La petite princesse et la forêt enchantée

La petite princesse et la forêt enchantée : un périple féérique et pourtant bien sombre

Vous le savez si vous suivez le site depuis un moment, mais il y a un type d’œuvres que l’on met plus de temps à traiter alors que l’on aimerait pouvoir en parler un peu plus. Il s’agit des light novels qui se multiplient au fil des mois notamment à travers plusieurs maisons d’éditions spécialisées. On avait donc envie aujourd’hui d’évoquer l’un de ces titres qui est la dernière licence en date du catalogue de LaNovel Edition. Il s’agit de La petite princesse et la forêt enchantée qui, derrière son nom bienveillant, cache une réalité bien plus sombre et captivante. L’atmosphère propre aux contes de fées d’autrefois s’efface ici pour nous délivrer une aventure dramatique, violente, mais qui n’en oublie pas pour autant la notion d’espoir. On a pu ainsi se lancer dans cet ouvrage qui n’attend pas de suite et qui a su nous faire voyager au cœur de contrées aussi charmantes qu’angoissantes. Un périple qui ne laisse pas de marbre et qui va surtout réussir à transformer une ligne directrice assez classique en quelque chose de bien plus grand et impressionnant. On espère donc que vous êtes prêt à accompagner cette demoiselle et ses protecteurs dans leur longue et périlleuse quête.

Survivre à tout prix

La petite princesse et la forêt enchantée - illustrationLa petite princesse et la forêt enchantée, imaginé par Tsubaki Tokino et illustré par Takashi Konno, nous plonge dans un monde de fantasy où un terrible événement s’est produit. La jeune princesse Lala Lilia se voit obligée de quitter son royaume suite au coup d’état mené par son oncle. Ses parents ont disparu et elle est obligée de fuir face à une horde de poursuivants qui ne pense qu’à lui mettre le grappin dessus. Les chevaliers qui ont lutté pour lui permettre de s’échapper sont tous tombés les uns après les autres. Il ne reste plus maintenant qu’un vieil homme répondant au nom de Gidéon. Ce dernier est le seul protecteur encore en vie qui puisse préserver la dernière représentante de la famille royale. C’est donc en fuyant leur patrie qui est en proie au chaos et à la mort. Cependant, ils savent pertinemment qu’ils ne pourront tenir très longtemps s’ils se contentent de fuir parmi les divers hameaux et villages qui pullulent un peu partout sur les terres du royaume. Il faut qu’ils puissent souffler et rien ne vaut pour ça un endroit où personne ne penserait à aller les chercher. C’est donc à bride abattue que le duo se précipite jusqu’à la lisière de cette contrée pour se tenir devant la fameuse forêt enchantée. Un lieu mystique et énigmatique qui a su créer la peur chez ceux qui s’en approchent. On dit que personne ne peut ressortir vivant de cet endroit où les monstres, les animaux et les esprits sont innombrables. Malheureusement, les craintes qu’ils peuvent avoir ne sont rien face à la menace tangible qui se rapproche d’eux.

Ils vont alors s’enfoncer entre ces impressionnants arbres qui engloutissent rapidement leurs traces ne laissant plus rien derrière eux. Ils ignorent totalement que leur venue sur ces terres va réveiller une puissance depuis longtemps endormie. Un imposant dragon se dresse devant eux et au moment où le conflit semblait inévitable, la créature majestueuse se ravise en voyant la princesse. Une volonté de la protéger naît en lui et c’est ainsi que va débuter une association pour la moins atypique avec ce trio qui va aller au-devant de nombreux dangers. Entre des fées, une sorcière démoniaque et un usurpateur qui souhaite à tout prix renforcer son emprise sur le royaume, ils ne vont pas avoir le temps de souffler. Ils ont beau se cacher pour l’instant, ils sont convaincus qu’un jour ils sortiront de ces bois pour faire face à celui que l’on surnomme “Seigneur Ambition”. Cet homme du nom de Siegfried a beau se prélasser actuellement dans le luxe et le pouvoir, il va devoir faire gaffe à ne pas être victime de ses ambitions dévorantes. Après tout, on ne sait jamais ce qui peut se cacher dans l’ombre. La magie a beau être présente en ce monde, elle semble bien peu de chose face à la cupidité des hommes et aux ténèbres qui peuvent se cacher au plus profond de leur cœur. Une puissance si obscure qu’elle peut corrompre toute forme de lumière et entraîner les gens dans un désespoir sans nom. Le combat pour ramener l’espoir ne fait que débuter.

En s’aventurant dans cette œuvre qu’est La petite princesse et la forêt enchantée, on ne s’attendait pas forcément à être autant transporté par ce qui nous était proposé. Porté par une ambiance qui nous prend rapidement aux tripes par ce mélange d’éléments extraordinaires et d’actes ignobles, ce light novel sait comment capter notre attention. Une œuvre qui brise le côté enfantin que l’on a l’habitude de voir dans ce genre de récit pour y insuffler une noirceur qui s’empare rapidement de nous. Quelques pages qui défilent à toute vitesse tandis que l’on suit le calvaire de cette jeune fille et de sa suite.

Lumière et ténèbres

La première chose qui nous a frappés quand on a commencé à lire La petite princesse et la forêt enchantée vient de son atmosphère. L’auteur réussit à merveille à nous insuffler ce charme que l’on pouvait avoir pour des contes que l’on lisait plus jeune. Une approche qui permet de jouer un peu sur cette nostalgie en dépeignant une aventure qui semble classique par rapport aux codes présentés, mais qui va ensuite rapidement se démarquer. En effet, si le scénario peut paraître convenu en termes de construction narrative, c’est dans la façon d’exposer cette histoire que ce light novel va exprimer tout son talent. Si les premiers chapitres que l’on peut lire nous donnent l’impression de voyager au sein d’un univers enchanteur, on va très vite être ramené à la réalité de manière brutale. C’est là que l’on remarque toute la richesse de ce titre qui utilise tous ces éléments qui nous ramènent en enfance pour que l’on puisse aisément s’identifier à cette princesse avant de nous mettre en contact avec la violence de ce monde. Les quelques instants de bonheur que l’on peut admirer ne sont qu’une infime goutte d’eau dans un océan de souffrances qui voit le jour suite aux événements qui frappent ce royaume. On n’est donc jamais totalement éloigné de cette triste vérité qui frappe le peuple. Cela joue énormément sur notre approche du titre qui se veut être un conte pour adultes où de nombreuses thématiques fortes vont être traitées tout au long de ces pages.

Il peut s’agir de la perte d’un être cher, l’abandon, la folie, mais aussi la mort, le chaos et la fatalité de ce quotidien maudit. Le basculement entre le début fantastique et le violent combat à mener par la suite est formidable, car il nous prend totalement au dépourvu. On lit ces mots et l’on s’arrête un instant tant on n’était pas préparé à ce que ce roman nous amène sur un terrain aussi sanglant. On enchaîne alors les moments qui nous écœurent et qui vont justement contribuer à nourrir notre désir de voir ce cercle de haine être finalement brisé. Sans même des illustrations, les scènes décrites sont suffisamment explicites pour que l’on soit happé par notre propre imagination qui bascule de la magie à l’effroi en seulement quelques minutes. Il ne faut pas prendre La petite princesse et la forêt enchantée comme une fiction étant à destination des plus jeunes. C’est avant tout une histoire qui est un peu l’évolution naturelle et plus que réussie de ces contes pour enfants qui grandissent au même titre que les lecteurs et qui découvrent donc un scénario qui va autant les raccrocher à cette nostalgie que traiter de sujets plus graves. Un récit qui nous fait osciller entre lumière et ténèbres tout en étant porté par un trio pour qui on a beaucoup d’affections au fur et à mesure que l’on passe du temps avec ses membres. En quelques pages, on a ce désir de préserver cette lueur que représente cette jeune fille contre ce voile obscur qui a recouvert l’intégralité de cet univers.

Il est vraiment remarquable de voir à quel point La petite princesse et la forêt enchantée nous offre une expérience littéraire d’une grande intensité tout en jouant habilement sur une féérie qui s’efface pour laisser place à un univers plus macabre. On ne peut alors détourner les yeux de ces quelques lignes qui nous font vivre une épopée simple, mais diablement efficace dans ce qu’elle raconte et ce qu’elle nous montre. La douceur des premiers instants ne sert alors que de façade pour nous saisir par la suite dans une course folle où la mort est partout et les souffrances innombrables.

La petite princesse et la forêt enchantée nous transporte

La petite princesse et la forêt enchantée - dragonIl est très rare que l’on se lance dans un light novel qui trouve sa conclusion dès son premier ouvrage. Pourtant, La petite princesse et la forêt enchantée a su apporter suffisamment d’éléments et surtout nous happer dans son récit pour que l’on dévore totalement les chapitres présentés. D’ailleurs, le rythme est particulièrement soutenu et il est très facile de terminer ce roman en très peu de temps. On ne voit donc pas le temps passer en compagnie de notre princesse, son chevalier servant et ce dragon qui vont tous réussir à briller d’une manière ou l’autre pendant leur périple. Cependant, le plus gros atout de cette aventure réside dans ce désir d’amener l’enfance à être en contact avec un environnement bien plus froid et terne qu’on a l’habitude de voir dans ce style de récit. L’innocence vole en éclats au sein de ces pages qui nous montrent l’horreur dont l’être humain est capable pour simplement concrétiser ses ambitions tout en étant saupoudré d’une bonne dose de fantasy. Ce mélange fonctionne à merveille et l’on est conquis par l’évolution de l’atmosphère qui se fait autant de manière progressive qu’agressive. On se retrouve ainsi devant un contraste qui nous frappe en plein coeur et dont les actes qui nous sont présentés contribuent à détruire cette image de l’enfant intouchable pour montrer que personne n’est à l’abri. Des péripéties qui se veulent matures et nous opposent à des peurs viscérales et bien concrètes qui s’inscrivent habilement dans ce contexte surnaturel.

Vous l’aurez donc compris en lisant ces quelques paragraphes, mais on a beaucoup apprécié ce voyage à la fois adulte et propice à l’imagination. Une manière de montrer que ces deux aspects peuvent totalement cohabiter pour donner vie à des expériences littéraires qui s’emparent de nous en un claquement de doigts. On ignorait totalement la direction qu’allait prendre cette œuvre sur l’ensemble de ces actes, mais force est de constater que si l’intrigue peut sembler classique, la construction narrative est remarquable. La petite princesse et la forêt enchantée est un light novel court, intense et bien construit qui peut parler à tous ceux qui ont été bercés par ces contes et qui souhaitent une aventure plus sombre. Une fresque qui souhaite nous offrir un moyen d’évasion troublant et où lumière et ténèbres se confrontent constamment. Une œuvre manichéenne en apparence, mais qui montre aussi certaines nuances subtiles qui approfondissent les thématiques abordées et ainsi nous faire avoir presque de l’empathie pour certains individus. Il n’est pas question ici d’évoquer d’éventuelles questions sur l’avenir de la série étant donné que tout se termine à la fin de cet ouvrage. On laisse juste notre imaginaire prendre le pas sur tout le reste en rêvant à ce qu’il pourrait advenir de tous ces acteurs et actrices qui nous ont offert un spectacle de haute qualité. Une sublime découverte que l’on ne peut que vous recommander tant elle parvient à allier classicisme et récit mature.

N’hésitez pas à partager dans les commentaires votre propre avis ainsi que votre ressenti concernant La petite princesse et la forêt enchantée. Trouvez-vous que cet ouvrage se suffit à lui-même ou auriez-vous aimé en voir plus ? Avez-vous été transporté dans ce monde magique, mais aussi terrifiant par les actes de certains ? Est-ce que vous avez eu beaucoup de sympathie à l’égard des divers personnages que l’on peut rencontrer pendant ce périple ? Trouvez-vous que tout s’enchaîne assez bien pour nous offrir une histoire solide et suffisamment pertinente pour que l’on soit investi dans le récit ? On reste à votre disposition pour échanger, discuter et débattre autour de ce sujet.

© Tsubaki Tokino, 2017 – Illustrations par Takashi Konno / LaNovel Édition

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.