apparition d’effroyables monstres baptisés Aragami.  Retranchés dans quelques bases fortifiées, les survivants font de leur mieux pour tenir en sachant que la fin pourrait arriver à tout instant. Cependant, une arme a été développée afin de lutter contre cette menace. Il s’agit du God Arc, des outils de morts dévorant les aragamis et portés par des hommes et femmes ayant une forte compatibilité avec ce système. L’anime reprend l’ensemble de l’histoire sans faire de gros écarts par rapport à la trame scénaristique. La seule différence notable est que le personnage incarné par le joueur a été remplacé par un héros spécifique répondant au nom de Lenka. On va donc suivre son parcours au sein de l’organisation Fenrir et de son unité afin de défendre ce qu’il reste de la société de cette menace extérieure.

On le sait, ce n’est pas la première fois qu’un jeu vidéo a le droit à une adaptation en anime. Parfois bonnes, souvent plaisantes sans forcément dépasser les attentes, on était donc curieux de voir jusqu’où pourrait aller cette série. Finalement, le résultat fut absolument fantastique et pour de nombreuses raisons. Rien que le fait de nous plonger dans un monde où l’on sent pleinement la tension et la peur qui animent chaque personnage va avoir son petit effet sur le spectateur. On partage cette terreur des aragamis et on sait que même si nos héros sont redoutables au combat, rien ne garantit qu’ils finiront par tenir face à des vagues incessantes de monstres. Le récit se veut donc fataliste dès le départ et on est donc témoin d’une sorte de baroud d’honneur de la part de l’Humanité pour simplement retarder l’inévitable. Un constat qui va rendre ce quotidien intenable, mais aussi captivant étant donné que les protagonistes savent pertinemment qu’ils peuvent mourir à tout moment. Ils ont ce désir de vivre, mais ils sont loin d’être naïfs au point de croire qu’ils peuvent tout surmonter. Un excellent élément qui permet de souligner et d’appuyer le désespoir qui anime ce monde où les gens tentent de retrouver un semblant d’existence en étant parqué dans d’effroyables bidonvilles tandis que quelques puissants profitent encore de leur luxe. Une virée qui nous met devant un spectacle terrible, mais qui nous donne envie de croire qu’il peut encore y avoir de l’espoir à travers la lutte de ces hommes et femmes.

Un récit aux nombreuses facettes

Il faut tout d’abord savoir que l’on a découvert la licence avec l’anime avant de se pencher sur le jeu. Ce fut donc une totale immersion dans cet univers à travers ces quelques épisodes qui nous ont rapidement mis une claque. Il est vrai que les séries portant l’action dans un monde post-apocalyptique sont nombreuses. Un genre qui a su proposer des contenus palpitants et pouvant amener de nombreux sujets sur la table. Cependant, God Eater nous a fasciné autant par son esthétique que par tout ce qui constitue son scénario. Pour s’attarder rapidement sur l’animation, celle-ci est excellente et reprend tout ce que l’on connaît des habitudes d’ufotable. C’est dynamique et puissant tout en ayant un petit côté presque pastel dans les personnages. Un style qui colle très bien à ce qui est raconté et qui va donner beaucoup d’impact dès l’instant où l’action va prendre les devants. Pour en revenir au récit en matière d’intrigue et de construction narrative, tout ceci fonctionne aussi très bien. Concernant l’histoire en elle-même, on est très loin de se contenter ici de nous montrer la lutte de quelques personnes face à des monstres qui sont presque désignés comme des dieux vengeurs venus sur Terre pour effacer toute présence des hommes. On découvre rapidement un univers qui va nous captiver par cette atmosphère qui s’en dégage et surtout l’écriture de chaque personnage. Autant le dire tout de suite, il n’y a aucun combattant qui soit inutile au sein de cette aventure. Ils apportent tous un passé, un message ou une autre vision de ce qui se passe en ces lieux.

Ils ont beau déborder de charisme et nous en mettre plein la vue dès les premiers épisodes, ces guerriers vont ensuite se dévoiler un peu plus. On apprend alors à apprécier ces êtres qui ont été marqués par cette existence où lutter pouvait soit conduire à un sursis ou à une fin prématurée. Que ce soit Soma, Lindow, Alisa, Kôta ou Sakuya, on a un attachement à leur égard et qui va se renforcer au fil de nos expéditions en leur compagnie. Des gens se battant pour des raisons diverses, mais qui réussissent tous à nous émouvoir et à nous donner l’envie de les voir tenir le plus longtemps possible. D’autre part, les nombreux mystères propres au scénario vont parfaitement s’incruster dans la trame narrative et nous pousser à vouloir démêler cette affaire qui a mené à la destruction de la planète. Autre élément important, il s’agit des Aragamis. S’ils sont des adversaires redoutables permettant de mettre en scène des chorégraphies fabuleuses, ces créatures ont aussi une autre importance à notre attrait de l’œuvre. Ils se doivent d’être impressionnants afin de représenter une véritable menace autant pour les membres de Fenrir que pour le spectateur. Cela permet d’accentuer les efforts fournis par nos amis, mais aussi d’appuyer cette tension constante qui nous accompagne à chaque mission. C’est encore plus vrai dès l’instant où l’on fait la connaissance d’un monstre en particulier qui, tel un croque-mitaine, apparaît pour tuer, mais aussi tourmenter ces gens qui ne sont que de simples fourmis à ses yeux. Un anime qui a parfaitement su jouer sur cette détresse et nous montrer la réaction des êtres humains face à une telle situation.

God Eater tranche dans le vif

God Eater est une série qui parvient, en seulement quelques épisodes, à poser un décor fantastique, des personnages emblématiques et surtout une histoire qui nous tient en haleine. Tout ça est couplé à une incroyable direction artistique qui sublime quasiment chaque scène. Si l’on peut parfois être interpellé par la 3D de certains aragamis, celle-ci est loin d’être mauvaise et montre aussi une bonne partie du talent du studio. Le seul véritable point noir que peut avoir cet anime est que malheureusement il n’y aura pas de suite. On aborde seulement la première partie du premier God Eater et l’on aurait adoré voir l’ensemble de cette œuvre être adaptée. Malgré tout, on ne boude absolument pas notre plaisir tout au long de ces épisodes qui ont trouvé un excellent compromis entre spectacle grandiose, divertissement et écriture soignée. Cela fait maintenant six ans que ce titre fut diffusé pour la première fois et pourtant le temps n’a absolument rien détérioré. C’est même le contraire. On voit à quel point le travail fourni est monstrueux pour donner une esthétique toute particulière tout en collant parfaitement au matériau de base. Sans oublier un excellent opening qui nous met rapidement dans le bain et nous donne l’impression que chaque épisode sera épique. Une licence coup de cœur et qui est sûrement, à nos yeux, l’une des meilleures adaptations en anime d’un jeu vidéo. Si ufotable a su créer sa réputation et démontrer son talent à travers des séries bien plus connues, il est aussi pertinent de se pencher sur ces œuvres qui n’ont pas forcément eu l’aura de celles-ci, mais qui n’en demeurent pas moins de petits bijoux.

On a donc un attachement tout particulier avec God Eater qui a su nous intéresser à cette licence, mais aussi à nous montrer qu’un anime tiré d’un jeu vidéo peut apporter quelque chose en plus à un univers déjà établi. Que cela soit par son design ou bien la mise en scène, tout fut pensé afin de transformer une aventure dont on est censé être le principal acteur en un spectacle grandiose où l’on est happé par ce qu’il se passe. Il n’y a réellement aucun temps mort et même les quelques moments d’accalmie vont permettre de construire l’histoire de ce groupe qui va nous faire passer par toutes les émotions possibles. On retiendra bien sûr le fabuleux personnage de Lindow, chef d’escouade, qui est à la fois un remarquable combattant et un homme qui a une vision très pragmatique de ce qui l’entoure. Un leader qui veille sur les siens et qui sait parfaitement qu’il vaut mieux fuir que de mener un combat perdu d’avance. Le genre d’individus qui est un excellent mentor et qui va permettre une évolution importante du héros et de son entourage. Voilà ce qui termine ce premier numéro dédié aux petites trouvailles de notre coffre à trésor spécial anime. On est persuadé que l’on trouvera bien d’autres titres qui méritent le coup d’œil et on espère que ces quelques lignes vous auront donné envie de vous lancer dans cette incroyable épopée. Il faut savoir s’ouvrir à tout un tas d’histoires pour parfois tomber sur la perle rare qui va nous parler et nous marquer. God Eater fut de cela pour nous. Une adaptation qui ne se contente pas uniquement de reprendre un récit, mais de se l’approprier afin d’en faire ressortir quelque chose d’encore plus grand.

N’hésitez pas à nous dire ce que vous pensez de ce nouveau format et surtout si vous avez vu God Eater. Les commentaires sont là pour vous. On a hâte de connaître votre avis sur cet anime et d’échanger avec vous. Peu importe ce que l’on regarde, lit ou joue, il y a toujours de la place pour l’évasion, l’aventure et les moments inoubliables. On espère donc que vous prendrez du plaisir à découvrir cette licence ainsi que les nombreuses autres œuvres que l’on sortira de cette malle aux trésors. D’ailleurs, vous pouvez aussi nous donner vos propres pépites en matière d’animes.

God Eater - Aragami

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.